La STM : itinéraire d'un réseau gâté

Quand on parle de transports en commun, on pense très souvent aux mauvais côtés : grèves mensuelles (voire bimensuelles selon quelques lignes), retards en pagaille, boîte à sardines, stress, agressivités, puanteurs (lignes RER sur Châtelet - Les Halles), nuisances sonores (Palme d'or pour la ligne 7 entre Place d'Italie et Kremlin-Bicêtre) et poubelles.

En serait-t'il de même à Montréal ? Pas vraiment.Voici l'équivalent de la RATP à Montréal. La majeure partie des images viennent de ce site que je vous invite à consulter pour avoir les informations détaillées sur chaque ligne.

Qu'en est-il du réseau ? Tout d'abord, sa composition :

Métro : 4 lignes qui ne couvrent qu'une petite moitié de la ville. Le reste est pris en charge par plusieurs lignes de bus. Chacune d'elles est repérable à sa couleur. Toutes les stations sont souterraines, ce qui est assez rare pour être souligné !

Ligne Orange :

Elle couvre les trois-quarts du réseau avec des correspondances vers les trois autres lignes et emprunte les plus gros quartiers depuis Laval en passant par Rosemont, Le Plateau, le Centre-Ville, le Vieux-Montréal, la zone anglophone et Outremont.Ne vous fiez pas trop à l'image ci-dessus car elle ne tient pas compte des nouvelles stations ouvertes en 2007 qui vont au-delà d'Henri-Bourassa. Je l'emprunte tous les jours, vivant à proximité d'elle.

Sa station emblématique est Berri-UQAM, sorte de station Châtelet qui forme le noyau du réseau :Ligne Verte :L'autre grosse ligne qui dessert les principaux centres commerciaux entre Berri-UQAM et Atwater. Elle est très utilisée des anglophones puisque son terminus Angrignon plonge au c½ur de leur quartier.

Station-phare de la ligne : Mc Gill (prononcez May Gill) :Vous voyez les espèces d'écrans sur les côtés ? Il s'agit de MétroVision, la chaîne télévisée muette du métro et présente dans les grosses stations, surtout au niveau de la Verte.Elles fonctionnent par rétroprojecteurs. Les indications permanentes sont :

- Heure
- Date
- Température
- Temps
- Qualité de l'air
- Temps restant avant la prochaine rame et celle de derrièreEnsuite, ce sont des flash d'infos souvent trop vagues (national, international, finances, cultures, sports), la météo des trois prochains jours, les trucs à voir, lire ou écouter (le dernier album de Pearl Jam, une expo sur Waterhouse au musée des Beaux-Arts, Avatar, ...), des pubs (y en même eu une sur le sex-shop Sex Cité ! Tout est permis tant que ça permet de faire fonctionner le commerce et de gagner des sous pour les diffuser !) mais aussi des messages civiques comme le don du sang ou encore des jeux (rébus). Ca aide à patienter parfois... mais pas toujours car à la longue, certaines séquences mercantiles provoquent l'overdose.

Tant que j'y suis, parlons du système d'affichage des pubs. Ce qu'on peut trouver à Paris lors de quelques événements majeurs dans le monde de la Consommation est perpétuel icitte. Les murs sont couverts de stickers géants qui restent environ une à deux semaines sur place, voire plus comme c'est le cas avec l'opérateur mobile Telus qui occupent murs, piliers, panneaux et tourniquets de la station Mc Gill depuis plus d'un mois (quand on a les moyens, on ne compte pas !). Impossible de les rater. Guy Debord aurait fait un infarctus... je me sens agressé même si je trouve le résultat impressionnant... l'affichage traditionnel derrière des panneaux en plexiglas passe pour une broutille quand on est assommé jour après jour par ces "vitraux" ! D'ailleurs, la publicité est la cathédrale des Temps Modernes. Un lieu d'images peu pieuses et d'évangiles tarifaires pour les simples d'esprit...

Voici à quoi ça ressemble en général via Apple :Une invasion rétinienne et un coma pour les porte-feuilles incapables de faire preuve de résistance.

Même l'Eglise se sert de ce média souterrain pour faire passer ses messages ! Vous imaginez la même chose à Paris ? Non ? Vous avez raison. C'est aussi ce qui différencie la Nouvelle Amérique de la Vieille Europe. Je rédigerai une autre fois un billet sur la religion à Montréal car toutes les sous-obédiences chrétiennes y sont sans oublier les sectes comme la Scientologie qui a pignon sur rue !Ligne Bleue :Elle prend surtout en charge les quartiers populaires autour de Jean-Talon et Outremont. Je n'y suis allé que deux ou trois fois.

Voici l'entrée du métro Jean-Talon, place réputée pour son immense marché que je n'ai pas encore fait mais dès que ce sera le cas, j'en causerai plus amplement.Ligne Jaune :La plus petite qui permet de rejoindre Longueuil. Jamais prise.

Les rames de métro :

Quelque soit la ligne empruntée, elles sont toutes identiques. Je m'attendais à une rame en harmonie avec la couleur de la ligne traversée... et en fait :Identiques. 40 ans d'âge et toutes sur pneus. Mais il est question de moderniser les rames dans un futur proche...

Et voici l'intérieur :Bien, revenons aux faits :

- Grèves : Rien en vue. Lorsque cela se déclare, ça ne dure pas plus d'une demi-journée, le temps pour les salariés de poser leurs doléances auprès des responsables avant de retourner au travail. Tout simplement. Revendiquer oui, mais pas au détriment de l'usager et aussi pour ne pas se faire trop sucrer ou se faire licencier pour donner l'exemple à toute forme de laxisme prolongée. C'est pas près d'arriver en France, tiens !

