Episode 6. Le tunnel de l'enfer.


Dans les épisodes précédents :
Dans le futur, le quartier général de Venice a été découvert et détruit par les machines. L’évasion de John a permis à certains résistants de voir leur vie sauvée. Désormais contraints d’emprunter une voix d’eau pour fuir, les quelques s’engagent dans l’inconnu.
Dans le présent, Megan, la création de John Henry, a remonté le temps et retrouvé la trace d’un Thomas Davis. Pendant ce temps, Sarah use d’ingéniosité pour en découvrir plus sur un Thomas Davis également. S’agit-il de la « clé » ?!




Les personnages :

Sarah Connor
(Lena Headey)

Cameron Philips / Allison young
(Summer Glau)

John Connor
(Thomas Dekker)

Jackson Hamilton
(Ray Stevenson)

Kyle Reese
(Jonathan Jackson)

Catherine Weaver
(Shirley Manson)

Savannah Weaver
(Mackenzie Brooke Smith)

Lila
(Fay Wolf)

Derek Reese
(Brian Austin Green)

James Ellison / EV083
(Richard T. Jones)

Shawn Cooper
(Chris Carmack)

Tara Biel
(Willa Ford)

Jesse Flores
(Stephanie Jacobsen)

Riley Dawson
(Leven Rambin)

Adam Hernandez
(Nicholas Gonzales)

John Henry
(Garet Dillahunt)

Megan / Serina Sepherd
(Jennifer Ellison)

Thomas Davis
(Simon Woods)


Saison 3, Episode 6.
Le tunnel de l'enfer.


5 juin 2027.
La journée a commencé de façon plutôt chargée.
Les résistants de Venice ont été exterminés par l’arrivée d’une faction de Terminators dans leur refuge.
Quatorze soldats dont Jesse, Jack, Adam et Allison, vingt-deux civils dont Riley et le reste majoritairement composés de vieillards et d’enfants, puis John constituent le très petit nombre de rescapés.
Pris au piège, l’entrée du quartier général et la sortie de secours sont en proie aux flammes d’un incendie qui dévore de plus en plus les environs.
Le groupe est encerclé par l’enfer de feu qui s’approche de plus en plus du centre vers lequel ils sont concentrés.

Ils n’ont pas d’autre choix que de suivre John dans une eau pollué, profonde d’un mètre vingt et certainement peuplée de Terminators aquatiques, des Hydrobots.


L’eau sombre qui submerge John jusqu’à la taille suit un courant peu agité.
Le représentant du passé entend derrière lui des soldats craquer des fumigènes qu’ils gardent dans les mains pour éclairer ce tunnel sombre.
Les civils sont regroupés au centre, ceux qui le peuvent portent les enfants dans les bras. Les soldats les encerclent. Les plus costauds portent un enfant à chaque bras plus un sur le dos.

Ensemble, ils avancent pas à pas, doucement, tâtant le sol en espérant ne pas croiser d’obstacles durant ces quatre kilomètres qui les tiennent de l’arrivée au parking où les attendent des véhicules pour fuir.


La mâchoire contractée, les sourcils froncés, John devance le groupe, comme s’il faisait cavalier seul.
Riley se détache des civils pour le rejoindre sous les yeux des siens qui la fustige :
Riley - " Ne vas pas si vite, ils n’arrivent pas à te suivre. "
John - " Qu’importe, ils me haïssent de toute façon. "
Riley - " Les civils ont remarqué ta bravoure lorsque tu as sauvé le commandant, le capitaine ainsi qu’Allison. Les soldats se méfient, c’est normal, néanmoins ils t’estiment malgré tout. Par exemple le capitaine Hamilton ne te montrera pas sa gratitude mais il n’en pense pas moins. "

Justement, Jesse, commandant de la milice, active le mouvement par de grandes enjambées qui lui permettent de prendre la tête au côté de John.
Autoritaire avec Riley, elle qu’elle a élevé lorsqu’elle est revenue du camp de travail dans lequel elle était prisonnière, elle la sermonne :
Jesse - " Ce n’est pas prudent de te tenir à l’écart des autres Riley. Regagne immédiatement le groupe. "
Riley s’exécute après avoir adressé un sourire chaleureux à John.


