Episode 18. ... voici le Terminator Alpha.


Dans les épisodes précédents :
Dans le présent, le général Westin est furieux envers Cameron. Il n’a pas d’autre solution que de revoir ses plans pour lutter contre le Terminator Alpha. Finalement, James Ellison va lui être plus utile que prévu. De ses propres mots, il est indispensable à la survie de leur espèce !
Dans le passé, l’équipe prend ses quartiers dans la base de Langley. Thomas Davis découvre les installations médicales qui vont lui permettre de devenir le Terminator Alpha…




Les personnages :

Sarah Connor
(Lena Headey)
Sarah Connor
(Lena Headey)
Cameron Philips / Allison young
(Summer Glau)
Cameron Philips / Allison young
(Summer Glau)
John Connor
(Thomas Dekker)
John Connor
(Thomas Dekker)
Jackson Hamilton
(Ray Stevenson)
Jackson Hamilton
(Ray Stevenson)


Kyle Reese
(Jonathan Jackson)
Kyle Reese
(Jonathan Jackson)
Catherine Weaver
(Shirley Manson)
Catherine Weaver
(Shirley Manson)
Savannah Weaver
(Mackenzie Brooke Smith)
Savannah Weaver
(Mackenzie Brooke Smith)
Lila
(Fay Wolf)
Lila
(Fay Wolf)


Derek Reese
(Brian Austin Green)
Derek Reese
(Brian Austin Green)
James Ellison / EV083
(Richard T. Jones)
James Ellison / EV083
(Richard T. Jones)
Shawn Cooper
(Chris Carmack)
Shawn Cooper
(Chris Carmack)
Tara Biel
(Willa Ford)
Tara Biel
(Willa Ford)


Jesse Flores
(Stephanie Jacobsen)
Jesse Flores
(Stephanie Jacobsen)
Riley Dawson
(Leven Rambin)
Riley Dawson
(Leven Rambin)
Adam Hernandez
(Nicholas Gonzales)
Adam Hernandez
(Nicholas Gonzales)
John Henry
(Garet Dillahunt)
John Henry
(Garet Dillahunt)


Megan / Serina Sepherd
(Jennifer Ellison)
Megan / Serina Sepherd
(Jennifer Ellison)
Thomas Davis
(Simon Woods)
Thomas Davis
(Simon Woods)
Savannah Weaver en 2027
(Alyson Hannigan)
Savannah Weaver en 2027
(Alyson Hannigan)
Justin Furlong
(Brent Weber)
Justin Furlong
(Brent Weber)


William Harris
(Matt Barr)
William Harris
(Matt Barr)
Joaquim Minguez
(Edgar Ramirez)
Joaquim Minguez
(Edgar Ramirez)
Général Westin
(Doug Savant)
Général Westin
(Doug Savant)


Saison 3, Episode 18.
... voici le Terminator Alpha.


16 juin 2027.
Six heures !
Il est deux heures du matin et voici maintenant six heures que John Henry s’est enfermé dans le laboratoire en compagnie de Thomas.
Assistée de Megan, l’intelligence artificielle opère celui destiné à être le TA.

Depuis autant de temps, les quatre humains se sont réunis dans ce qui servait autre fois de réfectoire.
Ils en ont eu assez pour soigner leurs plaies et laver leurs corps souillés. Rhabillés aux couleurs de l’armée américaine grâce aux tenues abandonnées par les soldats lors de leur départ précipité, John et Sarah ont enfin pu célébrer leurs retrouvailles en se serrant chaudement l’un contre l’autre. Après avoir avoué qu’ils sont mère et fils, ils ont échangé avec le reste de l’équipe les évènements les ayant conduis à leur unification aujourd’hui.
Beaucoup de doutes subsistent malgré tout quand au Terminator Alpha.

Durant leurs entretiens, Sarah s’est surprise à sourire en voyant celle qu’elle reconnaît comme étant une humaine, Allison, s’approcher discrètement et affectueusement de John.
De même qu’elle évite de croiser le regard persistant de Kyle.
Seulement, tôt ou tard elle s’y retrouvera confrontée.

