Chapitre 62

Chapitre 62

A la frontière de la Chine et de l’Inde, là où l’atmosphère se raréfie et où les tibétains eux-mêmes ne s’aventurent jamais, une jeune femme aux cheveux orangés et le visage masqué achève de traverser un pont.

Ce 10 décembre 1986, derrière elle, retombent en morceaux plusieurs squelettes qui s’étaient dressés pour lui barrer la route de Jamir.
Son corps porte quelques égratignures dues aux épreuves endurées pour parvenir jusqu’ici.
En brassant de l’air avec ses mains, elle parvient à dissiper le brouillard himalayen et à apercevoir au loin l’immense tour qu’elle est venue visiter.
Elle rehausse les lanières de sa Pandora Box d’argent et puise en elle la force d’achever son périple.
« Traverser la planète à pieds sans user de ma cosmo énergie pour ne pas me faire repérer ni du Sanctuaire ni de l’Olympe n’aura pas été de tout repos. J’espère que Mû saura m’accueillir comme il se doit, pense-t-elle. »

Tout à coup, si proche de son but, l’intruse est étrangement immobilisée, sans remarquer la présence de qui que ce soit.
Une voix féminine accompagne une gracieuse silhouette qui apparaît au détour d’une roche : « Le périple pour venir jusqu’ici est long et douloureux. Je pense que ton épuisement t’a empêché de remarquer les cheveux de Bérénice. »
La voyageuse s’attarde sur ses membres paralysés, pour cette fois-ci distinguer une sorte de filaments qui l’enserrent et qui rejoignent la main d’un inconnu derrière elle.
La complice de son bourreau, cheveux longs, fins et argentés, elle aussi le visage dissimulé sous un masque, la questionne : « C’est étrange que le Sanctuaire n’envoie qu’un seul assassin. Tes amis sont-ils morts devant le cimetière des armures ? »
La prisonnière confesse : « Je suis Marin Saint d’argent de l’Aigle. Si tu es toi aussi poursuivie par le Sanctuaire, tu dois savoir que j’ai été, au même titre que toi, cataloguée comme renégate. »
Un troisième allié se montre à son tour. Il expose sans gêne un visage aussi mature que celui de certains Saints d’or. Ses cheveux châtain clair ébouriffés et sa carrure digne d’une statue grecque lui donnent un certain charme, que Marin lui reconnaîtrait volontiers dans d’autres circonstances.
D’un geste raffiné et d’une voix imposant un certain charisme, il se présente : « Je suis Nicol Saint d’argent de l’Autel. Cette jeune femme à qui tu fais face est Yulij Saint de bronze du Sextant. Et l’homme qui te tient en joug est Mei Saint de bronze de la Chevelure de Bérénice. Nous aussi nous sommes venus chercher asile à Jamir. »
Marin gesticule pour montrer que la façon dont on la traite est inappropriée : « Je ne suis pas vraiment venue chercher asile. Et si tel avait été le cas, j’aurai tout de même espéré un autre accueil. »
En fermant les yeux, d’un hochement de tête, Nicol demande au moins docile de ses complices : « Ça ira Mei, tu peux la relâcher. »
Le Japonais s’exécute en marmonnant : « Agis comme ci ! Pas comme ça ! Non mais, pour qui il se prend celui là ?! »

Enfin, une quatrième personne vient accueillir le Saint de l’Aigle.
Également masquée, deux longues nattes de ses cheveux pommes tombent par-devant ses épaules. Habillée de sa Cloth de bronze faite d’épaulettes ovales et d’un plastron qui met sa poitrine en valeur, Médée berce Marin de sa voix douce et mélancolique : « Bienvenue sur la terre de mes ancêtres. Entre donc te reposer. »


A l’est de l’Olympe, dans les terres habitées par les fidèles qui ont été élus par les dieux, un brouhaha résonne dans le Coliseum.
Inoccupé depuis des décennies, ce stade qui a vu par le passé de grands combats rassasier le plaisir des dieux commence à se remplir de spectateurs.
Hormis les prêtres et les servants des temples des dieux de l’Olympe, tout le peuple se déplace dans la discipline la plus totale à l’intérieur du stade.

Les tribunes sont ouvertes en arc de cercle. Elles dominent l’arène et sa plateforme rectangulaire. Celle-ci, suspendue par d’énormes chaînes par-dessus le vide, surplombe ainsi le grand lac de l’Olympe. Cette mer s’étend à perte de vue et meurt au pied de l’arène dans l’Hyperdimension.
Les gigantesques chaînes s’élèvent vers la pointe montagneuse qui abrite l’arène. Elles sont reliées dans la main d’une statue de Zeus taillée dans la roche.
Au centre des gradins, surélevées par des colonnes de marbres, les loges des dieux représentent, sous la statue de Zeus, le point culminant du Coliseum.

Dispatchés sous leurs bienfaiteurs, les Olympiens ne cessent d’applaudir chaque divinité qui elles ne daignent même pas les regarder en se positionnant dans leurs fauteuils.
Arrivées chacune sur litière, les déesses s’installent en premières.
Hestia, accompagnée d’Héra, prend plaisir à observer la surface carrelée et brillante qui accueillera sous peu Apodis.
Les deux manipulatrices sont suivies d’Aphrodite et Artémis toutes deux aveuglément tombées dans le piège ourdi.
Déméter, aux traits aussi tirés et à la démarche aussi fière que les siens, n’affiche cependant pas le même plaisir que les autres.
Hermès et Héphaïstos ferment la marche.
Le Dieu du Feu, des Forges et des Volcans glisse un regard complice à Héra et Hestia, en prenant place à côté d’un Hermès crédule.

Les invocations envers les dieux s’atténuent peu à peu. C’est seulement lorsque le silence le plus complet revient que se montre enfin l’empereur des cieux.
Dans l’assistance, tous s’inclinent, tête baissée. Certains pleurent même face au bonheur de voir enfin leur seigneur.
Lui qui se montre peu, se racle la gorge avant de prendre la parole.
A cet instant, l’impact de son imposante voix fait résonner le tonnerre.
Un éclair illumine davantage l’espace d’un instant le Coliseum.
Les épais sourcils de ses yeux larges et plissés se froncent à mesure que s’ouvre la bouche de Zeus : « Peuple de l’Olympe… »
Ces deux mots seuls suffisent à faire trembler les tribunes. Si le temps se suspend lorsqu’il ouvre la bouche, le monde autour de lui tremble : « … vos dieux bienfaiteurs vous ont réunis en ce jour pour condamner l’hybris d’un homme. Il a commis la faute fondamentale. Défier les dieux. Son châtiment est la destruction. »
Aussitôt, le souverain prend position dans son trône et laisse ses épaisses mains tomber sur ses cuisses habillées d’une courte jupe blanche.