Seule avec l’ancien prisonnier, Jesse choisit de lui parler en toute franchise :
Jesse - " J’étais en mission quand tu as été trouvé par Derek. En mon absence, le camp est sous l’autorité du capitaine Hamilton. Il est parfois rude et très directif. Cependant, sache que j’aurai pris la même décision qui lui te concernant si j’étais rentré avant. "
John la regarde un instant puis fait complètement fi des dernières déclarations de celle-ci. Il sent beaucoup de chagrin dans ses paroles :
John - " Derek n’est pas rentré n’est-ce pas ? "
Jesse baisse la tête et reste les yeux rivés en direction de l’eau insalubre. John poursuit :
John - " J’avais beaucoup d’affection pour lui. Là d’où je viens, je sais qu’il t’aimait plus que tout. Je sais qu’il aimerait que tu vives suffisamment longtemps pour profiter de la victoire sur Skynet. "
Jesse se frotte l’½il droit pour empêcher une larme de couler :
Jesse - " Jusqu’au bout tu croiras en ton mensonge. "
John - " Kyle et Derek m’ont cru. S’ils étaient revenus vivants, ils vous auraient confirmés mes propos. "
D’ordinaire, Jesse aurait perdu les nerfs face à la ténacité de John. Cependant, elle se contente de détourner son regard du jeune homme qui affiche une détermination indéfectible.


L’équipe avance trop lentement dans le tunnel. La peur, la faiblesse des civils et les blessures des soldats handicapent sérieusement la progression de la résistance.

Ils sont encore si près de leur ancien quartier général qu’ils ont pu voir un souffle de flamme jaillir de l’embrasure par laquelle ils sont passés pour arriver là.
Il n’y a pas de doutes, de nouvelles machines ont investi et saccagé leur ville clandestine. Bientôt, ils retrouveront leur trace.


Le stress monte logiquement au sein des survivants. Les pleurs des enfants en bas âge et les demandes de pauses incessantes des plus vieux n’arrangent rien.
Les provocations reprennent de plus belle, Adam demande à voix haute :
Adam - " Dis-nous l’homme du passé, qu’est-ce que tu prépares ensuite ? "
Un autre soldat profite de la boutade :
Soldat n°1 - " Ouais, c’est vrai ça ! Qu’est-ce que tu comptes faire quand nous serons dehors ? Nous faire voyager dans le temps ? "
Adam renchérit :
Adam - " Il ne faut pas oublier qu’à la surface une horde de T700 nous attend. "

John perd les nerfs et se retourne en le pointant du doigt :
John - " Si t’avais été moins con tu aurais remarqué qu’un T900 t’avait pris en filature. C’est en revenant à la base que tu as amené ces robots jusqu’à nous. Alors ferme là un peu ! "
La réaction de John fait taire tout le monde. John profite du silence qu’il a instauré pour rajouter :
John - " Si vous vouliez rester dans ce trou à rat et être cuits par l’incendie ou bien attendre que d’autres Terminators arrivent, c’était votre droit. J’ai obligé personne à me suivre ! "
Là, la fatalité fait dire à un vieillard :
Civil n°1 - " Oui… Mais… Qu’aurions-nous pu faire d’autre ? "
John lève le menton en direction de Jackson :
John - " J’en sais rien, demandez à votre capitaine Hamilton qui a pris jusqu’ici de merveilleuses décisions. "
Le tonitruant Jackson n’a pas la délicatesse d’échanger des mots doux, il effectue quelques sauts pour venir chercher John :
Jack - " Je vais te faire fermer ta gueule tu vas voir ! "
Jesse tire un coup de feu en l’air pour ramener le calme :
Jesse - " Stop ! Le prochain qui moufte, je l’arrose. On a encore du chemin avant d’arriver à notre point de chute. On aura tout le temps de se foutre sur la gueule là-bas ! "
Tour à tour, les fumigènes des soldats s’éteignent et ramènent au fur et à mesure les rescapés dans une angoissante obscurité.


