Episode 13. Le tournant de la quête (Partie n°1/3).


Dans les épisodes précédents :
Dans le présent, Sarah a réussi à soutirer des informations sur le responsable de Kaliba. Il s’agit du général Westin. Pendant ce temps, Cameron délivre James Ellison du SWAT et échappe de justesse aux deux Terminators qui les poursuivent.
Dans le futur, l’équipe reprend sa route pour le Canada, croyant avoir trouvé la taupe qui laissait des indices pour Skynet. Hélas, il s’avère que quelqu’un continue à semer pour les machines…




Les personnages :

Sarah Connor
(Lena Headey)

Cameron Philips / Allison young
(Summer Glau)

John Connor
(Thomas Dekker)

Jackson Hamilton
(Ray Stevenson)

Kyle Reese
(Jonathan Jackson)

Catherine Weaver
(Shirley Manson)

Savannah Weaver
(Mackenzie Brooke Smith)

Lila
(Fay Wolf)

Derek Reese
(Brian Austin Green)

James Ellison / EV083
(Richard T. Jones)

Shawn Cooper
(Chris Carmack)

Tara Biel
(Willa Ford)

Jesse Flores
(Stephanie Jacobsen)

Riley Dawson
(Leven Rambin)

Adam Hernandez
(Nicholas Gonzales)

John Henry
(Garet Dillahunt)

Megan / Serina Sepherd
(Jennifer Ellison)

Thomas Davis
(Simon Woods)

Savannah Weaver en 2027
(Alyson Hannigan)

William Harris
(Matt Barr)

Justin Furlong
(Brent Weber)

Joaquim Minguez
(Edgar Ramirez)


Saison 3, Episode 13.
Le tournant de la quête (Partie n°1/3).


10 juin 2027.
Deux jours se sont écoulés depuis que John a choisi de faire cavalier seul en prenant la route avec sa moto. Deux jours qu’il mange à l’écart du groupe et abandonne sa tente la nuit à l’esseulée Allison.

La route est calme, sans encombres apparents, les températures sont agréables et l’itinéraire est respecté dans les temps.

Seulement voilà, aujourd’hui ils sont contraints de passer à proximité d’un camp de travail de Skynet.
Il n’y a pas d’autres routes que celle qui mène à cette ancienne manufacture transformée par les machines en une usine de fabrication.

A mesure que l’équipe s’avance, le sol se trouve jonché des restes d’un village duquel il ne reste que les fondations.
Des ossements agrémentent de plus en plus le paysage et une odeur de cadavres en putréfaction est davantage saisissante à mesure que les kilomètres sont avalés.

Au volant, Allison a volontairement choisie de contourner ce qui est un des premiers camps de travail que Skynet a crée en passant par la fosse commune où les machines se débarrassent des « ouvriers » à bout de force.


La vitesse de croisière n’excède pas les dix kilomètres par heure, chaque voyageur, à l’exception du capitaine Hamilton, détourne son regard ou bien dépose sa main devant sa bouche.
Cette vision chaotique arrache quelques larmes à John qui a les yeux cachés par la visière de son casque.
Ses yeux ne sont pas suffisamment gondolés par l’eau pour l’empêcher de remarquer un individu remuer le bras au milieu d’un dépôt de cadavre.

Cependant, il n’est pas le premier à s’en inquiéter, roulant à faible allure, Kyle et Derek, laissant le volant à Joaquim, sautent de leur hummer pour avancer, courbés, le fusil balayant l’horizon, en direction du rescapé.