A ses côtés, son fils se positionne dans l'ombre de la musculature inouïe du dieu des dieux, en tapant dans ses mains. Son geste est si noble, si discret et délicat qu’il émet à peine le son dû à l’éloge de son père.
Apollon entame ainsi les applaudissements que suivent durant de longues minutes le reste de l’assemblée en hommage à Zeus qui reste impassible.
Le dieu du Soleil, lui, dissimule du mieux qu’il peut son regard sadique destiné au c½ur de l’arène où apparaît malgré lui Apodis.

Agenouillé, habillé de son pantalon bleu, encore recouvert sur les jambes et les poignets de quelques morceaux de sa Cloth de bronze, le Saint de l’Oiseau de Paradis expose son torse nu et son regard fier à l’entité qui lui fait face.

Debout, bras tendu vers lui, responsable de son arrivée dans l’arène, un ange arbore sa Glory et dévisage Apodis avec dédain. Son armure, semblable à celle de Peleus et des autres Anges, laisse passer par sa clavicule un linge blanc qui couvre la moitié de son torse. Ses cheveux opulents, oscillant entre l’azur et le vert bleuté sont coiffés par le diadème de sa Glory. Cela permet de dévoiler ses yeux jaunes et son sourire fier qui défient le chevalier.

Seul contre tous, Apodis tourne sur lui-même et ne reçoit du public qu’insultes et moqueries. Il remarque, plus haut, les dieux aisément installés qui se délectent de nectar et d’ambroisie que des échansons leurs servent déjà à foison.
D’abord circonspect en apercevant parmi eux Déméter, si bienveillante à son encontre, son expression change radicalement lorsqu’il reconnaît Hestia.
Alors qu’aucun Olympien n’a osé dévisager les dieux, Apodis fixe avec audace la Déesse du Feu Sacré et du Foyer.
Des premiers mots descendent des travées pour l’invectiver suite à son comportement.
Hermétique, Apodis a le regard de plus en plus noir. Le reflet rouge de ses yeux scintille de plus en plus.

En haut, d’abord outrée, Hestia a du mal à se sentir rassurée. Elle, la seule déesse ici présente qui connaît désormais la peur depuis qu’Apodis l’a atteinte sur Terre. Elle souhaite fuir son regard assassin, mais son rang l’en empêche.
Refusant voir cette mascarade continuer plus longtemps, Apollon, de sa voix lente et malsaine, suggère à Aphrodite : « Aphrodite. Toi qui tenais tant à ce que ce soit tes anges qui punissent cet homme. Faut-il encore attendre qu’il nous souille davantage ? »
Apeurée par le seul d’entre eux qui ne craint pas de se positionner à côté de leur souverain, Aphrodite effectue immédiatement un geste de la main à son fidèle sujet qui n’attend que ça.

L’ange se courbe pour accuser réception de l’approbation d’Aphrodite, puis se dresse en direction d’Apodis.
Alors qu’il n’a pas quitté Hestia des yeux, Apodis sent une soudaine douleur lui heurter la poitrine.
Il s’effondre au sol sans même comprendre ce qui lui est arrivé.
Ses yeux se ferment aussi forts que ses poings sont serrés afin de retenir la douleur et de ne pas pâlir sous les huées du stade.
A côtés de lui, il peut entendre les cliquetis métalliques de la rencontre entre les pieds de son ennemi couvert de sa Glory et le carrelage brillant de l’air de combat.

Enfoncé avec élégance dans le fond de son siège, Apollon remue une coupe de nectar dont il se délecte en esquissant un très léger rictus sadique.
Devant lui, les mains enroulées de crispation dans sa toge, Hestia remue nerveusement sa jambe. Son esprit est ailleurs, son comportement, limite profane, inspire chez Héra, sa voisine, un profond agacement. Elle le manifeste en tapotant légèrement et discrètement la cuisse de l’anxieuse déité.

