Episode 2. De nouvelles machines.


Dans les épisodes précédents :
En 2027, John est trouvé par la résistance humaine. Après l’avoir interrogé, les défenseurs de la liberté ne croient pas en la véracité de ses propos. Il est donc emprisonné par les siens dans des conditions déplorables.
En 2008, Ellison permet à Sarah de fuir ZeiraCorp. Tandis qu’il revient sur ses pas pour embarquer l’endosquelette de Cameron, James tombe nez-à-nez sur un T800 ayant emprunté ses traits. Le Terminator élimine un commando armé avant d’être semé par James.
L’ancien agent du FBI est, comme Sarah, désormais recherché par les machines et la justice.




Les personnages :

Sarah Connor
(Lena Headey)

Cameron Philips / Allison young
(Summer Glau)

John Connor
(Thomas Dekker)

Jackson Hamilton
(Ray Stevenson)

Kyle Reese
(Jonathan Jackson)

Catherine Weaver
(Shirley Manson)

Savannah Weaver
(Mackenzie Brooke Smith)

Lila
(Fay Wolf)

Derek Reese
(Brian Austin Green)

James Ellison / EV083
(Richard T. Jones)

Shawn Cooper
(Chris Carmack)

Tara Biel
(Willa Ford)


Saison 3, Episode 2.
De nouvelles machines.


2 juin 2008.
Les secours mettent tout en ½uvre pour annihiler les différents sinistres provoqués par la fuite d’Ellison.

Dans un camion de pompier stationné dans une rue parallèle aux incidents, l’un des soldats du feu, couvert des pieds à la tête de ses vêtements d’intervention, s’empare de la radio pour demander des renforts.
Sans qu’il ait le temps de s’en apercevoir, le Terminator à la poursuite d’Ellison débarque à l’affût de tous les curieux mobilisés devant les actions des secouristes.

Le robot, désormais décharné, enserre le malheureux par le cou et le lui broie immédiatement pour lui voler ses vêtements.
Dissimulé sous les habits et le casque, le T888 quitte au volant du camion le secteur.



Une heure plus tard, le camion de pompier conduit par le T888 est immobilisé devant un hangar désaffecté.
A l’intérieur, la machine ôte son habit d’emprunt, seuls ses yeux rouges ressortent dans les couloirs obscurs des pièces aux fenêtres condamnées.
Le cliquetis métallique de ses pas résonne à mesure qu’il se dirige sans difficultés grâce à sa vision infrarouge en direction de trois objets recouverts chacun d’un drap gris.

Il ôte les voilages les uns après les autres, laissant à l’air libre trois silhouettes humaines. Leurs yeux s’illuminent d’abord d’un rouge aussi vif que les siens avant de prendre un éclat d’apparence naturelle. Trois nouveaux Terminators venus en compagnie du T888 depuis le futur sont activés !

D’une marche droite et millimétrée, les trois machines suivent le robot décharné jusque dehors et dévoilent leur apparence physique dans le plus simple appareil.
Le premier, à l’apparence d’un jeune homme séduisant à la musculature avantageuse, observe la lumière de dehors et amorce son système. Les données informatiques qui se mêlent à son champ de vision l’informe de son nom d’emprunt : « T800 - Nom : Shawn Cooper ».
Derrière lui, un modèle féminin aux cheveux longs blonds et aux courbes envieuses l’imite : « T800 - Nom : Tara Biel ».
Enfin, une nouvelle copie de James Ellison ferme la marche : « T800 - Nom : Ellison version 083 (EV083) ».