Cela arrive plus tôt que prévu. Allison prétextant l’envie de visiter l’entrepôt des machines maintenant sous les ordres de John Henry, John en profite pour glisser un clin d’½il complice à sa mère pour insister sur le fait qu’il la laisse seule en compagnie de son héros, celui qu’elle aime depuis toujours, Kyle Reese.


Allison et John attendent d’être au détour d’un couloir pour se donner la main, tandis que Kyle baisse à son tour la tête lorsque Sarah choisit à son tour de focaliser son attention sur le jeune homme qui lui a offert un fils dans son passé.
Kyle engage la conversation :
Kyle - " Alors… Alors vous avez élevé seule cet enfant contre les machines n’est-ce pas ? "
Sarah - " Seule n’est pas le mot adéquate, j’ai eu deux hommes fabuleux qui m’ont épaulés contre les Terminators, deux frères. "
Faisant allusion aux frères Reese, Sarah sourit devant la gêne qu’elle occasionne chez Kyle.
Kyle - " Ah… Tout de même, je comprends pourquoi le commandant Weaver vous a toujours présenté à moi comme étant exceptionnelle. "
En disant cela, Kyle expose à Sarah la photo que lui a offert Savannah il y a quelques jours.
Sarah comprend immédiatement que les histoires qu’elle a racontées à Savannah, et qu’elle aurait dues encore raconter si elle n’avait pas quitté son époque, auront permis de la faire connaître de Kyle pour qu’au final il remonte un jour le temps pour enfanter John.
Au final, Savannah préparait brillamment la naissance de celui qui deviendrait tôt ou tard le défenseur de l’humanité.

Dès lors, l’envie d’avouer la vérité à Kyle lui brûle les lèvres, tout comme le regard que le jeune homme lui porte la consume. Cependant elle ne peut pas, elle ne doit pas.
Alors elle préfère que Kyle lui apprenne davantage qui il est, qu’il lui évoque tout ce qu’il n’a pas eu le temps de lui dire lors de leur première rencontre.
Bien vite, la mine froide et insensible de Sarah reprend cette expression enchanteresse qui illumine le visage des jeunes filles lorsqu’elles échangent leurs premiers mots doux avec leur grand amour.
Sans s’en rendre compte, elle se laisse ensorceler par le charme naturel du résistant dont les joues s’empourprent à mesure qu’il sent lui aussi cogner son c½ur dans sa poitrine.
La fatigue, des moments d’intimités avoués, quelques anecdotes humoristiques, des évènements tragiques… l’histoire des deux adultes les poussent à échanger bousculades, fou rires, larmes, accolades, caresses, sourires complices…


Dans le hangar où sont entreposés plusieurs Terminators inactifs pour le moment, John et Allison se promènent.
Ils entendent seulement leurs pas résonner dans le grand hall contenant des T700, des Harvesters, des HK-Tank, des HK-Aerial et bien d’autres modèles que les deux jeunes amants peuvent examiner de près.

Risquant même de se faire gronder à plusieurs reprises par sa bien-aimée, John manipule les circuits de chaque modèle pour essayer de mieux comprendre leur fonctionnement.
Durant des heures, ils étudient ces robots synonymes de chaos.

John grimpe les étages d’une tour permettant d’accéder aux différents niveaux qui composent l’anatomie d’un Harvester afin d’arriver au sommet et à la tête de celui-ci.
Il est suivi dans sa progression par la douce demoiselle qui détaille les moindres faits et gestes de celui à qui elle s’est donnée.

Pendant que John ouvre une trappe au niveau du crâne du Harvester pour analyser les divers niveaux de branchements, Allison s’étonne :
Allison - " Pourquoi sembles-tu si passionné par tout cela !? Si j’ai bien compris, une fois le TA achevé, tu retourneras dans ton époque. Là-bas il n’y a pas de machines de ce genre et il n’y en aura jamais puisque vous parviendrez à vaincre Skynet. "
Une telle question soulève le c½ur de John, plus de Skynet, plus de machines, cela voudra dire plus de Cameron ! Sa passion des machines ne s’est telle pas d’ailleurs accrue depuis qu’il connaît ce T888 qui veille sur lui.