Plus bas, l’ange ramasse Apodis par les cheveux. Il l’élève avec froideur à direction des spectateurs.
Apodis reste fixé sur ses pensées : « Toutes ces semaines d’entraînement… Trop lent, trop faible… Trop loin de Peleus, cet Ange que j’ai combattu sur Terre. Pas étonnant que je n’ai pas le niveau contre celui-là. Les instants de répit offerts par les Olympiens ne m’ont pas permis pas de surpasser ce cap nécessaire, pour aller au-delà du niveau du simple humain.
Les jours ont passé et chaque fois je sentais venir ma limite. Il me manquait le déclic, l’éveil… »
Insensible, le chevalier céleste garde son visage strictement fermé lorsqu’il déclare à Apodis : « Je suis surpris de voir que tu es en vie. Tu as encaissé de plein fouet la Grande Croix. Aucun homme ne peut survivre à l’attaque d’Eurypylos Ange de l’Olympe. »
Maintenu par la tête, la douleur dissipée, Apodis défie Eurypylos du regard : « Désolé. Je suis un homme fait de contrariété. »
D’un calme propre aux Olympiens, Eurypylos réagit à la provocation en balançant Apodis dans les airs afin de lui faire perdre tout appui : « Tu as eu tort de me provoquer. Tu vas recevoir cette technique à pleine puissance. Big Cross. »
Il remonte ses bras qu’il croise en direction d’Apodis. La rencontre de ses deux membres libère un X lumineux que seuls des yeux avertis peuvent distinguer.
Celui-ci frappe Apodis en plein torse et lacère profondément sa chair, sans qu’il puisse faire quoique ce soit. Il retombe à plat sur le carrelage où se déverse son sang.
Avec dédain, Eurypylos s’assure de son immobilité avant de s’agenouiller en direction de la Déesse des Plaisirs et de la Beauté.
Néanmoins, l’assistance retient son souffle. Dans le dos du guerrier, Apodis prend appui sur ses bras pour reprendre le combat.
_ « Je ne peux le croire. Tu es plus mort que vif après ces deux échanges. Comment fais-tu pour ne pas succomber ? L’homme est semblable à un insecte. Il doit mourir quand on l’écrase. »
D’un revers de la main, l’Oiseau de Paradis essuie le filet de sang qui s’écoule de sa bouche et remarque la sensibilité de ses plaies après que la Grande Croix lui ait entaillé profondément la poitrine. « Si je ressens encore la douleur, c’est que je ne suis pas encore totalement arrivé à surmonter mes cinq sens, réfléchit-il. »
Entêté, il entame un pas en avant, puis un second. Après s’être assuré qu’il tient parfaitement sur ses jambes. Il tente une approche jusqu’à Eurypylos, sous les sarcasmes des spectateurs.
Arrivé devant lui, sans même tenir sa garde, Apodis le regarde droit dans les yeux avec un sourire idiot.
Eurypylos cligne des yeux pour témoigner son incompréhension. Aventureux, il s’empresse de lui asséner un direct du gauche dans l’estomac, suivi d’un coup de pied retourné dans la tempe, qu’il ponctue d’un direct du gauche dans l’arrête nasale.
A peine déstabilisé, Apodis ne perd pas des yeux son adversaire tout en riant encore.
Eurypylos fronce légèrement ses sourcils, abandonnant son visage serein. Il repart lui heurter la poitrine coude gauche en avant, puis frappe son c½ur du plat du pied. Il saute devant lui pour mettre tout son poids dans son coude droit, qu’il laisse retomber sur le sommet de son crâne. En reculant, Apodis manque de chuter mais tient bon.
Eurypylos s’en mord l’intérieur de la joue. Il s’élance à une vitesse dépassant l’entendement,  jambe gauche en pleine gorge, poursuivi d’un uppercut gauche, il passe derrière lui pour cogner son genou contre sa nuque.
Emporté par l’élan, Apodis se laisse tomber en glissant sur le parterre brillant.
La foule se lève alors et scande le nom d’Eurypylos.

Au sommet des loges, le dieu des dieux réajuste le voile blanc qui passe au travers de son torse et habille la moitié de sa poitrine.
Il prononce dans sa barbe dense qui descend jusqu’au c½ur de ses pectoraux taillés dans le marbre : « Voilà. Était-ce la peine de réunir notre peuple pour un seul homme ? »
Parmi les siens, aucun n’a l’arrogance de répondre à cette voix qui fait trembler les murs hormis le Dieu du Soleil : « C’était nécessaire. Notre suprématie doit être justifiée à ceux qui nous vénèrent. Il est indispensable que les infidèles soient punis. Il n’y a qu’à voir le plaisir procuré à nos ouailles.
_ Dans ce cas… »

Brusquement, l’attention sévère de Zeus est rappelée au centre de l’arène.
Les cris de joie se changent en sifflets.
Sous les injures des partisans de l’Olympe, Apodis est de nouveau sur pieds.
Devant le Saint de bronze, Eurypylos est perplexe : « Co....Comment ? Comment peux-tu encore tenir debout ? »
Le corps balançant, Apodis n’affiche rien d’autre que sa mine provocante.
Eurypylos perd les nerfs. Il hausse le ton puis s’élance bras tendu.
_ « Tu devrais déjà être mort depuis longtemps ! »
Avec une agilité déconcertante et une vitesse inattendue, Apodis esquive et riposte d’une reprise de volée acrobatique. Il se réceptionne et poursuit de trois directs en pleine poitrine.
L’Ange réagit d’un crochet du droit mais, à peine celui-ci encaissé en plein visage, le Saint déclenche un coup de pied dans le flanc gauche de son adversaire.
Le choc est si violent, que dans les travées, tous entendent la Glory se fissurer sur le coup.
Eurypylos recule en se tenant ses côtes brisées : « Impo… »
Il n'a pas fini sa phrase qu’Apodis arrive par les airs pour balancer toute sa puissance dans son poing droit. Autour de lui, son aura devenue dorée dessine un oiseau majestueux qui déploie ses ailes avant de foncer sur son adversaire : « Frantic Fury ! »
L’impact contre le sommet du crâne d’Eurypylos est si puissant que les yeux de l’ange sortent de leurs orbites et que du sang coagulé, certainement mêlé à des morceaux d’organes réduits en bouillis, jaillit de ses orifices.

Complètement démantibulé, le cadavre d’Eurypylos s’écroule et implose sous l’attention de spectateurs médusés.
Les sifflets cessent.
Le vent emporte au loin le bruit de la détonation provoquée par la destruction du corps d’Eurypylos.
Le bruissement de l’eau qui chute au pied de l’arène dans l’Hyperdimension devient audible et son chuintement angoissant peut même être reconnu dans les travées aphasiques.

En haut, Zeus passe sa main dans ses cheveux blancs grisonnants qui se mêlent à sa barbe. Sa voix détonne : « Intéressant. »
Il lance ainsi les premiers échos des spectateurs qui plus bas s’échangent :
_ « Il a commis l’outrage de tuer un Ange.
_ Sa folie n’a pas de limite
_ Le moindre de ses souffles est un sacrilège pour nous autres.
_ … »
Apodis pourrait y prêter attention, s’il cessait de fixer avec hargne Hestia et d’adresser contre elle son cosmos hostile.
Hestia, elle, se cramponne aux accoudoirs de son siège. Les voix s’élèvent de plus en plus fort. Néanmoins, le tollé dont est victime Apodis ne vient même pas à ses oreilles. Les battements de son c½ur sont trop forts pour lui permettre d’entendre autre chose que sa peur.

Déméter, elle, reste insensible en apparence mais, au fond d’elle intéressée, remarque : « Contrairement à ce qu’il pensait, cet humain a fait d’énormes progrès. En plus de sa force et de sa vitesse, il a entraîné sa résistance. Ainsi il a pris le temps d’analyser les mouvements de son ennemi pour le devancer. Astucieux. »
Élégante et majestueuse dans son affriolante robe blanche, Aphrodite se contente de claquer des doigts pour ramener le calme autour d’elle.

Immédiatement, depuis les airs, ailes d’angelot dans le vent, arrive un nouveau chevalier céleste.


