Les carnets noirs de la SNCF, parce que là, y en a marre...

Je crois que le titre parle de lui-même, je suis définitivement fâchée avec la SNCF (alors que pourtant, j'aime le train... :ph34r: ). Qu'est-ce qui a fait déborder le vase? Ca va être long, très long à expliquer... Mais bon, c'est vrai qu'en plus de 10 ans de voyages en train, j'ai eu le temps d'en voir des choses bien et d'autres beaucoup moins bien...  :scrogneugneu: (bon, on ne va pas abuser, de temps en temps, ils assurent quand même).

Voici une liste de tous les problèmes que la SNCF m'a posé, en comprenant si vous vous arrêtez avant la fin  ;) (pour plus de facilité, j'ai essayé de les classer du plus récent au plus ancien)

C'est vrai que la SNCF n'est pas non plus responsable de tous les incidents qui sont arrivés, mais un grand nombre auraient quand même pu être évités.

- dimanche 18 avril 2010
Redescendue sur Verdun pour fêter l'anniversaire d'une amie. Pour rentrer sur Reims, je comptais prendre le train de 18h45 à Verdun  ou le TGV de 18h23 à Meuse TGV. Sachant que l'éruption du volcan islandais a beaucoup perturbé le trafic aérien et par conséquent le trafic ferroviaire, je décide de consulter les horaires sur Internet. Ah zut, le TGV ne passe pas... Heureusement le TER lui circule. Du moins c'est ce que je pensais jusqu'à ce que je reçoive un appel de mon père. Aucun train au départ de Verdun ou de Meuse TGV et bien sûr, rien d'indiqué sur le site ter-sncf (par contre, voyages sncf a bien supprimé le tgv).
Mais comment je vais rentrer moi????
Dernière solution : traverser la moitié de la Meuse pour m'amener à Bar-le-Duc, dernier endroit où un train à destination de Reims circule encore aujourd'hui. Bon, sauvée. Ah oui, sauvée mais au prix d'un billet 50% plus cher que celui que j'ai d'habitude...

- samedi 13 mars 2010
Journée portes ouvertes à la faculté de Saumur =) Avec une fille de ma classe comme nous voulons continuer nos études toutes les deux là bas, nous décidons de nous y rendre. L'achat du billet de train se passe très bien, aucun retard. Bref, service parfait. A un couac près. Pour le retour, la billettiste de Reims nous a vendu un billet Saumur-Tours, Tours-Saint Pierre des Corps, Saint Pierre des Corps-Champagne Ardenne TGV, Champagne Ardenne TGV-Reims. Ah oui, sauf que passer par Tours au retour n'était pas spécialement nécessaire, sauf pour perdre du temps et de l'argent (sachant que les trajets sont facturés au nombre de km parcourus) car le train Saumur-Tours passe et s'arrête à ..... Saint Pierre des Corps.
L'erreur ne vient pas de la billettiste mais du logiciel interne SNCF puisque quand j'ai acheté un nouveau billet pour Saumur, j'ai précisé cette erreur à la guichetière qui n'a pas compris non plus pourquoi cet arrêt n'était pas affiché.

- mercredi 26 août 2009

Même là, la SNCF ne m'a pas laissée tranquille. Je suis descendue dans la Nièvre pour un enterrement. A Reims, la guichetière ne trouvait plus de trains jusqu'à Decize avant de comprendre qu'ils faisaient des travaux sur la ligne. Qu'ils fassent des travaux, tant mieux, c'est nécessaire. Mais le problème c'est que les bus qui remplaçaient les trains étaient tellement bien réfléchis que les horaires ne correspondaient absolument pas et qu'au lieu de 10 minutes à Nevers, on se retrouvait avec 1h30 d'attente et avec des trajets saucissonnés avec des changements 2 à 3 fois plus nombreux qu'en temps normal. C'est comme ça à chaque fois qu'ils font des travaux d'ailleurs....