D’une structure technologique plus avancée que ses prédécesseurs, le T888 déclare :
T888 - " L’approche en solitaire a échoué. Je n’ai pas réussi l’exécution de notre première mission qui consiste à retrouver et à éliminer James Ellison, Sarah Connor et Savannah Weaver. "
Le T888 se tourne subséquemment vers Cooper :
T888 - " L’agenda papier de Catherine Weaver indique qu’elle doit chercher sa fille à 17h30 au sport. Trouve le gymnase. "
Entièrement nu, Shawn Cooper s’éloigne docilement.
Le T888 reprend la distribution des rôles auprès de Tara et EV083…



A plusieurs kilomètres de là, malgré la faible allure empruntée volontairement par Ellison, son véhicule accidenté ne passe pas inaperçu à mesure qu’il remonte les beaux quartiers de la citée des anges.

Il gagne ainsi l’arrière cours d’une belle maison blanche au gazon parfaitement entretenu sur lequel il roule en toute négligence.
Au préalable, il coupe son moteur et avance en roues libres pour ne pas alerter le propriétaire de cette maison qui n’est pas inconnue de l’ex-agent du FBI.
Il saccage le travail de jardinage opéré jusqu’alors pour achever sa traversée à l’intérieur du garage grand ouvert.

Sorti de l’amas de tôle froissée stationnée aux côtés d’un 4x4, il titube en direction de l’immense porte de garage qu’il ferme avec précipitation.


L’arrivée fracassante de James chez elle provoque l’arrivée furibonde de la maîtresse de maison, Lila, l’ex-épouse de James :
Lila - " Sors d’ici tout de suite James ou j’appelle la police ! "
James ne répond pas et va à l’arrière de son tas de ferraille.
La charmante femme afro-américaine demande catastrophée :
Lila - " James que se passe-t-il ? Que fais-tu ici ? Toute la ville est à ta recherche, ta photo passe en boucle à la télé ! "
James - " J’ai besoin des clés de ton 4x4. "
Lila - " James, tu sais que je ne mentirai pas lorsqu’on viendra m’interroger. Si tu as quelque chose à te reprocher arrête maintenant. "
James ouvre le coffre dans lequel est confiné l’endosquelette de Cameron :
James - " Tu te souviens du dossier Sarah Connor, celui qui m’a fait passer des heures et des heures au bureau… "
Lila passe sa main avec tragédie devant sa bouche en découvrant le corps de la machine à moitié décharné. James achève sa phrase :
James - " … et bien tout ce que cette femme disait était vrai. Maintenant ces machines en ont après moi. "
Lila cherche à prendre appui avec ses mains contre le mur de son garage tant le souffle lui manque et ses jambes tremblent :
Lila - " Qu’est-ce que ça veut dire ? "
James - " J’ai besoin de ton aide, tu es désormais la seule personne sur qui je peux compter. "
La jolie jeune femme profite d’un instant de lucidité :
Lila - " Tu ne peux rester ici James. Paul va rentrer avec les enfants. Les enquêteurs à ta recherche vont venir m’interroger et ce truc… cette chose que tu dis être à ta poursuite viendra aussi ici. Je ne peux exposer ma vie de famille. "
James - " Je comprends tout à fait. Laisse-moi juste les clés de ta voiture. "

Soudain, la sonnette de l’entrée retentie et fait sursauter les deux ex-mariés !
Lila cramponne sa poitrine tant le coup de sonnette l’a prise au dépourvu.
James prend aussitôt les choses en main :
James - " Ton revolver est toujours rangé à la même place ? "
Lila hoche avec effroi la tête pour répondre par l’affirmative.
James - " Bien, va ouvrir, moi je vais là-haut chercher le nécessaire. "

Lila emboîte le pas à James, ensemble ils remontent le couloir qui lie le garage à la cuisine.
James profite de son passage dans cette pièce pour ramasser les clés du 4x4 entreposées sur le bar.
Enfin, il passe à l’étage de son ancienne maison pendant que Lila ouvre la porte d’entrée avec une crainte non dissimulée…


Surprise, il ne s’agit que de son époux :
Paul - " Pardonne-moi, en allant chercher les enfants je me suis aperçu que j’avais oublier mes clés de maison… "
Les deux garnements, 5 et 3 ans, pénètrent à l’intérieur en bousculant leur père pour s’empresser d’empoigner leurs sacs de sport qui les attendent dans le salon.
Paul - " … ainsi que leurs affaires de piscine. J’ai l’esprit ailleurs aujourd’hui ! "
La bonne humeur de cet ancien soldat du Golfe ne se transmet pas à sa conjointe, toute défigurée par l’angoisse. Trop accaparé par ses enfants, il ne s’en aperçoit pas et la laisse refermer la porte derrière lui après qu’il lui ait déposé un baiser sur le front.