A Jamir, à l’intérieur de la tour, dans les étages supérieurs, sur des tapis brodés aux motifs orientaux, Nicol, Médée et Yulij, sont assis autour d’une table en compagnie de Marin.
Celle-ci, dos tourné, enlève son masque un instant pour déguster la tisane qui lui est servie.

Resté debout, en retrait, à l’encadrement d’une fenêtre, Mei observe l’horizon d’un air songeur : « Donc si j’ai bien compris, tu as affronté une déesse de l'Olympe et pas des moindres, en compagnie d’Hébé et d’une partie de son armée ?
_ En effet. Tous mes compagnons sont morts pour me permettre de récupérer le Jonc d’Athéna. »
Yulij, comme Médée et Mei, reste crédule : « C’est quoi le Jonc d’Athéna ? »
Marin restant bien étrangement silencieuse, Nicol éclaire ses amis des connaissances qu’il tire de son défunt professeur Arlès : « Après la première Guerre Sainte qu’elle dut livrer, malgré la victoire, Athéna comprit que son armée avait besoin d’un réel meneur. Durant cette bataille, Pégase s’illustra particulièrement. Comme pour les suivantes. Elle confia alors à sa Chouette, sa messagère personnelle, d’être à chaque réincarnation proche de Pégase afin de le réunir à Athéna. A chaque réincarnation, Pégase et la Chouette sont dotés d’un bracelet destiné à les identifier et à les réunir. Il s’agit des Joncs d’Athéna. »
Mei se rapproche de la table en agitant son doigt : « Attends, attends, attends. On parle quand même d’artefacts divins. D'accord pour cette histoire de Joncs d’Athéna, mais moi ce qui m’inquiète le plus, c’est cette histoire de pendentifs de Zeus. »
Visage à nouveau caché après son breuvage, Marin baisse la tête : « Comme Pégase et la Chouette sont liés, je suis liée à mon frère qui s’est réincarné comme moi en portant une clochette à la forme particulière. Il s’agit des pendentifs de Zeus. Tout comme je soupçonne l’Olympe d’être à l’origine de l’enlèvement du Jonc de la Chouette, je suis persuadée qu’ils ont ma clochette.
_ Donc tu voudrais venir ici, pour savoir de Mû, comment faire pour se rendre en Olympe, croit comprendre Mei ?
_ Hélas, mon mari est parti hier. La situation au Sanctuaire implique son retour impératif, s’excuserait presque la douce et chaleureuse Médée.
_ N’en soit pas désolée Médée. Et non, je ne cherche pas à me rendre en Olympe. Pour se faire, je sais comment agir. Et mon pendentif me serait indispensable. J’ai pu découvrir en ôtant le sceau qui retenait le jonc dans le temple d’Hestia,  quelques indices sur le lieu où était retenu mon Pendentif. Du moins, j’ai eu quelques flashs et les connaissances de Mû m’auraient sans doute permis de combler les lacunes restantes.
 _ Bref, nous sommes dans une impasse. Allons Yulij, partons nous entraîner, ça vaut mieux. Nous pourrons ainsi rejoindre Mû et combattre avec ceux qui se révoltent contre le Pope, s’impatiente Mei en tirant par le bras son amante. »

Médée, elle, débarrasse le plateau et laisse Nicol, extrêmement pensif, en compagnie d’une Marin totalement perdue.
_ « Moi dans tout ça, ce que j’aimerai savoir, c’est quel est ton rôle dans toute cette histoire ? Je veux dire, Pégase et la Chouette sont liés à Athéna. Toi et ton frère à Zeus. Mais pourquoi ? Que fais-tu sur Terre ? »
Marin regarde autour d’eux pour s’assurer qu’aucune mauvaise langue ne soit restée dans les parages : « Lorsqu’il a laissé la Terre à sa fille, Zeus aimait profondément les humains. Et ceux-ci lui vouaient, comme à tous les dieux de l'Olympe, une foi inébranlable. Quand les Guerres Saintes contre Athéna ont éclaté, ses rivaux les justifiaient auprès de Zeus comme étant des actes de punition envers ces hommes qui ne respectaient plus leur planète et encore moins les dieux. Ne voulant croire à cela et impressionné par le dévouement de sa fille envers les hommes, Zeus a maintenu sa confiance en Athéna. Seulement, Poséidon et Hadès n’étaient pas les seuls à se plaindre de la passion de moins en moins entretenus des hommes pour eux. Dans l’Olympe, d’autres vinrent apprendre à Zeus l’émancipation progressive des humains. Ne voulant prendre de décision trop hâtive, il choisit de réincarner à chaque époque ses deux sujets les plus fidèles, son Aigle et son Trait de Foudre. Porteurs des Pendentifs de Zeus, ils pouvaient aller et venir à leur guise du monde des mortels à l'Olympe. Des Olympiens vivant sur Terre. Générations après générations, ils confirmaient à Zeus que l’homme perdait la foi mais qu’ils se réfugiaient dans d’autres valeurs, telles que l’amour et la solidarité. En même temps furieux et curieux, il choisit de se retirer définitivement de ce débat. Ne demandant à son Aigle et à son Trait de Foudre de ne l’avertir que si Athéna, trop attachée aux hommes, outrepassent ses droits, ou si l’un de ses ennemis attente à l’équilibre du monde. Malheureusement, dans l’Olympe, d’autres dieux ne l’entendirent pas ainsi et refusèrent de laisser plus longtemps Athéna et les hommes vivre sans leur exprimer la moindre reconnaissance. Ils profitèrent de nos jeunes réincarnations à mon frère et moi pour nous mettre hors jeu. Mon pendentif m’a été subtilisé et j’ignore tout de ce qu’il a pu advenir de mon frère. Aujourd’hui Zeus est seul, pensant que même ses sujets les plus fidèles l’ont abandonné, entouré par des dieux médisants qui ne rêvent que d’une chose, soumettre à nouveau les hommes. »
Alors que de telles révélations en feraient frémir plus d’un, Nicol, absorbé, se gratte le menton : « Si ce que tu dis est vrai, alors la Terre risque de vivre la Guerre Sainte la plus meurtrière qui soit. Tout va se jouer maintenant, en notre époque.
_ Je le pense aussi. Poséidon, Hadès et les autres ne seront que des épreuves cette fois-ci. Le vrai danger, c’est l’Olympe.
_ Je sais que l’idéal serait que tu récupères ton pendentif et que tu alertes Zeus de tout ce qui se trame, comprend Nicol préoccupé. Cependant, pour qu’Athéna puisse se montrer à la hauteur des épreuves qui nous attend, il me semble impératif qu’elle puisse récupérer son Sanctuaire. Tu ne penses pas ?
_ Si bien sûr. De toute manière, sans Mû, je ne sais pas qui pourra interpréter les signes qui me sont apparus.
_ Mon maître, Arlès, et son frère, le Grand Pope Shion, auraient pu…
_ Tu les as connu tous les deux ?
_ Jusqu’à ce qu’ils disparaissent au sein même du Sanctuaire, oui. Mon maître m’apprenait même à lire les étoiles comme le faisait le Grand Pope. Il disait qu’un jour peut-être je pourrai monter sur Star Hill y établir des prophéties. »
Un déclic surprend tout à coup Marin : « Star Hill ! Tout à l’heure tu m’as bien dis qu’après qu’ils aient disparu, tu as cherché quasiment dans tout le Sanctuaire ton maître et le Grand Pope en vain ?!
_ Oui. Hormis l’armure d’Arlès prisonnière à Dignity Hill, je n’ai jamais rien retrouvé.
_ Et sur Star Hill ? Tu aurais peut-être pu y apprendre quelque chose ?
_ J’y avais songé. Mais l'escalade de ce pic rocheux nécessite des capacités surpassant même le niveau d’un simple Saint d’or. »
Sous son masque, Marine sourit : « N’oublie pas qu’à l’origine je ne suis pas humaine.
_ Tu comptes t’y rendre ?
_ Je n’ai pas spécialement le choix. La Chouette n’étant jamais apparu pour protéger Pégase, il me faut alors aider Pégase à vaincre l’usurpateur qui occupe le trône de Grand Pope. Pégase est trop important pour qu’on puisse le laisser mourir bêtement.
_ Je comprends. »