- dimanche 23 août 2009
Journée prévue sur Paris pour revoir un ami. Trajet de base : Reims-La Ferté Milon, La Ferté Milon-Paris. Temps d'attente prévu entre les deux trains : 5 min. Temps d'attente réel : 2h. Et moi qui riait quand une amie évoquait tous les problèmes sur la ligne...
La raison de la suppression du train que je devais prendre : remplacement des rails sur le tronçon La Ferté-Milon-Lizy sur Ourcq. Forcément, nous sommes allés râler au chef de gare qui nous a reçu avec des yeux ronds comme des soucoupes. La gare de Reims était au courant pourtant ! Il a donc téléphoné illico. Réponse de Reims : "ah ben on croyait que les passagers le savaient..." Je vous laisse deviner le savon qu'il leur a passé. Résultat : arrivée sur Paris à 13h20 au lieu de 10h00. Et pas arrivée n'importe où : nous avons atterri dans l'espace réservé aux trains franciliens et uniquement accessible aux voyageurs munis du pass franciliens ou de tickets spéciaux. Ca a encore été toute une galère pour réussir à en sortir.

- vacances de Pâques 2009 (première partie)
Je décide de passer quelques jours en Allemagne chez ma grand-mère. Les problèmes commencent déjà à la gare de Verdun quand je veux acheter mon billet (là, je le reconnais, c'est de ma faute). Pour payer moins cher, je décompose mon billet Verdun-Kaiserslautern en trois parties : Verdun-Forbach, Forbach-Saarbrücken, Saarbrücken-Kaiserslautern (vous allez me dire, c'est illégal. Je sais, c'est illégal de décomposer son trajet si on ne peut pas composter son billet entre les changements et pourtant, les contrôleurs allemands ferment les yeux puisque chez eux le billet ne se composte pas). Je ne pourrais effectivement pas composter mon billet à Forbach puisque je n'ai pas le temps mais jamais aucun guichetier n'a posé de problèmes. Après un savon de la part du chef de gare et ses mises en garde, j'ai enfin obtenu mon billet.

Il a juste omis de me dire que des travaux étaient prévus sur la voie Verdun-Metz pile pendant la période de mon départ. J'ai donc du attendre deux heure le jour en question afin de pouvoir non pas avoir un train mais un bus à destination de Metz. Quand je lui ai fait remarquer, la seule réponse que j'ai eue est qu'il fallait que j'apprenne à lire puisque les travaux étaient annoncés. Sauf que la première fois que j'y suis allée, les affiches n'y étaient pas...

- vacances de Pâques 2009(deuxième partie)
Les vacances de Pâques se terminent. Je dois quitter ma grand-mère et l'Allemagne pour retourner à Reims. Billet acheté sans problèmes à la gare de Kaiserslautern, train à l'heure. je pars donc en direction de la France. Sauf que le France ne semble pas vouloir me revoir... Je descends à Forbach (ce coup-ci, j'ai un seul billet pour tout le trajet) et ne vois pas le train en direction de Metz. Tiens, il a du retard? Il devrait pourtant être là... Aux tableaux d'affichage, pareil. Bon, on va voir le chef de bord. Même incrédulité du côté du chef de bord, puisque son appareil lui indique la correspondance également. Et là, le déclic quand il tourne la tête : de nouveau des travaux !!! Ayant compris pourquoi le train n'était pas là (nous aussi entre temps en ayant vu l'affiche), il nous reparle mais d'un ton hautain en nous disant que la prochaine fois on apprendrait à lire. Ils sont comiques dis-donc chez eux. Ils ne préviennent même pas l'Allemagne que les liaisons avec la France sont coupées et prennent les voyageurs pour des imbéciles parce qu'ils affichent leurs travaux un mois avant de les commencer. Mais comment le sait-on si on ne passe pas tous les jours à la gare et quand rien n'est affiché sur le site????

- mars 2009
Fin du week-end chez papa-maman; retour sur Reims pour la semaine. A Ste Menehould déjà le train ne redémarrait plus. Ayant surpris une conversation entre le contrôleur et le conducteur du train j'ai compris le problème : un train fret a déraillé entre Châlons en Champagne et St Hilaire au Temple. Pourtant les rails sont dans un état à peu près correct là bas... Au final, arrivée avec 1h30 de retard sur Reims.