John se contente de défendre son comportement :
John - " Je sens dans ton raisonnement comme un reproche. J’ai l’impression que tu m’en veux de vouloir rentrer chez moi ?! "
Allison - " N’ai-je aucune raison de pleurer le départ de celui que j’aime ? "
John grimace :
John - " Je pensais que tout était clair. Je n’ai jamais caché avoir la tête et le c½ur ailleurs, là d’où je viens ! Cette fille… Celle à qui tu ressembles beaucoup… "
Allison l’interrompt :
Allison - " Cameron n’est-ce pas !? "
John avoue :
John - " Oui… Cameron… J’en suis sûr aujourd’hui, rien ne pourra la remplacer. "

Allison fait la moue pour retenir ses larmes, John est choqué par la dureté de ses propres propos. Néanmoins, il a parlé avec le c½ur.
Bien sûr qu’il aime Allison, elle lui a apporté le réconfort et la complicité qui lui manquait à son arrivée. Cependant, même si elle lui ressemble trait pour trait, elle n’apportera jamais tout le mystère, la force et la crédulité qui fait de Cameron une entité passionnante.


Pendant que John concentre son attention sur l’étude des machines, Allison dévale les escaliers en sanglots…


Dans les dortoirs de la base de Fort Langley, Kyle et Sarah se sont endormis côte à côte au pied d’un des lits.
Préférant le plaisir d’une conversation à la douceur d’une literie comme Kyle n’en a plus connu depuis des années, la fatigue des derniers évènements a toutefois eu raison de leur bonne humeur.

Perdu dans ses cauchemars, Kyle sursaute vivement en imaginant la mort que son frère a rencontré lors de la bataille contre les T400.
Son bond sort immédiatement Sarah de sa nuit moins mouvementée :
Sarah - " Cela faisait bien longtemps que je n’avais pas aussi bien dormi. J’imagine que cela n’a pas été ton cas ? "
Kyle - " Non, toujours les mêmes scènes. Cette guerre, les miens qui tombent chaque jour. "
Elle pose affectueusement sa main sur son épaule blessée :
Sarah - " Parle-moi, dis-moi ce que tu vis chaque jour, soulage ton c½ur. "
Kyle - " Je crois… Je crois que j’angoisse à l’idée de pouvoir arriver à bout de tant d’années de souffrance. J’ai pris certaines habitudes qu’il va nous falloir changer.
Le jour il faut se cacher. La nuit tu peux te déplacer. Seulement il faut faire attention, car les patrouilles de la mort utilisent des infrarouges. Mais ils ne sont pas très malins, nous avons appris à les éviter. C’est là que les cyborgs ont fait leur apparition, des détecteurs ultras sophistiqués, les pires. Je suis un soldat, je ne sais faire que ça. "
Sarah - " La guerre n’est pas la seule chose qu’un homme sait faire. Dis-moi, les femmes de ton époque, comment sont-elles ? "
Kyle - " Prêtes à se battre. "
Sarah - " Ce n’est pas ce que je veux dire. Il y en a peut-être une que tu aimeras ? "
Kyle - " Que j’aimerai ? "
Kyle semble troublé par une telle réflexion.
Inconsciemment, Sarah a permis au jeune homme de reproduire cette scène vécue des années auparavant lorsque Kyle vint dans le passé pour la sauver d’un T800.
Lui, réalise combien cette femme quelque peu plus âgée lui apporte cet apaisement dont il a toujours eu besoin. Depuis qu’il a découvert la photo de cette femme dont Savannah lui a confié la vie, quelque chose a changé en lui. Sans la connaître, il s’est appris à apprécier l’air qu’il respire, à sentir les battements de son c½ur, à envisager de survivre davantage chaque jour pour pouvoir enfin la rencontrer. Qui pouvait prédire que cette chance lui viendrait si vite ?! Il est si proche de ce rayon de soleil qui a réchauffé sa vie de manière inattendu que maintenant il ferait n’importe quoi pour le garder auprès de lui.
Les yeux chargés d’une intense émotion, Kyle se confesse :
Kyle - " Savannah Weaver m’a remis une photo de toi. C’est une vieille photographie, déchirée. Tu y es aussi belle qu’aujourd’hui, le même regard, aussi triste et… Dès lors… J’ai compris que j’étais devant la seule femme de ma vie. Chaque trait de ton visage est gravé à jamais. J’étais même prêt à traverser le temps pour toi Sarah… Je t’aime. Tu es la seule que j’aime. "
N’écoutant que son c½ur, Sarah fait abstraction des larmes qui lui coulent des yeux et serre fort le jeune homme contre elle…



17 juin 2027.
L’ambiance est morose à Fort Langley. Le temps semble long hormis pour Kyle et Sarah qui profitent de la présence de l’autre.