Derrière la porte désormais close, Lila souffle un grand coup avant de se retourner en direction de la montée d’escalier.
Elle rejoint James dans la chambre conjugale d’où il extirpe de la table de chevet un pistolet qu’il charge :
Lila - " Ce n’était que Paul. "
James grimace en entendant son nom et se contente de demander :
James - " Comment se portent vos enfants ? "
Lila n’a pas le temps de répondre qu’elle entend plusieurs portières de voitures claquer devant chez elle.

Depuis la fenêtre, elle remarque le départ de son mari avorté par l’arrivée de deux voitures de polices :
Lila - " Les voilà ! Tu dois te rendre ! "
James - " Plutôt mourir, je serai trop facile à trouver pour les machines si je suis prisonnier. "
James plaque son corps contre le mur et passe à peine la tête pour épier les questions des agents et les réactions de Paul.
Le corps en appui derrière celui de Lila, James se permet de remarquer :
James - " Ta peau porte toujours le même parfum. "
Elle se retourne vers lui pour lui offrir un timide sourire. Au croisement de leurs regards, il est aisé de deviner que de nombreux sentiments ont nourri cet ancien couple durant des années…
Leur fixation sort de sa leur torpeur lorsqu’ils entendent depuis dehors : « halte on ne bouge plus ! »
Depuis la fenêtre, ils remarquent la copie conforme de James Ellison, vêtu d’un costume semblable à ceux qu’il aime porter, venir d’un mouvement parfaitement ordonné du bout de la rue.


Là-haut, James attrape Lila par la main :
James - " Merde, j’étais sûr qu’ils remonteraient jusqu’à toi. Nous devons partir avant qu’il nous trouve. "
Lila dévisage le Terminator qui avance jusqu’au groupe que compose sa famille et les inspecteurs puis se tourne horrifiée en direction de James comme si elle a du mal à réaliser que tout cela est réel.


Dehors, EV083 n’obéit pas à la seconde sommation : « les mains en l’air James ! Ne fais pas d’histoire je t’en prie ! »

L’incident ameute le voisinage qui s’empresse de manifester sa curiosité.

Face au malaise qui s’installe, Paul prend ses enfants contre lui :
Paul - " Rentrez vite dans la maison. Allez ! "
Les gamins courent, suivis de leur père qui presse le pas.


Pendant ce temps, James dévale les escaliers puis retourne au garage où il extirpe Cameron du véhicule accidenté pour la placer dans le 4x4.


Devant chez Lila, EV083 stoppe sa marche à quelques mètres des quatre agents de l’ordre. L’un d’eux témoigne sa satisfaction en souriant : « Tourne toi à présent, les mains derrières la tête ».
Le T800 fait bien volte-face sans pour autant poser ses membres comme il lui a été demandé.
En se retournant, il ramasse dans sa veste une arme à feu et, une fois le tour sur lui-même terminé, il atteint sans difficulté d’une balle dans la tête chacun des quatre policiers sans leur laisser le temps de le toucher plus d’une fois.

Les spectateurs se mettent à fuir en s’épouvantant « sauve qui peut » à pleins poumons.


Témoin du funeste événement, Lila pousse un cri terrifié en constatant que sa famille n’est pas encore arrivée au seuil de la porte.