- novembre 2008
Ce n'est pas vraiment un incident très grave mais qui a été tellement récurrent entre novembre 2008 et février 2009 qu'à la fin il en est devenu insupportable. A chaque fois que je rentrais chez mes parents, j'avais droit à cet incessant refrain "Mesdames, Messieurs, le TER Vallée de la Marne n° ...... en provenance de Reims et à destination de Châlons-en-Champagne; départ initialement prévu à 19h57 partira avec un retard d'environ 20 min suite aux conditions météorologiques". 20 minutes c'est pas long, mais ça suffit pour louper un correspondance (je n'ai que 7 min de battement à Châlons, heureusement que le train pour Verdun attend...).
On a fini par savoir d'un contrôleur que la pluie et le vent ralentissaient tellement les trains fret que les trains voyageurs ne pouvaient plus circuler correctement au risque d'entrer en collision avec le fret et de créer des accidents. ca amène à se poser des question à la fois sur l'état des trains mais aussi sur celui des rails...

- août 2008
En vacances avec mes parents à Sète. Par une belle journée ensoleillée, nous décidons d'aller faire un tour du côté du Grau-du-roi et d'Aigues-Mortes. Journée mémorable. Au retour, ça se gâte un peu. Pas de train à Aigues Mortes alors qu'il y en avait un de prévu. Après 15min, le chef de gare vient nous voir en nous disant que le train va arriver mais qu'il ne repartira pas. Euh, on fait comment nous? Par chance, le chef de gare a été assez réactif et a tout de suite demandé à ce qu'on affrète un bus pour Nîmes, ce qui fait que nous avons pu avoir notre correspondance à Nîmes même si nous sommes arrivés en retard. Plus de peur que de mal pour cette fois...

- octobre 2007
Cet incident est également arrivé plusieurs fois mais je ne le mets qu'une seule fois. Pour changer, je décide de partir de chez mes parents à Verdun. Distance : 36 km. Trains circulant : oui. Donc, à la gare le matin pour prendre ce fameux train. Oh, miracle, nous sommes 3 à attendre (d'habitude je suis toujours seule). 9h20 arrive; le train, lui, n'arrive pas. 9h30, 9h40. Mais que fait donc le train? Eh bien rien. Pas de train mais un bus ! Un bus que nous aurions loupé si l'une des personnes attendant avec moi n'avait pas eu l'oreille fine et entendu le bruit du moteur. Le chauffeur de bus, contrairement à ce qu'il est censé faire a juste fait un demi-tour place de la gare avant de vouloir repartir alors qu'il doit normalement s'arrêter, descendre du véhicule et aller sur le quai vérifier si personne n'attend le train.

- avril 2007
Invitée dans le Nord de la Meuse, je décide avec ma correspondante allemande de me rendre sur Verdun pour y passer la journée et prendre le bus pour aller à la soirée ensuite. Le plan serait vite tombé à l'eau si une amie de ma mère n'avait pas décidé le même jour d'aller également à Verdun. Maria et moi arrivons à la gare à 9h15 pour prendre le train de 9h20. Le train sort du tunnel, s'approche et ... s'arrête à 100m de la gare. va-t-il redémarrer, va-t-il rester là? En fin de compte, il est resté là, en panne à 100m de la gare et bien sûr sans solution de secours pour ceux qui voulaient aller à Verdun (imaginez ceux qui venaient de Châlons, lâchés dans la nature à 50km de chez eux et même pas au bout de leur trajet).

- juillet 2005
Là, c'est sûr, la SNCF n'est en rien responsable du malheur qui est arrivé.
Début juillet 2005, je m'apprête à partir en Allemagne, à Mayence chez une correspondante, élève de ma tante qui est professeur de français dans une Waldorfschule de Mayence (un type d'école). Le train pour Metz prend du retard à partir d'Etain et accentue encore son retard au fur et à mesure du trajet. Un peu avant Metz, le conducteur décide de pousser la locomotive à fond et entre dans la ville à environ 120-130 km/h. Sauf qu'il n'a pas eu le temps d'arriver en gare. Au moment où nous passons devant les anciennes casernes désaffectées de la ville, le train effectue un freinage d'urgence. Un peu secoués, nous, voyageurs nous interrogeons. Que se passe-t-il donc? Pourquoi sommes-nous arrêtés en pleine voie. Le contrôleur n'en sait pas plus que nous. Après 1/2h d'attente sans information, le chef de bord passe finalement une annonce. le train a percuté une personne qui se trouvait sur la voie et ne pourra pas redémarrer avant l'accord de la police. Au final, l'attente aura duré 2h pour les passagers du train et ce drame a dû très fortement affecter le conducteur du train... 