John et Allison ne se parlent plus tandis que Megan observe l’attitude des deux jeunes gens.
Sortie du bloc où John Henry opère Thomas Davis, elle accentue sa découverte du monde humain en approchant le leader de la résistance. Elle le retrouve dans le hangar où il étudie les machines :
Megan - " Je peux voir à votre attitude que vous êtes en froid tous les deux. "
John - " Tu parles d’Allison et moi ? Oui, en effet, c’est quelque chose de très complexe les sentiments humains. Bien plus complexe que vos circuits de fonctionnement apparemment. "
John referme une carcasse de T1 avant de faire face à Megan. La jolie blonde baisse la tête :
Megan - " J’apprends chaque jour à éprouver vos émotions mais ça reste en effet un élément confus. "
John est tout de même intéressé par la présence de Megan :
John - " Cet homme que tu accompagnes, Thomas, il s’est passé quelque chose entre vous n’est-ce pas ? "
Megan - " Si par « passé quelque chose » tu sous-entends que nous avons eu des rapports alors oui c’est bien le cas, il y a eu rapports charnels. "
John sourit devant le manque de tact du T850. Megan s’en rend compte :
Megan - " Il faut toujours que vous détourniez le sens direct de vos phrases en utilisant des mots alambiqués vous les hommes. "
John - " C’est ce qui s’appelle être adroit. Contrairement à la maladresse des machines, nous savons atténuer nos propos. "
Megan - " Je sais le faire aussi. Les configurations de mon système me le permettent. "
John - " Et au niveau physique, qu’est-ce que ça a donné ce rapport avec Thomas ? "
Megan hésite à répondre instinctivement :
Megan - " Je te le dis avec tact ou sans tact ? "
John, est amusé :
John - " Dis-le naturellement. Ta maladresse fait partie de ta personnalité. "
Megan - " Ma personnalité ?! Tu veux dire que tu me considères comme une personne à part entière ?! Voilà donc ce qui a permis à Cameron d’apprendre plus vite et d’apprécier devenir une femme. "
John - " Comment sais-tu tout cela ? "
Megan - " La puce de Cameron a été connectée à mon système central pour que je recueille le maximum d’information sur le projet Alpha et pour lui permettre de réintégrer son endosquelette en 2008. Par conséquent, je sais tout ce qu’elle sait du John que j’ai en face de moi aujourd’hui et de celui qu’elle a côtoyé à une autre époque. "
John - " Que pense-t-elle de moi ? "
Megan - " Rien d’autre que tu ne saches déjà. Si la définition de mot amour est le même pour elle que pour moi, alors elle attend ton retour avec impatience. "
John - " Que lui dire ? Que faire lorsqu’elle sera face à moi ? L’approche envers Cameron ne peut être la même qu’envers une femme ?! "
Megan - " Et pourquoi pas ? En étant configurée à sa création, elle a tout appris des évènements sentimentaux et physiques qui conduisent aux relations entre personnes. "
Cette fois-ci, trop rongé par la curiosité, c’est John qui manque de tenue :
John - " Et le… L’amour… Au sens charnel du terme ? C’était comment ? "
Megan - " J’ai pu découvrir grâce à cela une notion que nulle machine ne peut découvrir sans l’aide des humains, le plaisir. "
John conclut :
John - " Comme toute autre émotion. "

Megan active les yeux fermés le T1 que John avait tant de mal à manipuler avant de réagir :
Megan - " Nous avons tant à apprendre de vous. Tout comme nous qui avons tant à vous enseigner. "

Soudain, des claquements de mains retentissent dans ce grand hall vide, brisant l’atmosphère cordiale qui s’est emparé du lieu.
La robuste silhouette de John Henry jaillit de l’ombre. D’une extrême candeur, il suppose :
John Henry - " Ce constat est visiblement partagé par notre ami ma chère Megan. N’est-ce pas Monsieur Connor ? "
John a toujours du mal à s’assurer que l’esprit de Cromartie n’est plus et que seule son enveloppe charnelle se tient devant lui. Avec une grande réserve, il affirme :
John - " M’enfermerai-je seul au milieu de machines pouvant m’abattre en une fraction de seconde si ce n’était pas le cas ? "
John Henry, toujours très posé, décèle :
John Henry - " Je soupçonne une pointe de cynisme dans vos propos John. "