Hamilton ouvre la vitre teintée de son hummer et chuchote :
Jack - " Revenez ici soldats ! Cet homme va nous refiler les pires maladies qu’il a chopées en traînant au milieu de cette peste ambulante depuis des jours. "
Kyle répond d’une voix atténuée :
Kyle - " Il pourra peut-être nous renseigner sur les positions ennemies dans les environs. "

Le commandant Weaver les encourage en imitant leur geste. Elle les rejoint à pieds, suivie d’Allison :
Savannah - " Ne prenez pas de risques surtout… "


Resté en retrait, John observe les amoncellements de cadavres alentours et remarque que dans d’autres amas des bras d’hommes bougent de la même manière que celui vers lequel Savannah, Allison et les Reese s’approche.
John s’attarde donc un peu plus sur les mouvements parfaitement similaires avant d’écarquiller grand ses yeux :
John - " Tirez vous ! C’est un piège ! "

Les Reese ont à peine le temps de tourner la tête en direction de John que le rescapé qu’ils pensent sauver se redresse pour dévoiler son apparence, celle d’un endosquelette à mi-chemin entre le T600 et le T800, un T700 avec une peau synthétique.

Tout autour d’eux, les autres bras identifiés par John sortent du charnier et se présentent sous le même jour.
Weaver tire en arrière les Reese en ordonnant :
Savannah - " Aux voitures ! Foncez, foncez ! "

Au volant de son propre hummer, Hamilton vient cueillir son commandant, pendant que Kyle et Derek les couvrent.
Allison, perdue au milieu des tirs ennemis, est rejointe par John qui, avec poigne, la tire jusqu’à l’arrière de sa moto pour engager une fuite à vive allure.

Touchés plusieurs fois dans leurs vêtements pare-balles, Derek et Kyle bénéficient de la chance de ne pas se trouver face à des canons plasmas. Ils repartent à bord du hummer conduis par Joaquim…


10 juin 2008.
« Panser nos blessures ! »
Voilà ce qu’a déclaré Sarah à Cameron les concernant elle et James.

Il est vrai que contrairement à eux, Cameron est insensible à la douleur et cicatrise à une vitesse folle.

C’est la raison pour laquelle, le T888 est invitée à se rendre chez le général Westin maintenant qu’elle a recueilli les informations nécessaires à sa localisation.

Il faut dire que Cameron n’a eu aucune difficulté à localiser ledit responsable militaire. Son nom est connu du Terminator pour la simple et bonne raison que sa fille, Cheri Westin, fréquente le même établissement scolaire que celui où elle se rendait en compagnie de John Connor.
C’est cette même demoiselle qu’elle avait surprise à proximité de Connor un jour après les cours. Son étrange comportement et son refus de s’intégrer aux autres étudiants avaient interpellé Cameron.
Celle-ci avait donc choisit de conserver en mémoire les informations qu’elle avait récolté à son sujet : âge, poids, taille… mais surtout le nom et l’adresse de l’intrigante demoiselle.

Et voici qu’il fut aisé à Cameron de confondre Cheri Westin avec le général Westin. Les études statistiques effectué à partir des éléments traités permettent d’anticiper sur certains aspects que le général a sûrement transmis à sa fille : de type européen, l’homme doit avoir entre trente-sept et quarante-cinq ans, il doit mesurer entre un mètre soixante-dix et un mètre quatre-vingt, la couleur de sa pilosité oscille entre le châtain foncé et le brun.

Le Terminator a bluffé Ellison et Connor lorsqu’il a récité cette leçon qu’il a pu construire à partir de simples critères physiques retenus sur une image de la jeune fille qu’il a conservée en mémoire !


Toujours est-il que Cameron Philips, vêtue simplement d’un jean et d’un manteau de cuir, armée sous ses habits de revolvers et de munitions, avance d’un air innocent dans un quartier résidentiel aux grandes maisons blanches et aux jardins bien entretenus.
Son système de vision haute définition lui permet de reconnaître, à l’intérieur d’un van stationné, une unité de surveillance postée devant la maison.

Le portail qui boucle l’enclos de la propriété est sous vidéosurveillance, comme le reste de la maison, et est gardé par deux vigiles aux costumes et lunettes noirs.