Son angoisse lui donne raison, son conjoint est fauché en pleine épaule par un tir de EV083 et s’écroule à quelques mètres du perron.
L’ancien militaire trouve en lui la force de congédier ses enfants revenus sur leurs pas :
Paul - " Rentrez à l’intérieur et enfermez vous avec maman ! Vite ! "
Le plus vieux des enfants, 5 ans, poussent sa jeune s½ur pour qu’elle obéisse et fait corps devant EV083 pour protéger son père :
Enfant - " Touche pas à mon père ! "
Le courageux garçon lève les yeux devant la robuste copie d’Ellison avec inconscience.

La petite fille s’enferme à l’intérieur et rejoint sa maman qui descend l’escalier…

Devant l’entrée, EV083 laisse tomber son poing sur la clavicule droite du garçonnet qui s’écroule en larme sur le sol.
Son père pleure aussi et implore la pitié de celui qu’il croit être James.
La réponse de EV083 laisse Paul confus :
EV083 - " Où est James Ellison ? "
Paul - " C’est quoi ce bordel ? "
EV083 - " Réponse insatisfaisante. "
La machine mêle l’acte aux paroles en tirant une balle dans le genou du mari blessé.
Néanmoins, sa souffrance physique n’est rien par rapport à la crainte qu’il éprouve en voyant son fils la clavicule brisée étendue devant lui…


Dans le garage, l’exténué Ellison a toutes les peines du monde à transporter l’endosquelette de Cameron.
L’arrivée de Lila et de sa fille ne l’aide en rien. Lila se charge de caller sa fille à l’intérieur du 4x4 avant de saisir une batte de baseball dans une armoire du bâtiment.
Lila - " Part avec ma fille ! "
Ellison ne peut ni la convaincre d’abandonner ni la rattraper vu la vitesse avec laquelle elle détale.


Dans la rue, EV083 pointe maintenant son arme en direction de l’enfant en réitérant à Paul :
EV083 - " Où est James Ellison ? "
Le blessé s’insurge :
Paul - " Touche pas à mon fils espèce de fils de pute ! "
EV083 - " Réponse insatisfaisante. "


James s’installe au volant de l’engin et regarde la petite fille totalement dévastée par les évènements.
L’homme, habituellement de bonne parole, ne sait quoi lui dire. Un nouveau coup de feu venu de dehors décompose le visage de la gamine…


Le corps du jeune garçon ne bouge plus.
EV083 vise maintenant le crâne du père accablé :
EV083 - " Où est James Ellison ? "
L’endeuillé papa regarde avec incompréhension celui qui vient de froidement loger une balle dans la tête d’un enfant innocent. La voix déformé par les sanglots, il affirme :
Paul - " C’est toi James Ellison putain ! "
Au même instant, Lila ouvre grand la porte d’entrée et fait face à la réaction du T800 :
EV083 - " Réponse insatisfaisante. "
L’heureuse famille jusqu’ici subit une nouvelle perte, entraînant sans plus attendre la violente réaction de Lila.

Dans un hurlement de rage en découvrant le carnage dont sont victimes sa moitié et surtout son enfant, elle abat la lourde batte en bois en direction de la tempe droite de EV083.
Le Terminator la laisse exécuter son geste sans la moindre appréhension.
L’arme vole en morceaux sans faire vaciller la machine qui, d’un revers de la main, frappe Lila à l’épaule.
La veuve s’écroule le bras en charpie à quelques mètres, n’arrivant pas à reprendre son souffle tant la perte de ses proches la consume de l’intérieur, bien plus que son bras démis.


Dans le garage, Ellison démarre la voiture…


EV083 abandonne sa proie et focalise son attention sur le bruit du moteur venu du flanc de la maison.
Alors qu’il bouge d’un pas, Lila lui agrippe la cheville pour tenter de le ralentir et sauver James et sa fille.
EV083, sans même détourner son attention du garage, écrase la tête de Lila avec son pied, laissant le cadavre de l’ex-épouse de James baigner dans un flot de sang.