Dans le noir, Jesse demande :
Jesse - " Combien d’entre vous ont encore des fumigènes ? "
Allison, restée jusque maintenant en retrait à dévisager avec colère Connor, réagit :
Allison - " Il m’en reste deux. "
Deux soldats annoncent en posséder un chacun et Adam déclare en avoir un également.
Jesse - " Dans ce cas nous allons les économiser. Nous allons faire un relais et nous contenter de la lumière d’un seul à la fois. "
Le premier des deux soldats lambdas allume le sien et reprend sa route…


5 juin 2008.
La voiture de Megan débarque à Los Angeles et attend dans la rue de la défunte Jordan Cowan juste derrière l’épave de Sarah.
Megan observe au loin Sarah, sur le perron des voisins de la famille Cowan. Elle l’identifie grâce à ses capteurs de vue reliés à sa base de données.

Les voisins ouvrent la porte à Sarah :
Sarah - " Bonjour Madame, je suis Madame Grubman des services sociaux et de l’enfance. "
La petite dame, âgée, le dos voûté semble surprise :
Voisine - " Bonjour Madame ?! "
Sarah - " Madame, je viens vers vous en raison du tragique évènement qui est arrivé à vos voisins, les Cowan, il y a quelques mois. "
Voisine - " En effet, c’est vraiment quelque chose de terrible. Dire qu’ils semblaient tous si heureux. "
Sarah - " Mon rôle dans cette affaire est justement de déterminer si les raisons qui ont poussées Jordan à agir ne sont pas d’ordre familial. "
Voisine - " Oh, je ne pense pas vous savez. Ses parents l’aimaient beaucoup, ce sont des honnêtes gens. "
Sarah - " N’y a-t-il pas un fait particulier qui aurait pu être déclencheur d’un tel phénomène. "
Voisine - " Vous savez cette gamine en a vraiment bavé. On lui prêtait une liaison avec son proviseur. Ils se voyaient beaucoup en secret apparemment car il est marié. Un jour qu’elle rentrait de l’hôtel où ils avaient l’habitude de se fréquenter dans les bas quartiers de Los Angeles, elle a surpris une bande de voyous s’en prendre à une femme et son bébé. La victime a été violée avant d’être brûlée avec son enfant dans leur véhicule. Lorsqu’elle a voulu témoigner contre les auteurs du massacre, son amant le lui a interdit par peur des représailles et par crainte qu’elle ait à justifier ce qu’elle faisait à un endroit où elle ne se rend jamais d’ordinaire. Il lui a fait promettre sur leur liaison. Enfin c’est ce qui se dit. "
Sarah - " Et cette femme mise à mort, vivait-elle seule ? "
Voisine - " Ca on n’en sait rien ma chère, cette histoire n’a pas fais grand bruit, bizarrement. "
Sarah - " Si je voulais remonter jusqu’à la famille de la victime, savez-vous vers qui je peux me tourner ? "
La mine fatiguée de la personne âgée se navre :
Voisine - " Absolument pas ma petite dame. Je suis désolé. "
Sarah la remercie en lui souriant chaleureusement :
Sarah - " Ne le soyez pas. Votre témoignage sera très utile à notre enquête. Au revoir. "

La mère de John regagne son véhicule en grimaçant.
Alors qu’elle est proche du trottoir, un mystérieux fourgon s’arrête, porte coulissante grande ouverte, pour laisser descendre deux individus qui lui voilent le visage et la saisissent chacun par le bras pour la balancer à l’intérieur !

Spectatrice, Megan démarre en trombe et prend en chasse le fourgon…


5 juin 2027.
Moins éclairé, le groupe a baissé le rythme de marche qui n’était pas déjà très grand.
L’anxiété et l’impatience n’aident pas, les civils les plus alertes sortent du cercle surveillé par les soldats et désorganisent l’avancée.

Les militaires, aussi apeurés que les civils, suivent avec joie les plus rapides, abandonnant les retardataires.


Malgré elle, au fond du groupe, la plus lente des personnes, une petite dame du quatrième âge n’a plus la force d’avancer.
Soudain, elle se sent caressée puis enlacée par un corps étranger. Elle est immobilisée et s’affaisse dans l’eau.
Au moment ou elle appelle à l’aide, un tentacule métallique sort de l’eau et la bâillonne pour la noyer en silence.

Un second modèle robotisé en forme de lombrics gesticule jusqu’à un homme déjà blessé par une profonde entaille en la cuisse. Le brave porte un enfant qui a perdu ses parents et, sans se plaindre d’être laissé à l’abandon, remarque que la petite dame qui fermait la marche n’est plus là.
Il s’arrête et, au moment de témoigner de la mystérieuse disparition, il se fait happer le visage par le corps tentaculaire muni de crochets sur la base qui lui sert de tête.
Les crochets se plantent dans son crâne et le font tomber à l’eau.
Le pauvre enfant qui l’accompagne a à peine le temps de chuter dans l’onde que déjà trois vers métallique lui saisissent les membres et l’écartèlent.
Les hurlements atroces des deux dernières victimes inquiètent le groupe.