Cameron s’hasarde à approcher les gardes. Elle sourit avec insistance au premier et s’adresse au second :
Cameron - " Bonjour, je suis une amie de Cheri. Elle m’a invité à effectuer quelques révisions. "
Tandis qu’elle reste en contemplation devant le premier surveillant, le second amorce un contact radio avec l’intérieur de la résidence.
Cameron profite de l’inattention de l’homme à la radio pour assommer d’abord celui avec lequel elle échangeait un regard passionné avant de s’en prendre à lui.

Cet acte vaut aussitôt l’alerte du personnel du van qui regarde avec impuissance le Terminator escalader le portail et pénétrer dans la demeure.

Dehors, le personnel s’active à ouvrir la grille pour rattraper l’intruse jusqu’à ce qu’une voix dans la radio les en dissuade : « Laissez la venir jusqu’à moi ! C’est un ordre ! »


10 juin 2027.
Derrière le camp de travail de Skynet, dans la décharge humaine, les véhicules se dispersent pour contourner les monceaux de dépouilles et éviter les tirs des quelques T700 en planque.

Le blindage des voitures permet aux trois hummers de s’en tirer quand John et Allison sont à découvert.
Heureusement, John bénéficie d’un terrain fait de bosses et de trous, lui permettant de dévier sa position et éviter la visée juste des machines.

Toutefois, Skynet, pour parer à toute éventualité, a volontairement laissé ces chemins de fortune à découvert pour positionner sous terre des mines.
Chanceux jusqu’ici, John et Allison peuvent compter sur les tirs loupés des machines pour frapper les charges et ainsi leur éviter de rentrer en contact en premiers avec.

On ne peut pas en dire autant des hummer dont la largeur entre régulièrement en collision avec les morts tant les chemins sont étroits.
Celui conduis par Joaquim termine même sa course en se renversant sur le flanc à force de monter à cheval sur les montagnes humaines.
En glissant sur plusieurs mètres, la voiture entre en collision avec une mine à hauteur du pare-choc. La voiture est soulevée puis retombe sur le dos !

Joaquim sort avec quelques égratignures et part s’enfoncer dans les cadavres pour s’en faire des boucliers.
A l’arrière, Kyle et Derek, les deux autres passagers, sont pris au piège, ils ne peuvent sortir sans essuyer les tirs des T700.

Le dernier hummer, celui occupé par William Harris et un autre résistant passe à proximité pour permettre à Joaquim de fuir, condamnant ainsi les Reese à une mort certaine.

Sur l’autre rive de la décharge, John réalise que l’attention des T700 à son encontre s’amenuise, favorisant abattre leur courroux envers son oncle et son père !
En posant le pied au sol et en jouant avec le frein et l’accélérateur, il effectue un virage parfait à quatre-vingt-dix degrés et part à la rencontre de sa famille.


Devant, le visage focalisé sur son rétroviseur, l’impassible Jackson ne peut qu’admirer le courage de ce jeune garçon, fou, certes, mais incroyablement courageux.
Depuis le siège arrière où elle a pris place, Savannah pose sa main sur l’épaule du capitaine.
Sans même la regarder, il comprend :
Jack - " Pas de soucis, on part l’aider ! "

John contourne les principaux T700 opposés aux siens pour utiliser son fusil mitrailleur d’une main tout en conduisant son engin de l’autre.
Les T700 abandonnent leurs proies et se focalisent sur le vivace sauveur.
Jack en profite pour approcher son véhicule et pour extraire les Reese du leur.
Les deux frères se serrent à l’arrière en compagnie de Justin et Savannah déjà présents.