Le T1 activé par Megan analyse John et commence à dresser les canons qui lui servent d’avant-bras en direction du futur leader de la résistance.
Sans même qu’il n’ait le temps de cligner des yeux, Megan arrache la tête qui sert d’unité centrale au tout premier modèle de Terminator !
John réalise à peine ce à quoi il vient d’échapper. L’IA lui permet d’éclaircir la situation :
John Henry - " Vous manipuliez un T1 que je n’ai pas pris soin de reconfigurer. Ce bon vieux modèle de Skynet est programmé pour tuer tout humain, quel qu’il soit.
Si je vous dis cela, c’est parce qu’un tel travail est impossible à moins d’un contrôle à distance. Ce que Skynet ne peut faire sans interférer par d’autres modèles, et ce que je ne sais faire sans approche physique. Les caractéristiques du TA permettront ceci grâce à ses capacités physiques conjuguées à mes performances motrices. "
John ne voit pas où l’IA veut en venir. John Henry se montre plus clair :
John Henry - " Cela signifie qu’à des kilomètres à la ronde, Thomas Davis pourra manipuler n’importe quel Terminator ou tout autre réseau informatique. Il pourra en faire ce qu’il veut grâce à mes capacités de connexion réseau. Nous allons disposer d’une arme ultime sur laquelle nous n’allons avoir aucun contrôle. Il va bénéficier d’un libre arbitre. "
John - " Dans ce cas, est-ce bien raisonnable de créer quelque chose qui sera encore plus puissant que Skynet ? "
John Henry - " Il n’y a pas d’autre possibilité que de créer le TA pour vaincre Skynet. Néanmoins je suis conscient du danger. Voilà pourquoi je voulais t’informer, toi et uniquement toi, de la procédure a suivre pour pirater et détruire mon système central. Il existe un virus, un virus que j’ai moi-même crée à partir d’une attaque que j’ai reçue par Kaliba lorsque nous étions dans le passé. Ils ont essayé de me contrôler alors que je n’étais pas encore au point. Cela m’a permis de faire un diagnostique système et combler mes lacunes pour ne me laisser plus aucune faiblesse, hormis une, volontaire. Un code informatique virale anéantissant l’exploitation de mon IA et déclenchant avant cela la destruction de la pile nucléaire reliée au c½ur du TA. Tu dois utiliser ce code à bon escient et en cas d’extrême recours car nous n’aurons plus aucune solution de contrer Skynet si Thomas n’est plus car la perte du TA signifie la perte de tout mon savoir. "
John - " Ce code, quel est-il ? "
John Henry - " Il s’agit simplement d’un fichier zippé sur un serveur web que j’ai mis en ligne en 2008. Le déverrouiller depuis n’importe quel disque dur entraînera sa propagation sur l’étendue du web mondial auquel le TA sera constamment relié. "
John - " Comment je trouve ce fichier ? "
John Henry - " James Ellison a la clé. Il dispose sans le savoir des codes qui permettront d’accéder à l’adresse web du fichier zippé. Lorsqu’il s’est occupé de moi, je lui ai crée une adresse mail sur un serveur étranger pour communiquer à l’abri des regards indiscrets avec lui à tout moment. Dans le dernier mail que je lui ai adressé, celui dans lequel je lui demandé de retrouver Thomas Davis, les coordonnées de l’adresse sont cryptées. Il s’agit simplement d’associer les lettres au numéro lui correspondant dans l’alphabet. Le « 1 » pour la lettre « a », le « 2 » pour « b » et ainsi de suite. Les ponctuations correspondent à la terminaison du nom de domaine sur lequel est hébergé le fichier. Il s’agit d’un code dont je m’étais fais le jeu et avec lequel j’ennuyais régulièrement Monsieur Ellison. Sans ses accès à son adresse de messagerie et son analyse de la ponctuation, il sera impossible de retrouver le lien. "
John - " Pourquoi ne pas m’enseigner ce code ? "
John Henry - " Parce que j’ai confiance en James Ellison, c’est lui qui m’a appris l’importance de la vie humaine. Il doit survivre pour devenir quelqu’un de bon dans le monde que vous aurez protégé du Jugement Dernier. Si je ne te confie pas le code, c’est parce que je te confie sa vie. "
John - " Et maintenant ?! "
John Henry - " Maintenant Megan va m’accompagner pour la dernière phase. La transplantation de mon intelligence artificielle en Thomas. Le reste de l’opération a été un succès. Il ne me reste qu’à te dire adieu John. Bien que je vive de façon infime en Thomas, je ne serai qu’une parcelle de son intelligence du fait qu’il conserve sa personnalité. "
L’IA tourne les talons, accompagné de Megan.