Sans difficulté, le pare buffle plie la porte du garage et James fuit en compagnie de la petite fille.
A peine sorti, le 4x4 est criblé de balle par le T800 qui vide le reste de son chargeur avant d’entamer une course à pied en espérant rattraper le véhicule parti à vive allure…



Plus loin, au c½ur de Los Angeles, une voiture de sport à la vitre conducteur brisée stationne devant un immeuble.
De l’auto bleue métallisée, sort Shawn Cooper vêtu d’un jean et d’une veste en cuir qu’il a préalablement subtilisé au propriétaire du véhicule.
Le vent balaie ses cheveux mi-longs tandis qu’il lève les yeux devant l’enseigne du club de sport dans lequel il pénètre.

Il débouche sur un immense hall qui centralise les couloirs pour les vestiaires, les différentes salles d’activités et la piscine.

Il s’engage à l’étage en direction de la salle de gymnastique…



Sur la route, James n’a de cesse de fixer son rétroviseur pour s’assurer que le T800 est bien trop loin pour le rattraper.

Sous le choc des derniers évènements, ses membres tremblent sans qu’il ne puisse y faire quoi que ce soit.
Ses yeux restent grands écarquillés mais il n’ose pas les diriger vers l’orpheline qui l’accompagne sur le siège passager.

Pourtant, lorsque le cognement de son c½ur dans sa poitrine finit par battre moins fort, il réalise qu’un sifflement anormal provoqué par de l’air se produit dans le véhicule.
Bien que les carreaux soient intacts et fermés, le bruit persiste.

Du coin de l’½il, en direction de la petite fille, James s’aperçoit que des impacts de balles ont traversé la portière côté passager !

Instinctivement, il pose sa main sur la tête de l’enfant, à peine consciente, une balle s’est logée dans son flanc droit, à hauteur des côtes.
Du sang s’écoule en abondance et inonde le siège.

James freine en plein milieux de la route et oblige les voitures derrière lui à faire de même, ameutant au passage les curieux.
Il sort en catastrophe en hurlant après les passants :
James - " Qu’on fasse venir une ambulance ! Vite ! "
Une cohue se forme aussitôt autour de la frêle victime pendant que James prend son pou. Il attrape par la manche un homme d’une trentaine d’année :
James - " Son pou est faible mais la balle ne semble pas s’être logé dans une zone vitale. On peut encore la sauver. Je dois partir, une autre enfant est en danger. "
Le passant le saisit à son tour :
Inconnu - " Non, vous n’irez nulle part, vous êtes ce mec à la télé que tout le monde cherche. "
Ellison se défait de son emprise en le bousculant et sort son arme qu’il pointe en direction des quelques courageux qui essayait de venir le maîtriser :
James - " Foutez-moi le camp ! "
Il recule jusqu’à ce qu’il soit rassis dans son véhicule et annonce avant de partir :
James - " Prenez soin de la gamine. Je suis désolé, je n’ai rien pour prouver mon innocence, tout se retourne contre moi, mais soyez certain que je ne suis pas celui qu’on croit. "
Ses pneus crient pendant qu’il reprend une vive course…



A quelques rues de là, Shawn arrive devant la salle de gymnastique où quelques femmes d’un âge déjà avancé s’exercent.
L’aspect humain du T800 ne laisse pas les femmes qu’il croise insensibles. Il s’avance au milieu d’elles, sans craindre de perturber le cours et fixe le coach :
Shawn - " Je viens chercher Savannah Weaver. "
La femme rétorque :
Coach - " Mme Weaver a encore changé de chauffeur ! Les enfants ont fini il y a dix minutes, vous pourrez retrouver Savannah devant les vestiaires. "
Shawn tourne immédiatement le dos à la femme et repart en direction du rez-de-chaussée…

Devant, le bâtiment, le 4x4 de James stationne juste devant celui de Shawn.
En traînant la jambe, il se presse de rentrer à l’intérieur et interpelle une maman avec sa petite fille :
James - " Excusez-moi, je viens chercher Savannah Weaver. "
L’enfant lui indique que la petite rouquine est toujours dans le vestiaire. James presse le pas…

Shawn devance déjà l’agent Ellison, il n’est plus qu’à quelques pas.