Le soldat responsable de l’éclairage dirige le fumigène en arrière.
Les autres pressent extraordinairement le pas pour fuir le danger qu’ils n’ont pas pu identifier.
Seule une immense nappe d’hémoglobine remonte à la surface tandis que l’eau agitée reprend son écoulement habituel.


L’éclaireur, celui qui accompagnait Adam dans la critique contre John, se retourne pour exposer la situation à son commandant :
Soldat n°1 - " Il n’y a rien… "
En disant cela, il baisse la tête en direction de l’eau et remarque, tels des dizaines de gros têtards, les mêmes Terminators, longs jusque trois mètres, responsables des trois derniers décès :
Soldat n°1 - " … Oh mon dieu ! Des Hydrobots ! "
Aussitôt, sa cage thoracique est transpercé par l’un d’eux tandis qu’un autre l’entraîne au fond de l’eau, faisant tomber le fumigène.


Dans les ténèbres, la panique prend logiquement chacun et, hormis une douzaine de soldats courageux, postés pour couvrir les civils, dans la plus grande débandade, tous fuis de façon désordonnée.


En pleine course le second soldat craque son fumigène et constate les dégâts, entre balles perdues et personnes massacrées par les Hydrobots, le ralliement jusqu’au parking risque de ne pas être de tout repos.
Inopinément, son bras tenant la lumière est retenu par l’un des androïdes et est attiré petit à petit dans l’eau pour une mort assurée…

Les civils les plus lents sont massacrés, les militaires tirent à vue dans l’eau mais se font peu à peu décimer.

Avec le liquide nauséabond jusqu’au tronc, l’avancée est lente et agaçante. Même avec la meilleure volonté du monde courir dans un mètre-vingt d’eau est tout bonnement impossible.
Seule la riposte peut permettre aux résistants de tenir le coup. Néanmoins les munitions s’épuisent et pour un Terminator marin défait, deux rallient le point d’attaque.


Allison mène à présent la fuite grâce à la lumière rouge de son dernier fumigène presque déjà consumé.
Ils restent encore un kilomètre à parcourir pour trouver le salut.

Certains soldats tentent désespérément de nager mais, vu l’incapacité à tirer dans cette position, leur gain de vitesse se solde par une mort garantie.

John ne s’entend même plus crier tout en visant les têtes des lombrics robotisés.
Ses hurlements le galvanisent si bien qu’il ne remarque pas les écorchures laissées sur son torse nu par les crochets mécaniques des machines qui le frôlent.

Jesse et Jack, les deux gradés, font preuve de sang froid en revenant régulièrement en arrière récupérer les retardataires.
Adam, lui, n’attend pas, il déblaie le chemin avec ses armes en menant la course en compagnie d’Allison et de Riley.

Subitement, un Hydrobot s’enroule autour des jambes d’Adam qui tombe dans l’eau.
Les balles qu’il tire sous l’onde malpropre ricochent vainement contre l’armature des tentacules.
Allison et Riley poursuivent et sont rattrapées par John qui prend le relais en dégageant le passage devant.
Derrière eux, Jesse plonge pour porter assistance à Adam pendant que Jack les regagne au passage en compagnie de rares survivants.


Le second fumigène d’Allison s’achève à son tour, seuls les flashs des coups de feu illuminent par salves le tunnel de la mort.
C’est Adam, rescapé de justesse, qui utilise leur dernière source de lumière. Il distingue au loin une berge qui correspond à l’encablure qu’il leur faut prendre pour gagner le parking.
Les cheveux dégoulinants d’eau sale, celui qui doit la vie à Jesse s’écrie :
Adam - " On y est presque ! "

Quelques sourires se dessinent sur les visages apeurés.
Celui de John devient par contre catastrophé.
Durant l’instant où ils ont été privés d’éclairage, Allison a disparu !

Tandis que les premiers hommes gagnent la berge, John fait demi-tour en plongeant à répétition sa tête sous l’eau pour chercher la jeune femme.