Ils peuvent désormais fuir sous les tirs de plus en plus nombreux des machines.
Pendant ce temps, l’alerte est donnée à l’intérieur du camp et, depuis les miradors qui délimitent l’intérieur de celui-ci, des frappes explosives balaient le charnier, obligeant la voiture de Jack et celle de William à prendre des chemins opposés.
John est contraint de suivre William pour fuir cet enfer…


10 juin 2008.
Dans sa demeure de Burlington, Thomas se gratte sa barbe épaisse en lorgnant par la fenêtre l’attitude de Megan qui étend sur linge dans le jardin.
Depuis l’arrivée du Terminator, la maison n’a jamais été aussi bien entretenue, à croire qu’un programme d’aide-ménagère a été intégré au T850.
Propreté, bien sûr, et mécanique aussi !
Depuis son arrivée, Megan passe plusieurs heures par jours à bricoler dans le cabanon en fond de jardin. Thomas s’y est déjà aventuré et avait découvert des écrous, des vis, de vieux ordinateurs et quelques pièces appartenant à Tara Biel, le T800 venu l’exécuter.
Néanmoins, il n’a jamais su pourquoi Megan passe tant de temps avec tout ceci.


Il faut dire qu’il n’y a pas matière à occuper ses journées en restant confiné ici. Thomas en sait quelque chose, ça fait désormais plus de cinq heures qu’il est enfermé dans sa chambre avec une bouteille de vodka que lui a acheté Megan.

Seulement, le sevrage de l’ancien soldat semble avoir été un succès, il tourne le dos à l’alcool et n’y pense même pas, il repense plutôt aux derniers évènements passés en compagnie de Megan, à l’apprentissage qu’ils ont fait en commun l’un de l’autre.

Soudain, un courant d’air portant l’odeur de fraîcheur que donne Megan aux vêtements parcoure la maison après qu’une tournée de linge soit achevée par la machine à laver.

Cette odeur vient lui rappeler à quel point ses vêtements miteux et ses cheveux longs, gras, gâchent les efforts produits par la jeune femme, car c’est comme cela qu’il commence à la voir.


Il sort alors de ses songes et gagne la salle de bain en prenant l’aspirateur avec lui !
Enfermé à l’intérieur, il sort une tondeuse à cheveux, un rasoir, de la mousse à raser, du shampoing, du savon et une petite boite à bijoux.
Le voilà parti pour deux longues heures de travaux intenses…


10 juin 2027.
Voici maintenant une heure que les résistants roulent dans une direction inconnue à pleine vitesse.
Divisés en deux groupes, ils ont abandonné l’itinéraire de départ dans l’expectative.
Maintenant que le soleil se couche et que ni l’une ni l’autre des unités ne semblent être suivies, les équipes choisissent d’établir le camp.


A bord du premier hummer, composé de Jack, Justin, Savannah, Kyle, Derek et un dernier soldat, la découverte des décombres d’un village aux murs, pour certaines maisons, encore debout est une aubaine.
Le soldat stationne la voiture devant une bâtisse tandis que Jack et Derek partent devant examiner l’intérieur.
Jack - " C’est vide. "
Le commandant Weaver balance alors un paquetage au soldat qui les accompagne :
Savannah - " Nous allons installer le campement ici. Pendant ce temps, Kyle, Derek et Justin vont faire le tour des maisons pour s’assurer qu’il n’y ait rien de suspect. "
Les trois hommes se tiennent droit et effectuent un salut militaire avant d’obtempérer…


Involontairement, la moto de John et le hummer de William s’établissent à vingt kilomètres de là après avoir trouvé un refuge dans un ancien centre aéré situé sur un plan d’eau.
Joaquim, premier à mettre le pied à terre, examine les bungalows avec minutie :
Joaquim - " Aucune trace de dégradation, pas de cadavres. Ce lieu a seulement été abandonné, Skynet ne s’y est pas attardé. "
Allison descend de la moto et démêle ses longs cheveux en retirant son casque :
Allison - " Et le plan d’eau ? Est-il contaminé ? "
William sort de sa ceinture un tube avec au fond une tige blanche. Il remplit l’éprouvette et la secoue :
Will - " Si la tige vire d’une autre couleur que le vert, c’est qu’il est préférable de ne pas s’en approcher. "

John se désintéresse des recherches du reste de sa faction, il dépose déjà ses affaires dans une des nombreuses cabanes et sort une portion de ses maigres denrées emportées depuis Los Angeles.
Comme la plupart des résistants, il a fractionné ses aliments en autant de jours qu’il était prévu de rouler pour se rendre au Canada.
Désormais, la tâche est plus rude, ils ont dévié de leur route et sur les cartes dont il dispose et que John s’est empressé d’étudier, rien n’indique le lieu où ils se trouvent. Le pire est qu’il n’a pas la moindre idée de l’endroit où est parti l’autre groupe. Sont-ils encore vivants au moins ?