Avant qu’il ne laisse John seul dans le hangar, le jeune homme le rappelle :
John - " John Henry ! "
La machine se retourne pour reconnaître le visage reconnaissant de John :
John - " Alors toi aussi tu as appris à aimer ? "
John Henry - " James Ellison est, en quelque sorte, l’équivalent d’un mentor pour moi. Si se soucier d’un être au point de vouloir le protéger à tout prix et lui souhaiter le meilleur est une preuve suffisante d’amour, alors oui, j’aime James Ellison. "
John - " Dans ce cas, merci pour tout. "
John Henry - " Non John, merci à toi. "

John Henry disparaît dans la pénombre, laissant John penaud :
John - " Merci à moi ?! Mais p… Pourquoi ?! "



18 juin 2027.
Dans les cuisines du réfectoire de Fort Langley, une odeur agréable de plat cuisiné arrache un sourire à Kyle, John et Allison.
Bien qu’elle baisse la tête pour ne pas croiser le regard de John, Allison ne peut qu’exprimer sa joie à l’idée de goûter le repas préparer par Sarah. Celle-ci arrive avec la marmite dégageant ce parfum délicieux :
Sarah - " Une chance que dehors les choses se soient calmées. La nature a repris le dessus malgré l’attaque du Jugement Dernier. Il n’a fallu que très peu de temps à Megan pour chasser de quoi nous ravitailler en viande depuis notre arrivée. "

Tous tendent leurs assiettes en direction de la mère de John.
Contrairement aux deux jeunes, Sarah et Kyle n’hésitent pas à s’échanger des sourires ambigus.
Assis l’un en face de l’autre, ils essaient grossièrement de dissimuler leur affection réciproque, ce qui ne passe pas inaperçu auprès de John.
Accompagné de ses parents, il ne peut s’empêcher de sourire nerveusement rien qu’en se faisant à l’idée que sa mère s’offre une seconde jeunesse.


L’ambiance passionnée qui règne à table est toutefois interrompue par des pas qui résonnent dans le couloir.
Régulièrement, quelques machines, T700 et T800, reconfigurées par John Henry, traversent le bâtiment pour en assurer la surveillance ainsi que la maintenance des autres modèles.
Cette fois-ci, le pas est moins synchronisé, plus naturel.

La mine plus radieuse que d’habitude, les cheveux courts et clairs sans la moindre marque de lobotomie, arborant son torse nu athlétique, habillé d’un unique pantalon blanc fin et léger, pieds nus, Thomas ferme les yeux et hume le repas :
Thomas - " Ca m’a l’air en tout point succulent ! "

Les quatre humains bondissent aussitôt de leurs chaises. Thomas ne leur laisse pas le temps de les assaillir de questions. Il pointe sa main en direction de John et l’allonge jusque sous le nez du jeune homme :
Thomas - " Avant-bras poly mimétiques… "
Il rétracte son membre et vient avec caresser sa poitrine :
Thomas - " … pile nucléaire en supplément de mon c½ur humain… "
Il fait de sa main une lame acérée avec laquelle il s’entaille au niveau des côtes pour laisser apparaître son squelette :
Thomas - " … endosquelette en coltan… "
Sa plaie cicatrise aussitôt :
Thomas - " … je ressens la douleur mais ne l’endure pas, cicatrisation quasi-instantanée… "
Enfin, alors qu’un T800 passe dans son dos, sans même prononcer le moindre mot, il fait venir la machine à table et lui fait avaler une fourchette de l’assiette de John. Thomas en sourit et tapote avec son doigt contre son propre crâne :
Thomas - " … insertion de la puce de John Henry à mon cerveau, possibilité de liaison à longues distances avec toutes les machines présentes sur cette planète. A l’heure qu’il est, dehors, tous les Terminators sont en inactivités sans que Skynet ne puisse comprendre pourquoi. Je suis Thomas Davis, le Terminator Alpha ! "