Médée les rejoint avec un plateau sur lequel sont disposés quelques étoffes, des huiles locales et du coton : « Tu nous feras le plaisir de prendre d’abord une nuit de repos avant de reprendre ta route. Tu trouveras derrière la tour, en direction du village où vivent encore quelques Muviens, un cours d’eau où tu pourras te prendre une agréable toilette. »
Marin espère pouvoir protester mais Nicol lui prend sagement la main et la devance : « Bien sûr qu’elle va rester se ressourcer ici. Un bon repas et un peu de repos n’ont jamais tué personne. Et puis comme ça Marin pourra me parler des signes qu’elle aurait voulu que Mû interprète. Qui sait, peut-être en sais-je suffisamment pour la mettre sur la voie ? »


Dans le Coliseum en Olympe, sur la surface carrelée où il a triomphé d’Eurypylos, Apodis découvre son nouvel adversaire.
Fort bien apprêté dans son armure semblable à celles des autres anges, celui-ci présente un teint plus halé. Ses cheveux couleurs feu, s’accommodent à merveille avec son regard brûlant et ses anneaux orangés accrochés à ses oreilles.

Depuis la loge d’honneur, Apollon balance : « Memnon ! Voici un des meilleurs Anges au service d’Aphrodite. »
Aux côtés du Dieu du Soleil, Zeus s’affaisse confortablement dans son trône : « Espérons que ce combat soit plus divertissant. »
Les autres divinités écarquillent leurs yeux après cette déclaration. Quand eux attendent la punition d’un vulgaire humain, Zeus, favorable envers les hommes jusqu’à peu, s’impatiente de voir ce qu’un être à la solde d’Athéna peut avoir à montrer.

Dans l’arène, Apodis, conspué, ne compte pas attendre d’être mis à terre comme face à Eurypylos.
Memnon s’avance en lévitant grâce à ses ailes d’énergie. Bien silencieux, il ne prend même pas la peine de se présenter à son adversaire. Le dédaigneux Olympien engage même les hostilités en lui crachant dessus.
Apodis esquive la salive de son ennemi qui en profite pour lui asséner un coup de coude en pleine pommette, la fendant sur le coup. Malgré l’impact, l’humain parvient à lancer suffisamment haut sa jambe pour lui rendre la pareille et lui égratigner la joue.

C’est la consternation dans la foule. Les apostrophes manquent, tant le répertoire a eu le temps d’être usé en raison de la grande résistance du Grec.

Néanmoins, l’Ange, toujours en l’air, n’abdique pas. Son regard, toujours aussi sévère, attire inexorablement Apodis. Involontairement, le chevalier de bronze est plongé dans ces yeux ardents. Ceux-ci semblent projeter des chatoiements dans le cerveau d’Apodis. Pour la première fois, l’Ange fait entendre sa voix en nommant son arcane : « Curtain Falls. »
Alors qu’il reprenait sa garde, Apodis est immobilisé, voire statufié. Ses yeux n’expriment plus rien, son souffle est court.

Au sommet, Héphaïstos de sa voix grondante est amusé : « Memnon n’a jamais été du genre à aimer perdre son temps n’est-ce pas Aphrodite ?
_ En effet. Même s’il n’a aucun respect pour son adversaire, Memnon ne joue pas avec lui. »
Portant noblement son pétase sur la tête, Hermès s’étonne : « Tout de même. Utiliser le Curtain Falls. »
Soudain, l’air derrière eux semble les aspirer. Zeus ouvre sa bouche pour commenter à son tour : « Le Curtain Falls. Le Rideau Tombe. Cette attaque psychique annihile totalement le système nerveux. L’être qui la subit est plongé à tout jamais dans les souvenirs du passé. Son esprit en est prisonnier et ne peut plus contrôler son corps. Ce Saint d’Athéna va mourir à petit feu. Son corps se décomposera sans qu’il ne s’en aperçoive, noyé dans les sentiments qui l’habitent. »
Toujours aussi peu rassurée, Hestia se cramponne à son siège pour se donner un élan qui surprend tout le monde. A pleins poumons, elle ordonne à Memnon : « Je refuse d’attendre qu’il meurt ! Chaque souffle qu’il recrache encore est une injure envers moi ! Qu’on l’achève ! »

A côté d’Apodis, l’Ange d’Aphrodite courbe l’échine, comme pour approuver l’ordre donné par Hestia.
Il plane jusqu’à lui et se laisse tomber pied en avant, en plein dans le foie de son adversaire qui était resté debout. Totalement amorphe.
Il décoche une droite à ce qui n’est plus rien d’autre qu’un sac de sable. Tout son corps est martelé, le sang coule à flot sans qu’Apodis ne puisse réagir.