Dehors, la réponse au test est positive, la tige est verte, l’eau est saine.
Allison décrète aussitôt :
Allison - " Dans ce cas, après plusieurs jours de route, une bonne baignade me fera le plus grand bien. "
Elle profite du couché de soleil pour se diriger loin de sa troupe pour se dévêtir totalement derrière les roseaux sauvages. D’un pas délicat, le corps svelte de la jolie demoiselle s’enfonce petit à petit dans l’onde rafraîchissante.

Au camp, Joaquim n’a de cesse de fixer la direction dans laquelle vient de s’engouffrer la belle jeune femme. William remarque son insistance et semble la partager. Il pointe du doigt Keith, le soldat qui les accompagne :
Will - " Vide donc nos affaires et prépare le feu, on arrive. "
Keith s’exécute sans broncher pendant qu’en lui tapant le bras, William alerte Joaquim de son intention de suivre Allison. D’une mine complice, ils s’enfoncent dans les hautes herbes…


Dans le village abandonné, Justin, Kyle et Derek poursuivent leur inspection.
A première vue, Skynet ne s’est pas attardé ici, seuls des ossements d’enfants, trop petits certainement pour se rendre en camp de travail, sont trouvés occasionnellement dans les demeures.
Certaines ont encore le couvert présent sur la table, les aliments moisis à l’intérieur, l’attaque a dû être brève et précise.

En rentrant le premier de sa mission d’éclairage, Kyle utilise un chemin diffèrent de celui utilisé à l’aller.
Son attention se focalise sur un objet au sol, un objet propre, neuf, au milieu de ce parterre de cendre. Une carte de jeu enroulant une balle de revolver à l’intérieur !
Kyle est aussitôt saisi, le véritable traître n’était pas Edward, il est toujours vivant et est parmi son équipe. Justin, Savannah, Jack, le soldat qui les accompagne nommé Tommy, ou, pire, son frère Derek !

Dans le garage d’une demeure, Justin profite d’être isolé pour sortir un plan de sa ceinture.
Il le déplie sur l’étable poussiéreuse et examine plusieurs points étrangement marqués. Il dépose son doigt sur le camp de travail d’où ils ont réussi à fuir et remonte à l’est, route qu’ils ont empruntée, pour identifier le lieu où ils se trouvent. Ce lieu tient une annotation particulière comme d’autres endroits sur la carte. L’annotation « 700 » est d’ailleurs indiquée au-dessus de la zone géographique où se trouvait le camp de travail. Cette fois-ci, le chiffre « 400 » est marqué.
Justin se précipite aussitôt devant la porte de garage et, au lieu de sortir, reste à épier par la fenêtre les mouvements suspects, arme au poing.