Dans les vestiaires, Savannah monte son pied droit sur le banc où elle est assise. La timide enfant sourit en laçant ses chaussures comme le lui a appris John.
Soudain, la porte des vestiaires s’ouvre avec vivacité…

Shawn débarque dans le vestiaire où quelques karatékas défont leurs kimonos !
Tous observent ce nouveau visage qui détaille avec minutie les lieux. Il focalise son attention sur le sportif le plus proche :
Shawn - " Où est Savannah Weaver ? "
Le gaillard se met à rire :
Karatéka n°1 - " Savannah ? Eh mec, là t’es dans le vestiaire des hommes ! "
Shawn fait alors demi tour pour se rendre dans les vestiaires à l’opposé quand un autre amateur d’arts martiaux lui bloquent la route :
Karatéka n°2 - " Attend mon grand, attend. T’as l’air louche toi. Qu’est-ce que tu lui veux à cette Savannah ? "
Shawn, d’un mouvement parfaitement mécanique, tourne sa tête en direction de l’opportun :
Shawn - " Question indiscrète. Réponse impossible. "
L’homme s’offusque aussitôt et tente de pousser le T800 en arrière.
Cependant, Shawn est bien plus rapide et saisit les poignets de son assaillant qu’il serre sans dessiner sur son visage le moindre rictus jusqu’à ce que les os du curieux se rompent.
L’homme s’affaisse à terre en hurlant de douleur…

En face, Savannah reconnaît à l’entrée de la pièce le collaborateur de sa mère bien que sa tenue soit involontairement plus négligée qu’à l’accoutumée.
De là où ils se trouvent, ils entendent le brouhaha du vestiaire des hommes où une bagarre semble éclater :
James - " Savannah, vient avec moi, vite. "
Il prend l’orpheline dans ses bras et fuit à vive allure en dehors du complexe…

Dans le vestiaire des hommes, les armoires s’écroulent à mesure que les corps sont repoussés dans des flots de sang.
Insensible à la douleur, Shawn constate que ses minables adversaires s’écrasent les poignets contre sa chaire camouflant l’endosquelette de coltan.
Démuni d’arme, le T800 élimine à la main, un à un ses opposants qui arrivent des autres salles de plus en plus nombreux.

Avant de sortir de la ville, James s’arrête devant un distributeur de banque et utilise le plafond maximum de retrait de sa carte puis la laisse volontairement trainer au sol, sachant pertinemment que quelqu’un de tarderait pas à la ramasser et à l’utiliser pour broyer les pistes.
Le 4x4 de James fonce désormais en direction de San Francisco où se dirige Sarah, bien loin de la menace de Shawn maintenant sans la moindre trace de l’enfant.



A des kilomètres de là, éloignée du centre de San Francisco, l’adresse de la maison que James a donnée à Sarah est maintenant investie par celle-ci.

Epuisée après un long voyage, elle a toutes les peines du monde à s’extraire de son véhicule jusqu’à l’habitation.
Une fois la serrure déverrouillée, elle claque la porte derrière elle et se laisse tomber dans le canapé sur lequel elle s’endort aussitôt…

Author Topic: Episode 2. De nouvelles machines.  (Read 38564 times)

0 Members and 1 Guest are viewing this topic.

the resistant

  • Guest
  •  
Épisode 2 moins intriguant, mais ça veut dire que l'on par sur du concret et du sérieux (un peut de bon professionnalisme, c'est bon ça ^^)... j'aime, et je ne suis pas le seul :)

P.S : tu devrait envoyer a la fox ta saison 3 pour quelle en prennent de la graine XD..

Offline Kodeni

  • Modérateur
Épisode 2 moins intriguant, mais ça veut dire que l'on par sur du concret et du sérieux
On a surtout de l'action, là où les premiers chapitres dans les futurs péchent sur le sujet.