L’attraction du cosmos d’Artémis prend totalement place après que le soleil d'Apollon n’ait chauffé le domaine céleste toute la journée.
Les serviteurs de l’Olympe allument les immenses torches qui encerclent la surface et réfléchissent leurs lueurs chatoyantes sur le carrelage inondé de sang.
La nuit tombante annonce pour Apodis une longue et pénible soirée…


Sur le chemin de retour du village des Muviens, Nicol et Marin rient de la réaction du peuple de Mû : « Je n’arrive pas à y croire. Ils étaient encore plus enchantés que moi, qu’on puisse se rencontrer. »
Nicol, mains derrière le dos, s’en amuse : « C’est normal, les Muviens sont très croyants. Et là, ils ont eu affaire à l’Aigle en personne. Eux qui sont habitués à former et à recevoir des Saints, ils ont eu droit à la présence d’une Olympienne.
_ Dans l’âme. Car de sang et de naissance, je suis humaine, comme toi. »
Nicol fixe le masque de la jeune femme avec insistance. Sa voix est empruntée : « Mais tu as quelque chose de spécial. Le Pendentif de Zeus t’accordera tes vrais pouvoirs. Ceux-ci sont scellés actuellement.
_ Il est vrai qu’à la base le Trait de Foudre et moi-même sommes semblables aux Anges en origine et en force. Seulement, plus les jours passent et plus je désespère. »

A mi-chemin entre la tour de garde et le village des Muviens, Nicol saisit les mains de Marin et la dévisage : « Je refuse de te laisser t’abattre ainsi. Ce n’est pas parce que les signes que tu as entraperçu ; une tribu de guerrier dans une jungle tropicale, des guerriers en forme de jaguars humanoïdes ; ne m’éclairent pas plus, que personne ne peut le faire. Quand tu seras au Sanctuaire, une fois la bataille terminée, peut-être que Mû saura les interpréter. »
Ne pouvant lui rendre le sourire chaleureux qu’il lui témoigne, Marin laisse glisser ses bras à l’intérieur des mains de Nicol qui la retiennent. Elle caresse alors avec les siens ses doigts longs et doux. Bien qu’il a vécu dans la misère et travaillé de ses mains durant treize ans, les membres de Nicol sont magnifiques, aussi soignés que son visage est raffiné.
A cet instant, ni l’un ni l’autre ne savent quoi dire. Leurs gorges se nouent et leurs corps deviennent moites.
Cela fait bien longtemps que Nicol n’avait pas été si proche d’une femme, mais ses manières de gentleman lui interdisent d’ôter le masque qui le cache d’un portrait dont il rêve de convoitise. « Il me serait si simple de le lui retirer, se morfond-il. »
Elle, haletante dessous sa parure, seule et en manque d’affection depuis sa séparation brutale avec Aiolia se surprend à vouloir sentir cet homme au plus près d’elle : « Son charme dégage tellement de bien-être. »
Finalement, elle dépose sa tête contre son athlétique torse et se contente de lui dire : « Merci pour cette attention portée sur moi. J’en ai eu tellement besoin ces derniers mois. »
Il ouvre la bouche sans finalement être capable de lui dire ce qu’il a sur le c½ur. Somme toute, il lui passe le bras dans le creux de ses reins afin de l’étreindre davantage et de soulager la Japonaise, convaincu que ce geste vaut bien plus que des mots.


En Olympe, dans les gradins, les applaudissements et les acclamations retentissent de plus belle.
La fraîcheur de la nuit tombée ne calme pas la foule.
Presque tous s’agenouillent en direction des dieux pour leur consacrer quelques louanges que leurs idoles, pourtant si friandes de tant d’égards, ignorent totalement.

Sous les yeux des emblématiques seigneurs, seule la correction d’Apodis incombe.
Celui-ci, insensible aux coups qui lui sont adressés, immobilisé par l’arcane de Memnon, ne sent pas ses plaies s’ouvrir ni ses os craquer. Il est totalement absorbé par sa mémoire…

Flashback
1982 - Un beau jour comme les autres, alors qu’il achevait son tour de garde, Apodis s’étonnait de ne pas voir Netsuai sur le chemin du retour.
A mesure qu’il regagnait Paesco, il percevait une profonde réserve de sentiment inhabituelle chez les villageois. Aucun n’osait le regarder dans les yeux.
Alors qu’il approchait peu à peu le c½ur du village, il remarquait un attroupement autour de la maison d’Orphée. Tous portaient le deuil.
_ « Que se passe-t-il, interroge Apodis ? »
Sans même attendre de réponse, il força la porte de la demeure de son maître et fut témoin d’une horrible scène.
Allongée, en sanglot, par-dessus le cadavre de sa s½ur, Netsuai était rongée par le chagrin.
Devant elles, Orphée, le regard vide, le visage bleui par les larmes, muré dans le silence, se basculait sur sa chaise.
Apodis passa sa main sur sa bouche lorsqu’il observa le teint livide de la défunte : « Eu… Eurydice… Mais comment est-ce possible ? »
Trop affectée, Netsuai ne put rien dire. La réponse était si insoutenable, qu’elle plongea davantage dans le chagrin.
Orphée, sans exprimer la moindre vivacité ni dans son ton, ni dans le regard, ni dans les gestes, expliqua d’une voix basse : « Je peux tuer facilement. Je peux sentir n’importe quel danger. Je donnerai ma vie pour ma bien-aimée. Toujours. Toujours je lui ai assuré qu’elle pouvait vivre sans crainte à mes côtés. J’ai éliminé les adversaires du Sanctuaire. Je l’ai protégé des guerriers d’Arès. Et là… Un serpent. Comme dans la mythologie. Un ridicule… Serpent ! »