Plus loin, dans une maison étrangement tenue, Derek reste sur ses gardes.
En effet, des traces de passage régulier sont formées dans les couloirs de l’habitation au milieu de la poussière. Des marques de grands et larges pas !
L’aîné des frères Reese régule sa respiration pour dissimuler sa présence. Le dos collé aux murs des pièces qu’il traverse, il atteint rapidement l’étage où les nombreux pas indiquent l’utilisation des escaliers.
Là-haut, le couloir sombre débouche sur trois pièces aux portes closes. Derek ouvre la première aux volets fermés, plongeant l’investigateur dans les ténèbres.
En avançant à peine, sa jambe heurte un objet métallique. Immédiatement, des dizaines de lumières rouges s’allument !
Semblables aux yeux des modèles de machines les plus connus, ces points rouges fixent le résistant, pris de panique. Les bruits de rivets mécaniques retentissent de concert, forçant Derek à repartir en arrière.
Néanmoins, dans son dos, la porte de la pièce d’en face s’ouvre également pour mieux exposer la silhouette des modèles qui l’encerclent.
Il s’agit d’un des premiers Terminator humanoïde conçu. Au métal bien moins solide que le coltan, ses dimensions ne respectent guère les mesures d’un homme. A la base, cette machine a été construite pour poursuivre les hommes là où les anciens modèles ne le pouvaient. Ils furent les premiers à se servir de leurs doigts, à monter des marches, à s’agenouiller. Sur l’épaule, il porte une unité secondaire optique semblable à un canon plasma lui permettant de mieux percevoir dans la profondeur. Les T400, lents et prévisibles, ont été envoyés à l’époque en grand nombre à la rencontre des humains pour défaire les lieux faiblement fréquentés.
De forme et de fonctionnalité primitive, le T400 manipule mal sa force et a des difficultés à utiliser les armes sans les briser. De plus, il est incapable de s’adapter à un environnement pour lequel il n’a pas été programmé.


Derek comprend immédiatement que les T400 sont à l’origine de l’envoi des habitants de ce village en camp de travail il y a quelques années.
Cependant, il n’a pas le temps de s’apitoyer, il est cerné !
En tournant sur lui-même, il tire à balles perdues en direction de la vingtaine de modèle qui l’approche. Il se souvient que le point faible de ces machines qu’il a affronté alors qu’il était à peine jeune homme se situe au niveau de l’abdomen où rien ne protège les nombreux câblages qui alimentent leur motricité.
Ainsi, il défait trois T400 avant d’être frappé dans le dos par un nouveau.
Désormais tout proche de lui, Derek, plaqué au sol après le coup, regarde au fond du couloir la fenêtre aux volets clos.
Il roule sur le côté et court en fusillant la fenêtre, espérant ainsi affaiblir le bois du volet pour passer au travers.
Toutefois, il lui reste à passer la dernière porte qui commence à s’ouvrir. De nouveaux T400 débarque pour lui barrer la route.
Avec la force du désespoir, il se met en boule et saute en pleine course contre les trois modèles déjà sortis pour forcer le passage. Les machines tombent en arrière avec Derek.
Il essaie désespérément de se relever mais l’un des T400 lui agrippe la cheville.
Reese dégaine alors un revolver puis tire autant de fois qu’il faut au-dessus de la ceinture de l’ennemi.
Enfin libéré, il effectue un triple bond avant de se défenestrer !
Il retombe dans la rue principale, déserte, après une chute de trois mètres, amorti par le toit d’une carcasse de voiture.
L’épaule démise, il avance aussi vite que possible en direction des siens pour les alerter pendant que de la plupart des habitations par devant lesquelles il passe, des T400 sortent tranquillement…

A l’entrée du village, Savannah dépose ses armes dans le salon du logement qu’ils ont investi, elle déballe son itinéraire et la carte pour chercher à rejoindre dès demain la route qu’ils doivent suivre :
Savannah - " J’espère que de leur côté John et les autres sont parvenus à reprendre le plan initial. "
Jack - " Ce gamin m’étonne de jour en jour. J’ai bon espoir qu’on les retrouve dans quelques jours sur notre chemin. "
A leurs côtés, Tommy poursuit ses nombreux allers-retours entre la voiture et la maison. En rentrant de dehors, il remarque la porte de la cave entrouverte.
Bien intrigué, il s’avance doucement, jusqu’à pouvoir attraper la poignée. Là, il tombe nez à nez avec un T400 !
Dans le salon où discutent ses supérieurs, il passe au travers du mur à la fine cloison sous le regard ébahi des siens.
Mal en point par le coup qu’il a reçu, il parvient tout de même à se relever :
Tommy - " Des machines, des T400 ! "
Jack et Savannah ramassent leur équipement et voit de l’autre côté de la cloison, par le trou laissé par Tommy, une horde de T400 remonter du sous-sol, les privant ainsi d’emprunter la porte de sortie…


Au plan d’eau, Allison s’amuse à rester en apnée sous l’eau, ignorant tout des regards malvenus de William et Joaquim qui l’épient derrière les fourrés.