Jesse remarque la décision de John et revient en arrière également.
L’adolescent localise Allison qui se débat sous l’eau, étreinte par un Hydrobot, manquant d’oxygène. Il vient l’aider mais son fusil ne dispose pas d’assez de balles pour percer le blindage du Terminator.
Alors que le corps inconscient d’Allison s’écrase dans le fond vaseux, John est à son tour maintenu par la machine qui va le priver de reprendre son souffle.
Son acte héroïque est récompensé par la rescousse de Jesse qui abat le ver robotisé en vidant son chargeur.

Sous les encouragements de tous les autres rescapés, enfin sortis de l’eau, Jesse couvre la retraite de John qui traîne Allison, inconsciente, par le menton.
Les autres, sur la berge désormais, couvrent Jesse en utilisant le peu de munitions qui leur reste et, dans le brouhaha le plus complet, récupère Allison tandis que John s’extirpe seul.

Couché sur la berge, exténué, il sourit à Jesse et lui tend le bras pour la sortir de là et la remercier.
Alors que leurs doigts se frôlent, le visage illuminé de Jesse se crispe, de ses lèvres s’écoule un filet de sang. Ses yeux deviennent très vite vitreux, son teint livide.
John exprime tout son désespoir à gorge déployée :
John - " Non ! "
Un Hydrobot comme s’il applaudissait avec ses crochets, remue devant le visage déchiré par la colère de John après avoir transpercé le torse du commandant !

Jesse a les yeux ouverts mais elle ne voit plus, elle vient de rendre son dernier souffle.
Riley tire par le bras John qui ne se relève pas assez vite. Ensemble, ils passent la porte qui conduit au parking, porte aussitôt condamnée par tout matériel qui passe sous la main des résistants : meubles en pièces, pierres…


5 juin 2008.
Au détour d’une ruelle sombre, le fourgon coupe le moteur pour interroger la jeune femme encagoulée.
Libérée de la capuche, Sarah reconnaît à leurs vêtements de techniciens de surface qui travaillent en réalité pour le groupuscule « Kaliba ».
Les deux hommes, un aux origines sud-américaines, l’autre bedonnant aux cheveux courts, commencent à rire, attendant l’un comme l’autre de savoir lequel allait se lancer. Finalement c’est le plus typé :
Agent n°1 - " Mme Connor, ce n’est pas la première fois que vous avez à faire à nous. Ca va donc me faciliter la tâche, vous savez ainsi que nous ne passerons pas par quatre chemins. Où sont James Ellison et Savannah Weaver ? "
Sarah les défie du regard tous les deux en riant comme pour les provoquer sans dire un mot.
Le second agent, le plus rond des deux, commence à défaire ses vêtements. L’autre affirme :
Agent n°1 - " Nous étions sûrs que vous réagiriez ainsi. Seulement mon camarade m’a déclaré avoir un petit faible pour vous, donc, avant de vous torturer, nous allons le laisser accomplir ce qui le fait rêver. Et comme je sais qu’il est partageur, je vais y mettre également du c½ur à l’ouvrage. "
En disant cela, il tire sur la bretelle gauche de la robe à fleurs de Sarah pour arracher le léger tissu et libéré ainsi sa ferme poitrine.
Sarah, pieds et poings liés, gesticule pour se débattre, en vain.

Soudain, un bris de glace venu de devant, par la cabine du chauffeur, alerte les deux violeurs.
Ils sortent tous les deux par la porte coulissante située sur le flanc du fourgon et découvre le chauffeur allongé sur le dos, tombé de son siège, la portière grande ouverte.
La silhouette sexy de Megan surgit derrière eux. D’un léger coup de poing derrière la tête elle assomme le plus mince, puis casse le genou gauche du second en frappant l’os sur le côté avec son pied, tout cela sous les yeux agacés de Sarah.