Le climat instauré par la démonstration du TA provoque un silence suspect dans l’assistance.
Thomas détend tout le monde en déclarant :
Thomas - " Putain, j’ai toujours rêvé de faire sensation comme ça ! "
Sa décontraction soudaine prouve immédiatement que la mission de John Henry a été un succès, Thomas reste un homme avant tout.

Cela ne plait pourtant pas à Sarah. Malgré les apparences, Thomas a volontairement abandonné ce que la nature avait fait de lui pour confier son corps à une intelligence artificielle.
D’ailleurs, la déclaration à venir de Thomas ne l’aide pas à se rassurer.

En effet, l’ancien militaire de carrière commence à déclarer à John :
Thomas - " Merci à toi John. "
Connor reste penaud comme il l’avait été la veille lorsque John Henry lui a sorti la même phrase.
John comprend alors qu’à travers Thomas, John Henry s’exprime :
Thomas - " Merci pour toute la confiance que tu témoignes aux machines, pour avoir su reconnaître leurs valeurs et leur droit d’exister. "
John - " C’est donc ça que tu voulais me dire hier, avant de disparaître en Thomas, John Henry ? "
Thomas - " Pas la peine de parler à John Henry en t’adressant à moi. John Henry n’existe plus. J’ai juste hérité de ses connaissances, sa mémoire et de sa base de données en perpétuelle évolution. "

Une telle déclaration met Connor dans le doute. Thomas sait-il alors que John Henry a confié à John le moyen d’éliminer le TA ?
Est-ce qu’une telle déclaration de Thomas n’est pas justement destinée à faire culpabiliser Connor pour qu’il dévoile la vérité ?
Toujours est-il que Thomas fixe avec insistance, un sourire aux lèvres, le jeune homme…

Author Topic: Episode 18. ... voici le Terminator Alpha.  (Read 134264 times)

0 Members and 1 Guest are viewing this topic.

FREDERIC

  • Guest
  •  
 :rolleyes:

il faut dire qu'il était 5 heures du matin, donc, il m'arrive parfois d'oublier d'écrire certains mots, certain de l'avoir fait.
et lorsque je m'en rend compte, il est trop tard. ceci étant, à ce moment là, pour ma défense, j'étais malade.
Hé oui un nouvel ulcère vient d'apparaitre, et je peux vous dire que c'est assez chiant. la douleur s'était diffusé au niveau du sternum comme une intense brûlure.
je dois reconnaitre que l'idée de passer une nouvelle fibroscopie ne m'enchante guère.

Bref, pardonnez mes étourderies, je ferai de mon mieux les prochaines fois.

A bientôt !

C'est pas méchant ! Regarde, sur ma pensée du moment j'ai écris "Guide inteprète à Saumur =) " pourtant j'étais en très bonne santé et parfaitement réveillée (d'ailleurs Nao ne s'est pas privé pour me le faire remarquer :sifflote:  :mdr:)

Bon courage pour ton ulcère !

Tant que j'y suis, je me pose une petite question à laquelle tu pourras peut-être me répondre étant donné tes origines. L'indépendance de la Catalogne, c'est pour quand? :gnehe:)
« Last Edit à 16h43 »

FREDERIC

  • Guest
  •  
Salut Phoenix, je te remercie, pour tes encouragements de guérisons, mais ce n'étais qu'un moment passager, bien heuresement.
Pour répondre à ta question, sur l'indépendance dela catalogne, cell-ci est quasi indépendante. elle a son propre parlement, et ne dépend du gouvernement monachique républicain, que par rapport au code civil etpénal espagnol.
Comme je te le disais, la catalogne dispose  d'une forme de gouvernement, indépendant du gouvernement espagnol, dans la mesure où les lois monarchiques républicaines sont en accord avec la monarchie républicaine.
en dehors de cela, la catalogne est libre d'instaurer n'importe quelle loi, du moment où cela ne mais pas en péril le citoyen. Tout ce qui concerne les taxes et autres droits, sont voté par le "gouvernement" catlan.