Après, je ne me souviens que de l'évènement, pas de la date.

- en allant à Sète
Vacances d'été. Comme chaque pendant 10 ans, nous sommes descendus en famille à Sète. Sauf que le train était un train un peu moins vaillant qu'il n'aurait dû l'être. Il roulait déjà assez lentement et après Lyon s'est arrêté plusieurs fois en pleine voie. Apparemment un problème au niveau du refroidissement du moteur. Plus nous approchions de Sète, moins le train allait vite et plus il s'arrêtait souvent. A la gare de Frontignan, à quelques kilomètre de notre terminus, le train a eu toutes les peines du monde à redémarrer et a définitivement rendu l'âme en gare de Sète. nous étions arrivés ! Mais dire que ce train devait encore descendre jusqu'à Cerbère pour assurer la liaison France-Espagne...

- en revenant de Sète
Ah, les trains de nuit qui font Châlons-Sète, quel bonheur. Voici le deuxième incident dont je me souviens avec ce train. Nous prenons le train pour rentrer en Meuse. Le train démarre normalement, jusque là, pas de problème. Au fur et à mesure que le train remonte vers le Nord, au plus on entend le bruit du roulement "clac-clac-clac". Immédiatement, mon père (très grand passionné de trains) nous identifie la nature du problème : "c'est une bogie qui est fichue". Une bogie, c'est la plate-forme avec les roues sur laquelle sont fixés deux wagons; si elle casse nous déraillons et comme c'est la bogie de NOTRE wagon qui est fichue, nous serons aux premières loges. A Lyon, le train ne redémarre pas. Ah, ils ont compris qu'il y avait un problème? Point du tout, c'est le chauffeur qui doit prendre la suite du trajet qui n'arrive pas. Il se pointe avec finalement 1h de retard. Pendant ce temps, mon père signale quand même le problème au chef de bord. Seule réponse qu'il obtient : "on écrira un rapport là dessus". Bon, mais ce n'est pas tout, évidemment la situation se dégrade. J'étais trop petite pour me souvenir de s'ils ont dû ou non changer la bogie en urgence mais je me souviens que nous sommes arrivés à Châlons en Champagne bien après le départ de notre correspondance. Au final, nous sommes arrivés à la maison en taxi avec plus de 3h de retard...
"SNCF, donner au train des idées d'avance"
Last Edit: à 23h03 by vincz

Author Topic: Les carnets noirs de la SNCF, parce que là, y en a marre...  (Read 7282 times)

0 Members and 1 Guest are viewing this topic.

Offline vincz

  • Modérateur
Je suis fan de tes déboires ! Le plus drôle, c'est que je ne me lasse pas d'écouter tes histoires plus farfelues les unes des autres.

Je me demande ce qui pourra t'arriver lorsque le marcher du train sera définitivement ouvert  :mdr: :mdr: :niark: :niark:

Offline phoenix-s

  • Modérateur
peut-etre farfelues mais toutes réelles...

Offline Nao/Gilles

  • Admin
Je suis fan de tes déboires !
Pas gentil ! :sifflote:

Je me demande ce qui pourra t'arriver lorsque le marcher du train sera définitivement ouvert  :mdr: :mdr: :niark: :niark:
Berk, quelle horreur cette perspective. Je prends le train tous les jours pour aller au boulot et franchement, on peut taper sur les fonctionnaires ou assimilés autant qu'on veut, il n'en reste pas moins que globalement le service rendu est quand même pas si mal que ça...
Après c'est sûr, on se rappelle plus des 3 galères annuelles que des 95% de voyages qui se passent bien...

Offline vincz

  • Modérateur
Pas gentil ! :sifflote:
Elle à l'habitude :P , celle ou le train arrive 100m après la gare me fait et me fera toujours rire  :mdr: :mdr:

Offline phoenix-s

  • Modérateur
C'est vrai que globalement, la SNCF n'est pas si mal que ça; mais elle reste cependant nettement moins efficace que la Deutsche Bahn par exemple qui, depuis qu'elle est privatisée fonctionne vraiment très bien (d'ailleurs leur site est beaucoup plus précis en ce qui concerne le chemin de fer français que les sites français...)