Megan vient la libérer de ses liens :
Megan - " Viens avec moi si tu veux vivre ! "
Désabusée, Sarah se redresse en cachant du mieux qu’elle peut sa poitrine en soutenant sa robe :
Sarah - " J’ai déjà entendu ça quelque part ! "

Avant de partir, elle cogne autant de fois qu’il le faut avec ses pieds lassés par ses spartiates le visage de l’homme qui crie de douleur en se maintenant le genou pour qu’il se taise.
Une fois qu’il tombe inconscient sous les heurts répétés de Sarah, celle-ci se dégage de l’empoignade de Megan :
Sarah - " Où tu vas ? Si on les laisse en vie ils continueront à nous chercher. "
Megan - " John Henry savait dès le départ qu’il renverrait quelqu’un veiller sur Thomas Davis depuis le futur, moi en l’occurrence. S’il vous a demandé de le rechercher avant de quitter cette époque, c’était pour vous mettre au devant de Kaliba afin de savoir qui ils sont et surtout où les localiser. Nous sommes sûrs maintenant qu’ils sont liés à Skynet et surtout à Thomas Davis car c’est en remontant sa trace que vous êtes revenues droit dans leur ligne de mire. Ils surveillent tout ce qui intervient autour de son passé, de son présent et de son futur. Suis-moi maintenant, je suis garée à quelques mètres plus loin. "


5 juin 2027.
La porte qui ferme l’accès au conduis d’égout est maintenant barricadée.

John traîne les pieds en compagnie de Riley jusque dans le hall du parking rempli de voitures calcinés et d’os blanchis depuis le Jugement Dernier.

Pieds et torse nus, le pantalon qui goutte sur le sol poussiéreux, John n’ose pas dévisager les autres survivants.
Il préfère examiner son torse et son dos criblés d’entailles suite à leur rencontre avec les Hydrobots, fuyant ainsi les quolibets dont il est victime.


Sur quatorze soldats à avoir fuis le quartier général, ils ne sont plus que six dont Jack, Adam et Allison qui reprend ses esprits.
Des vingt-deux civils, seuls sept ont survécu, adolescents ou jeunes adultes, dont Riley, les enfants et les vieillards n’ont pas eu le temps de fuir l’attaque.


Au beau milieu du sous-sol désaffecté, seuls deux hummers et un camion de transport des troupes sont flambants neufs.
Le calme est si grand que la moindre personne reprenant son souffle émet un son qui résonne dans ce grand hall.

Entre larmes et fatigue, des bruits de pas se font subitement entendre, ils viennent de derrière le camion.
Tous braquent aussitôt leurs armes vers l’intrus. Le nouveau chef, après la perte de Jesse, Jackson Hamilton, somme :
Jack - " Qui est là ? Veuillez décliner votre identité ? "
La voix inattendu d’un rescapé de l’attaque de l’usine des T800 retentit :
Kyle - " Caporal Kyle Reese, matricule 38416. "
Le jeune frère Reese sort de l’ombre et dessine enfin un sourire sur les visages défaitistes.

Jack s’avance jusque lui. Le discipliné Kyle effectue un salut militaire que lui renvoie son capitaine :
Jack - " Comment t’en es-tu sorti soldat ? Es-tu seul ? "
Kyle - " Mon frère, Derek, a sacrifié sa vie pour moi. J’étais grièvement blessé à l’épaule, mais le T800 qui a pris contrôle de l’usine et fabriqué un autre prototype m’a sauvé la vie. "
Jack - " Comment est-ce possible ? "
Kyle regarde John et lance à voix haute :
Kyle - " Il m’a laissé un message pour John Connor ! "

Jack tourne le dos à Kyle et fustige immédiatement l’adolescent :
Jack - " Une mission confiée par les machines à un humain, je savais qu’il fallait se méfier de ce gamin ! "
John perd patience :
John - " Pas du tout, ces machines sont là pour nous aider ! "
Jack - " Nous aider comme l’ont fait les T700 qui ont ravagé notre refuge ? Comme les Hydrobots qui ont décimés le reste de notre groupe ? Comment faire confiance à un gamin qui est responsable de la mort de tous nos rescapés par les Hydrobots ? "
John - " C’est trop facile de me faire porter le chapeau ! Je n’ai obligé personne à me suivre ! "
Jack oublie trop facilement qu’auparavant, en sortant de sa cellule, John l’a sauvé, lui, ainsi que d’autres résistants :
Jack - " Peut-être mais en attendant le commandant est mort par ta faute, Jesse s’est sacrifiée pour toi ! "
John n’en peut plus et, contre toute attente, charge le robuste capitaine à hauteur du bassin et le fait basculer dans les cendres qui habillent le sol.
Cognant de toutes ses forces, accroupi au-dessus du chef des réchappés, John lui décoche une violente droite, puis une seconde.
Les hommes de Jackson s’avancent pour venir défaire l’insoumis mais Kyle les en empêche en criant simplement :
Kyle - " Non ! Laissez-les ! "