Ne sachant que faire, debout les bras ballants, Apodis choisit de venir détacher Netsuai de sa s½ur pour l’étreindre contre lui.
Ensemble, ils s’assirent dans un fauteuil à attendre.
Attendre le regarde vide.
Attendre sans savoir que dire. Que faire.
Attendre qu’Orphée se décide d’agir, n'ayant aucune autre solution que de préparer ses funérailles.
Il attendit que Netsuai s’endorme pour se lever et décréter : « Il faut que j'aille l'arracher des griffes d'Hadès ! »
Apodis déposa délicatement son amie reposant dans les bras de Morphée avant d’ouvrir en grand les bras : « Malgré tout le respect que je vous dois maître, laissez-moi vous dire que c’est de la folie !
_ Tu crois que je ne suis pas capable de réussir à atteindre le royaume des enfers ? Il me semblait pourtant t’avoir enseigné qu’il existait un sens au-delà même du septième qui permettait de contrôler sa propre conscience dans le royaume des morts.
_ Le problème ne vient pas de là maître. Vous m’avez vous-même appris qu’il était contre nature et égoïste de vouloir faire revivre les morts.
_ Ne soit pas stupide Apodis, s’énerva Orphée lui qui était habituellement si serein en l’empoignant ! Imagine s’il s’agissait de Netsuai ! Tu ne ferais pas tout pour la ramener près de toi ?
_ Athéna l’a accompagné jusque dans l’au-delà. Cela s’arrête là, assure Apodis qui se défit de son maître d’un mouvement d’épaule. Quitter le Sanctuaire sans accord est un acte de haute trahison. Et je ne parle pas de votre projet de requête auprès d’Hadès. »
Il tourna le dos à son professeur et assura : « Maître, je préférerai que vous renonciez et je vais faire comme si vous n’aviez rien dit. »
Soudain, un picotement parcourut tout le corps du jeune Grec. Son corps se raidit et un lien fin et solide l’enserra. Orphée arborait sa lyre : « Hélas mon garçon, ma décision est prise. Je suis désolé. Peut-être vivras-tu difficilement le fait que je sois catalogué comme déserteur, mais moi je ne peux vivre sans Eurydice. Je vais utiliser mon Death Trip Serenade à un niveau moindre que d’ordinaire. Tu seras plongé dans un simple sommeil pendant quelques heures. À ton réveil, je serai parti avec le corps d’Eurydice. Ne cherche pas à nous retrouver. Si je reviens, ce sera seulement victorieux. Pas autrement. Adieu Apodis et merci pour tout…
_ Maître attendez ! Ne faites pas ça !
_ Death Trip Serenade. »

Quelques heures plus tard, libéré de tout lien et de tout maléfice, la lueur d’une chandelle virevoltait à travers les paupières clauses d’Apodis. Cela le ramena à lui.
Peu à peu, légèrement étourdi par l’arcane de son maître, il se redressa et reconnut l’apparence de son amie, assise sur la couche où reposait auparavant la dépouille d’Eurydice.
Elle examinait une lettre qu’elle s’empressa de résumer à Apodis : « Il est parti avec elle. Orphée a emmené ma s½ur. Il a dit qu’il ne reviendrait pas tant, qu’il ne l'aura pas ramené parmi nous. Il parle d’un voyage que toi seul peux comprendre. Et que durant celui-ci, il offrira une sépulture digne de ce nom à Eurydice. Loin de tout. »
Le Grec se tenait la tête tant elle bourdonnait, alors qu’il se relevait. Netsuai chercha à savoir : « Qu’est-ce qu’il a voulu dire ? »
Ne préférant pas l’accabler davantage, il la serra fort contre lui et lui dissimula la vérité : « Je n’en ai aucune idée. J’imagine qu’il s’est retiré loin d’ici et qu’il consacrera le reste de sa vie à jouer de sa lyre sur la tombe de sa bien-aimée. Ils partageront dorénavant, seul à seul, la vie qu’il reste à Orphée. »
Déchirée, elle se mit sur la pointe des pieds et se nicha dans le cou de son ami pour chercher du réconfort. Il lui proposa alors : « Tu étais ici chez eux. Une page se tourne après leur départ. Ne devrais-tu pas venir vivre chez moi ? Ma demeure est suffisamment grande et… »
Contre toute attente, elle lui répondit par un délicat baiser sur les lèvres.
Pris au dépourvu, il laissa ses bras prendre le long de son corps sans réagir. Il éprouvait à cet instant une sensation nouvelle et si… chaude. Son c½ur était tel un brasier qui enflammait tout son être. Son sang chaud et brûlant alimentait son organisme.
Lorsqu’elle eut fini de lui prendre ses lèvres, c’est à son tour qu’il délivra un langoureux baiser. D’abord délicat, puis peu à peu passionné, il commença à l’agripper aux épaules avant de glisser ses mains dans son dos.
Libérée par un tel geste qui représentait un aveu de ses sentiments, elle glissa ses doigts sous le maillot de l’athlétique chevalier. Ses doigts heurtèrent chaque carré d’abdominaux qui lui dessinait une parfaite silhouette. Ils s’arrêtèrent à hauteur de ses pectoraux, durs et parfaitement assortis au reste de sa parfaite apparence.
Lui continuait à descendre dans le creux de son dos puis passa ses mains sur ses hanches pour les soulever fermement.
Elle l’enserra avec ses jambes autour de sa taille et se laissa guider dans une autre pièce de la maison où se tenait sa propre couche.
Arrivés là, il l’allongea délicatement en plongeant dans ses yeux pour lui déclarer avec sincérité à quel point il l’aime. Ce qu’elle fit, elle aussi, simultanément.
Tous deux se mirent à sourire, tant la circonstance n’était finalement pas si surprenante. Tant leurs aveux étaient une libération. Un soulagement. Après tant d’émotions en quelques heures.
Ce moment de complicité se solda par une nuit calme où tous deux finirent par s’allonger côte à côte. Épuisés par les tragiques événements du jour, ils s’endormirent en songeant à des lendemains plus radieux. À des lendemains où Apodis aspirerait à ce sens, qui allait au-delà du septième. Comme l’avait fait Orphée auparavant.
Flashback

Défiguré, le visage et la poitrine couverts de sang, le corps d’Apodis voltige dans toute l’arène sous les va et vient de la brutalité encouragée par les spectateurs.
Memnon s’étonne qu’après les nombreuses contusions infligées, son adversaire soit encore instinctivement debout. En virevoltant dans les airs tout autour de lui comme pour mieux l’observer, l’Ange choisit enfin de toucher terre pour venir soulever son menton.
Immédiatement, son apparence austère change radicalement. Il est stupéfait par les yeux révulsés d’Apodis et par ses lèvres qui bougent toutes seules.
Il recule d’un pas tremblant face à son adversaire en transe.