Plus loin, aux bungalows, John termine de préparer ses affaires pour demain.
Il ne lui reste qu’à remplir sa moto d’essence grâce au jerricane présent dans le coffre du hummer. En sortant de sa cabane, il croise Keith qui vide le matériel nécessaire aux siens pour passer une bonne nuit.
John trouve donc un véritable chambard à l’arrière du véhicule. En remuant les affaires pour trouver le bidon d’essence, il tombe sur une des cartes portant le sigle similaire à celles qu’utilisait apparemment Edward.
John se retourne en étudiant cette carte qu’il tient dans les mains, il est absorbé par sa découverte. Il avait donc raison, Edward n’était pas le coupable, ou s’il l’était, il n’était pas seul.
Connor est tellement pensif qu’il n’a pas remarqué que Keith l’attend, poings serrés, juste dans son dos.
En levant les yeux vers le soldat, John est saisi par la rage qui lui défigure le visage.
Keith, de petite taille mais plutôt bien bâti, saisi John par le cou afin de l’étrangler sans qu’il ne puisse alerter les autres.
La force de poigne de Keith repousse John jusqu’à l’intérieur du coffre. Le jeune homme a les yeux exorbités, l’air lui manque, il a beau se débattre il ne parvient pas à faire lâcher prise à Keith étendu de tout son poids sur John. Couché sur le dos, John parvient in extremis à repousser son adversaire avec ses pieds.
Keith recule de quelques pas et revient immédiatement pied en avant. John bondit du coffre pour l’éviter et pivote sur le côté.
Keith retente avec le poing cette fois-ci mais John le pare puis riposte d’une gauche en pleine face.
Il en faut plus pour abattre le solide Keith. John esquive les nouvelles tentatives adverses et profite que le combat se déroule sur le flanc du hummer pour acculer son rival contre la carrosserie.
Seulement Keith n’est pas dupe, il s’accroupit lorsque John veut le cogner, laissant le poing de John s’éclater en fracassant la vitre arrière.
Tandis que John ressort son poing ensanglanté de la voiture, Keith est passé derrière lui et le heurt avec ses poings dans les reins.
John ne tient plus sur ses jambes, Keith le plaque contre la voiture à son tour et veut le frapper en plein estomac.
Avec un regain de force, John parvient à son tour à bouger pour laisser le poing de Keith taper non pas le carreau mais dans le blindage de la voiture !
Le choc est si violent qu’on peut entendre les os de sa main se rompre sur le coup. John profite de l’occasion pour joindre ses deux mains et les abattre derrière la nuque de Keith. Grâce à l’élan d’un tel coup, Keith passe sa tête à hauteur de la vitre brisée.
John lui grimpe aussitôt sur le dos pour que la gorge de son adversaire s’empale sur les morceaux de verre encore debout qui encadrent la fenêtre.
Keith se débat en gesticulant mais, digne d’un véritable cow-boy qui effectue un rodéo, John ne lâche rien. En donnant quelque droite à l’arrière du crâne du traître, John parvient à lui rapprocher la gorge et à la lui transpercer.
Les déhanchements de Keith cessent, John parvient à reposer ses deux pieds au sol et à souffler quelques instants. Le corps de Keith est maintenu à genoux par sa gorge empalée.
Amer, John essuie le filet de sang qui lui coule de la bouche et n’a pas le temps de réfléchir à ce qui vient de se produire que les cris d’Allison font écho non loin d’ici !
John se précipite dans sa direction !

Author Topic: Episode 13. Le tournant de la quête (Partie n°1/3).  (Read 13142 times)

0 Members and 1 Guest are viewing this topic.