Toutefois, le colossal Hamilton n’a pas trop de mal à jouer de son poids pour faire basculer John et se remettre debout avant lui.
Il en profite pour lui décocher une terrible reprise de volée du pied dans les côtés, renvoyant le gamin à deux bons mètres plus loin, sur le dos.
Le visage défiguré par la colère, Jackson le relève en lui agrippant le cou et le plaque contre une carcasse de voiture. Une droite, une gauche, une droite et encore une gauche dans l’estomac de John font affaisser l’espoir de la résistance. Il est relevé par un uppercut en plein menton.
A moitié sonné, Connor puise dans ce qui lui reste pour répliquer d’une gauche qui fendille la lèvre du furieux gradé.
La riposte ne se fait pas attendre. Avec la main gauche, Jackson appuie sur le torse de John pour l’immobiliser et avec deux coups de poing il l’envoie au tapis. Un lui fend la pommette gauche, l’autre l’arcade sourcilière gauche.
Sonné, John baigne la tête dans son sang pendant que Jackson vient arracher des mains d’un de ses hommes un revolver qu’il pointe sur John.

Contre toute attente, Kyle tient en joug son supérieur :
Kyle - " Non capitaine, ne faîtes pas ça ! "
Allison pointe son arme contre son caporal, suivi par tous les autres soldats :
Allison - " Caporal Reese, je baiserai mon arme si j’étais vous ! "


Une voix sortie d’outre-tombe fait frémir John et plus particulièrement Allison qui sent le canon d’un fusil appuyer derrière son crâne.
Le visage fatigué, la peau salie par la suie et les vêtements tachés de sang, le frère de Kyle rétorque :
Derek - " Non, c’est si j’étais toi que je baisserai mon arme. "

L’autre moitié des soldats pointe son arme sur Derek.

La tension est à son comble et la situation plutôt compliqué.

Adam Hernandez s’étonne :
Adam - " Derek ! Alors toi aussi tu as survécu ?! "
Derek - " Ouais. J’ai été face au T900 dans l’entrepôt et, heureusement, lorsqu’il allait me descendre, une poutre en flamme est tombée juste devant moi. Sérieusement blessé, pris au milieu des flammes, j’ai profité que les parois de l’usine cèdent sous la chaleur pour ramper dehors. Je ne voyais plus rien et je me vidais de mon sang, je me trainais sans savoir où j’allais.
Lorsqu’un T700 qui quadrillait le terrain m’a trouvé, j’ai été sauvé de justesse par le T800 qui a été fabriquée à l’usine par une autre machine, un modèle à l’image du lieutenant Serina Sepherd. Elle m’a ramené auprès de mon frère, dans un bâtiment en ruine, puis m’a opéré quelques soins. "
Kyle poursuit :
Kyle - " Ensemble, Derek et moi avons été mis au fait de la situation. Des Terminators qui n’ont pas encore vu le jour à notre époque ont réussi à conserver leur libre arbitre dans un autre futur, un futur où la résistance est sous la coupe de John Connor. Ensemble ils choisissent de s’allier et de renverser Skynet. En voyageant dans le temps, un T1001 a fait créer une IA basée sur les mêmes propriétés que Skynet, à l’exception près que le T1001 a confié l’éducation de l’IA, baptisé John Henry, à un homme, lui apprenant ainsi l’importance de la vie humaine. Un homme qui ne vous est pas inconnu et qui se nomme James Ellison. "
A l’annonce de son nom, tous restent bouche-bée. Derek poursuit :
Derek - " Pendant ce temps, John Connor avait envoyé dans le passé un T800 chargé de la protection de l’ado qu’il était contre Skynet et, notamment, de trouver cette IA, lui construire un endosquelette et le faire revenir dans le futur pour achever son travail… "

John se met difficilement à genoux, son corps est souillé par les eaux usagées des égouts et son sang qui coule en abondance. Il murmure discrètement :
John - " Je comprends mieux pourquoi Cameron conservait les restes des Terminators que nous affrontions. "