Au plus proche des cieux, Zeus tend l’oreille d’un air satisfait, tandis que les siens optent pour le silence afin de mieux entendre les paroles du cadavre ambulant.

Sous eux, l’euphorie des spectateurs s’essouffle à nouveau. Jusqu’à obtenir un calme suffisant pour distinguer les murmures d’Apodis : « … Le huitième sens est la cosmo énergie que tout homme a à la source de sa vie, il est au-delà du septième sens. Il permet de rester maître de sa conscience et de son corps, même par delà la mort… Le huitième sens est la cosmo énergie que tout homme a à la source de sa vie, il est au-delà du septième sens. Il permet de rester maître de sa conscience et de son corps, même par delà la mort… Le huitième sens est la cosmo énergie que tout homme a à la source de sa vie, il est au-delà du septième sens. Il permet de rester maître de sa conscience et de son corps, même par delà la mort… »
Le Saint de bronze continue de répéter en boucle cette phrase, de plus en plus fort, comme s’il redevenait lucide.

Tout autour de son poing, Memnon concentre son cosmos et choisit de donner sans plus tarder le coup de grâce.
Alors qu’il allait heurter Apodis en plein c½ur, celui-ci se saisit du poing adversaire avec une vitesse déconcertante. D’une force inouïe, il lui brise le poignet en le fixant avec une expression à nouveau déterminée : « Je dois te remercier. Grâce à toi je me suis souvenu de ce que mon maître Orphée me disait de l’Arayashiki : « Le huitième sens est la cosmo énergie que tout homme a à la source de sa vie, il est au-delà du septième sens. Il permet de rester maître de sa conscience et de son corps, même par delà la mort. » ».
Le bruit de fracas des os et de la Glory de Memnon accompagne le flot de sang qui s’en suit. Apodis poursuit : « Même si je meurs peu à peu, je reste maître de ma volonté. Et c’est celle-ci qui guide mon destin. »
Avec son second poing, l’Ange essaie de balancer une nouvelle droite devant laquelle Apodis s’accroupit et répond d’un direct du gauche. Le choc violent oblige Memnon à se plier en deux. Il espère lui balayer les jambes avec la sienne, mais Apodis se déplace suffisamment vite pour venir le cogner du genou derrière le crâne.
L’Ange retombe jusque devant la loge d’honneur, le diadème de son armure brisée et le visage souillé d’hémoglobine.
Pendant qu’Apodis approche de Memnon pour l’achever, deux autres Anges arrivent par les airs, chacun sur un flanc.
Aussi bien protégés que leurs semblables, les deux Anges foncent à vive allure sur Apodis qui ne prend même pas la peine de les étudier.
Sans même savoir à quoi ils ressemblent réellement, il concentre dans ses poings tout son cosmos doré et libère derrière lui l’image d’un oiseau battant des ailes : « Wing Jikan No Yoyu ! »
Le Battement d’Ailes Majestueux de l’Oiseau de Paradis déclenche un véritable cyclone. Il anéantit le vol de ses ennemis, les emporte, les balaie, les lacère et les fait imploser sans qu’ils aient eu le temps de montrer leurs visages.
Après un tel exploit, l’homme chute sur ses genoux, les bras lui retombant le long du corps.
Totalement désabusé, à bout de force, Apodis lève malgré tout son visage pour défier une fois de plus Hestia.

Dans les tribunes, fortement secoué par le prodige opéré par Apodis, le peuple implore des yeux leurs dieux de les débarrasser de ce fléau. Certains prient, suivis d’autres qui se mettent à genoux et supplient qu’un terme soit mis à la vie de cet hérétique.

Ceux-ci ne répondent rien, l’angoisse d’Hestia est palpable tandis qu’Apollon reste digne et discret.

Déshonoré, Memnon titube jusqu’à son adversaire agenouillé. Sans crier garde, il lui flanque un violent coup de pied en plein buste.
Emporté en arrière, condamné à s’écrouler sur le dos, Apodis compte avec l’énergie du désespoir sur sa musculature abdominale pour se relancer en avant. Il bondit, poing chargé de sa cosmo énergie, en plein visage de son adversaire. Le choc, juste entre les deux yeux, est si violent que Memnon recule se tenant la tête entre les mains, la rétine brûlée par l’impact.
Comptant malgré tout sur des sens hyper accrus, le guerrier à la peau brunie utilise son dernier bras valide pour riposter. Cette fois-ci, c’est Apodis qui fléchit, désorienté.
Memnon en profite pour lui agripper la gorge et pour la lui serrer jusqu’à ce qu’il manque de souffle ou bien que sa nuque se brise.
Puisque Memnon profite d’une allonge plus grande, Apodis balance irrémédiablement ses bras en avant sans pouvoir faire grand-chose. Par miracle, il finit par réussir à attraper un des anneaux accrochés aux oreilles de Memnon. Il tire fort dessus et lui arrache le lobe. Éclaboussé par son sang, Memnon lâche prise sur le coup. Apodis en profite pour envoyer un crochet en direction de l’oreille blessée pour accentuer la douleur.
Perdu après une telle correction, Memnon erre sur la surface noyée d'hémoglobine, sans reprendre sa garde. Apodis se jette de tout son poids et vient le cogner avec ses deux genoux dans les reins. Memnon plonge tête en avant et glisse sur le parterre souillé.

Épuisé, Apodis traîne la jambe jusqu’à son adversaire qui rampe pitoyablement en espérant pouvoir se relever.
L’Oiseau de Paradis, du tranchant de la main, achève son ennemi d’un coup sec derrière la nuque.
Ce qui reste de son corps implose pour ne laisser qu’un homme au milieu d’une foule hostile. Sous les yeux de dieux enragés.
Pourtant, l’homme, est réduit à s’asseoir sur son postérieur. Ne pouvant plus lever le petit doigt, il ne perd pas de vue Hestia pour autant.

Author Topic: Chapitre 62  (Read 1255 times)

0 Members and 1 Guest are viewing this topic.