A la difference du Pays Basque espagnol e le pays basque français, qui sont à l'origine une seul et même pays basque, qui revendique leur indépendance, suite à la division de cette province.
Car l'espagne a des provinces, telles que la catalogne, la castille, etc... ainsi que le Pays Basque, qui à l'origine, grignotait le territoire français, tout en appartenant à l'Espagne.

Donc, pour le moment, la catalogne est considéré comme indépendant par sespairs, à l'instar de l'Irlande, l'Ecosse, ainsi que le Pays de Galle, soumis à la rayeauté britaniqe, et dont ils sont totalement dépendant.
Pourquoi, crois-tu, qu'il y a de nombreuses années, des attentats de l'IRA ?

Il y a des siècles, l'écosse se souleva contre l'empire britanique, ainsi que l'Irlande.

Crois-moi, lescatalans sont bien indépendants. De plus, c'est la province la plus riche d'espagne. économiquement et industriellement. Cela dit,je sais de quoi je parle, les catalans sont fiers, et snobs, voire bourgeois.
Fiers, car ils discutent difficilement en espagnol avec les autres espagnols. ils font l'effort de parler espagnol pour les touristes, mais ils n'aiment pas tellement parler espagnol. leur langue d'origine étant le catalan. une langue bien plus difficilé à apprendre.

et si tu t'y connais en foot, saches que le stade de Barceleone est le second plus grand du monde. EN outre, le Barça, est la seule équpe au monde à ne pas vivre de sponsors. tu remarqueras sur leur maillot, l'absence de toute forme de publicité, à l'exeption de l'emblêm de la province et de la ville de Barcelone.

bonne journée à toi et à bientôt mon cher Phoenix !

bonne journée à toi et à bientôt mon cher Phoenix !
Décidement, tu as des problèmes avec les sexes !!! :P
Ici il faut dire "ma chère phoenix".

FREDERIC

  • Guest
  •  
 :rolleyes:
Désolé, mon cher Lionel, mais le phénix est un oiseau mâle, selon la mythologie.
Qu'importe, je te rassure, je n'ai aucun problème avec le sexe féminin. je suis pour l'égalité des sexes. je fais moi même le ménage.
le seul truc que je n'aime pas, c'est la jardinage.
Enfin bref, j'espère que tu avas bien !

:rolleyes:
Désolé, mon cher Lionel, mais le phénix est un oiseau mâle, selon la mythologie.
Non, mais on s'en fout, ce que Lionel voulait dire, en l'occurrence, c'est que Phoenix-s est une madame, tout comme Kodeni est un homme, quoi...

Cher (ou chère^^) Frédéric; effectivement, je suis bien une fille. D'ailleurs, de même que le pégase ou le dragon, le phoenix est une créature mythologique donc on ne peut pas spécialement lui donner de sexe  :P

En ce qui concerne le foot, moins je le regarde, mieux je me porte. Les seules équipes que je suis de loin sont Reims (pour me marrer un peu :mdr:) et Kaiserslautern en Allemagne (pour me marrer encore plus :niark:)

Offline Nao/Gilles

  • Admin
Le phénix est hermaphrodite... La preuve : en japonais, "hôô" (phénix) est composé de deux kanji qui veulent dire "phénix mâle" et "phénix femelle". (Véridique.)

OK, je sors...

Merci Nao !!!!! Au moins je ne serai pas obligée de m'imaginer avec tous les attributs d'un homme à chaque fois que j'utilise mon pseudo !  :mdr:

bonne journée à toi et à bientôt mon cher Phoenix !
Oh purée je sors avec un homme !!!!!!!  :mdr: :mdr: :mdr: :mdr: :mdr: :mdr: :mdr:

En 9 mois je pense que j'aurais eu le temps de le remarquer  :D :D :D

nawax77_

  • Guest
  •  
EDIT : bien évidemment, devant tout l'intérêt de ce message et l'affection porté aux membre du forum, je censure.
« Last Edit 3 April 2011 à 10h41 by Kodeni »