Kyle achève l’histoire :
Kyle - " Ce T800 disposait dans sa puce des coordonnées exactes du lieu de création du Terminator ultime par Skynet. En les offrant à John Henry, l’IA, il y a une chance d’arriver à cette base tenue top secrète et de profiter de ce modèle appelé Terminator Alpha avant que Skynet ne trouve la solution pour achever sa construction. L’achèvement du TA bute sur une équation que seul John Henry a résolue pour le moment. John Henry demande que John Connor le retrouve à cette base car il est indispensable à lui suite des évènements. "

Jackson, suivi par l’ensemble de l’assistance, baisse son arme et demande dépité à Derek :
Jack - " Tu crois en toute cette histoire ? Des machines peuvent nous aider ? "
Derek - " Je ne crois pas en l’aide des machines, je ne pourrais jamais leur faire confiance. Mais je crois en ce John Connor. Tout ce qu’il nous a dit à son arrivée se vérifie. "
Kyle renchérit :
Kyle - " Depuis toujours nous n’avons jamais eu aucun espoir. Inexplicablement, je me permets d’espérer depuis l’histoire de John. Même si elle est incroyable, c’est la seule chose en laquelle nous pouvons nous rattacher pour ne pas sombrer dans le défaitisme. "

Jackson, comme s’il s’agissait d’un geste amical, ramasse John en le tirant par les cheveux. Il annonce sans grande conviction :
Jack - " Bien ! Nous allons donc retrouver ce John Henry. "
Derek - " Avant toute chose mon capitaine, nous devons laisser les civils dans le QG le plus proche. "
Jack - " En effet, il va me falloir entrer en contact avec la base de Santa Monica. "

Kyle approche le camion de transport, munie d’une benne et d’une bâche qu’il commence à ouvrir :
Kyle - " Bien, dans ce cas j’espère que personne n’a le mal de transport. "
Jack - " Pourquoi ça ? "
Kyle - " Parce qu’il va falloir nous dépêcher de déposer les civils, nous devons rejoindre John Henry au Canada. C’est là-bas que se trouve le laboratoire secret. "

La stupeur prend l’ensemble des résistants suite à l’annonce de Kyle. Une traversée aussi longue n’a pu être réalisable depuis le Jugement Dernier !


5 juin 2008.
Dans la voiture de Megan, le stress de revoir une machine à ses côtés provoque une crise d’angoisse chez Sarah.
Assise sur le siège passager, elle se ronge les ongles :
Sarah - " Et maintenant ? "
Megan - " Vous allez les suivre discrètement. Lorsqu’ils reviendront à eux et qu’ils réaliseront qu’ils ont échoué, ils rentreront à leur quartier général. Lutter contre Kaliba c’est votre mission, pas la mienne. "
Sarah - " Il est vrai après tout que tu as été crée par Skynet. Ta reprogrammation n’enlève en rien ta mission première : exterminer les hommes. "
Megan - " Faux ! J’ai été créée dans une usine Skynet mais programmée par John Henry. Moi je dois veiller sur Thomas Davis. Pour cela je repars à plusieurs centaines de kilomètres d’ici. "
Sarah demande aussitôt :
Sarah - " Et John ? Mon fils ? L’as-tu croisé là d’où tu viens ? "
Megan ne répond pas, elle sort un couteau de la boite à gant et s’opère la tempe pour pouvoir atteindre son endosquelette. Elle dévisse l’écrou qui permet d’atteindre sa puce et la défait sans pour autant tomber en inactivité :
Megan - " Voici la puce de Cameron. John Henry a pu collecter toutes les infos dont elle disposait et qui lui étaient utiles. Pour pouvoir la conserver intacte durant mon voyage dans le temps, j’ai été obligé de l’ajouter à un second port de connexion de mon endosquelette. Ainsi, en ayant été reliée à ma programmation, Cameron sera parfaitement informée de sa nouvelle mission sans interférer sur ses connaissances déjà acquises auprès de vous.
Maintenant, regarde bien la route, je te ramène à ta voiture pour que tu prennes les agents de Kaliba en filature.
Nous devons nous rejoindre sur la route de Fort Langley au Canada le 15 juin. Cameron vous donnera les coordonnées exactes de notre lieu de rencontre. "

Author Topic: Episode 6. Le tunnel de l'enfer.  (Read 31392 times)

0 Members and 1 Guest are viewing this topic.