- Retards en pagaille : Quelques-uns, jamais longs.

- Boîte à sardines : Même aux heures de pointes (8h et 17h) on n'est jamais serré. les gens ne forcent pas pour rentrer en poussant. Il y a du monde ? Tant pis. Attendons le prochain calmement. Car si les québécois ont compris une chose, c'est que plus on forcera, plus la rame mettra du temps à partir et plus la suivante tardera à venir. Rester efficace, ça fait aussi partie du boulot des voyageurs. Encore un exemple de savoir-vivre impensable en France...

- Stress : Rare. Plutôt le soir, quand les gens sont pressés de rentrer et qu'ils sont attendus dans un pub. Mais c'est assez faible et pas contaminant.

- Agressivités : Idem. Et question politesse, les Français devraient prendre exemple sur eux : ils attendent sagement que les gens sortent avant de rentrer, les jeunes laissent volontiers leurs sièges aux seniors ou encore des excuses parfois démesurées s'échangent entre deux usagers qui se sont cognés lors d'une montée.

- Puanteurs : A part aux alentours des quais avec les itinérants, rien à signaler non plus ! A noter que ceux-ci ne sont jamais dans les rames (ou alors ils empruntent les premières et les dernières).

- Nuisances sonores : Dans la norme. Ca ne m'a jamais empêché d'écouter ma musique.

- Poubelle : Nada. Sur ce point, la STM s'est équipée de trois types de poubelles : déchets communs, le recyclable et les containers exclusivement réservés aux gratuits (Métro et 24h).

Vous allez me dire : "Mais c'est le paradis sous terre !"

Je n'irais pas jusque là car le réseau est has-been dans sa décoration : du carrelage orange comme on peut encore le trouver dans quelques stations parisiennes, des espèces de vitraux démodés dans leurs styles et un manque d'inspiration pour distinguer les 3/4 des stations. Bref, 40 ans sans jamais avoir changé de fringues, ça commence à faire long !

Bus : Les lignes sont nombreuses et couvrent bien la ville et roulent même sous 30 cms de neige. Pas grand-chose à dire là-dessus sauf sur deux points :

- Les gens forment une ligne le long du trottoir à chaque station : premier arrivé, premier à rentrer. A la file indienne et pas de tricherie !

- Les stations de bus n'ont pas vraiment de nom. Les arrêts se font à chaque carrefour donc tous les 20-80 mètres. Au début, on est complètement perdu mais une fois qu'on se fabrique des indices visuels (une enseigne Mc Do, un pont, etc...), c'est simple.

Je sais que j'ai oublié des choses et vais faire confiance à vos commentaires pour m'en souvenir !

Terminus de ce billet ! Merci d'avoir choisi Noisen-Réseau ^_^

D's©
Last Edit: à 5h16 by Damien

Author Topic: La STM : itinéraire d'un réseau gâté  (Read 21508 times)

0 Members and 1 Guest are viewing this topic.

Offline Damien

  • Modérateur
Deux-trois indications supplémentaires qui me reviennent a l'esprit :

- Chaleur : Passer de -15 a +20, ca donne parfois le tournis... et des étoiles qui dansent :-/
- Rapidité : Je dois prendre 3 réseau différents pour me rendre au travail : un bus et deux lignes de métro. 30 min. Maximum 45 min quand il y a des ralentissements. Efficacité.
- Bus de nuit : 2 a côté de mon domicile, classe !
- Métro de nuit : les derniers sont a 1h/1h30 sauf le samedi jusqu'a 2h.

J'ai beaucoup de mal a trouver des d'inconvénients au systeme montréalais. Si vous connaissez des gens qui oeuvrent a la RATP, demandez-leur de faire un stage icitte, ca ne pourra que leur faire du bien !

D's©

Offline Nao/Gilles

  • Admin
Quand on parle de transports en commun, on pense très souvent aux mauvais côtés : grèves mensuelles (voire bimensuelles selon quelques lignes), retards en pagaille, boîte à sardines, stress, agressivités, puanteurs (lignes RER sur Châtelet - Les Halles), nuisances sonores (Palme d'or pour la ligne 7 entre Place d'Italie et Kremlin-Bicêtre) et poubelles.

En serait-t'il de même à Montréal ? Pas vraiment.
En fait, de tous les systèmes de métro où j'me suis baladé, le pire c'était vraiment le parisien... Le londonien est déjà bien meilleur. Ceux à taille plus humaine, comme Marseille, Lille etc, sont un cran au-dessus aussi.

Celui de Rennes il est très bieng

Offline Nao/Gilles

  • Admin
Pas difficile, il doit y avoir juste 3 stations... :niark:

Mauvaise langue!

Offline Nao/Gilles

  • Admin
:p :P :p :P :p

C'est vrai que l'Underground est quand même mieux que le métro parisien. D'ailleurs, il est constamment en travaux à une station ou une autre pour être amélioré. Et les londoniens sont aussi plus civilisés que les parisiens. Au niveau des escalators, il est demandé de se mettre à droite pour laisser le passage de gauche libre aux usagers pressés ; eh bien tout le monde serre à droite !

Offline Nao/Gilles

  • Admin
Ah, m'en parle pas des travaux du Tube... Avec les projets de Skippy5 de se rendre à cette boutique Doctor Who en pleine banlieue, ça ne nous a mis "que" deux heures de retard... Quelle idée aussi, de fermer une ligne entière et de la remplacer par des bus qui ne suivent pas du tout le même trajet... :^^;: Enfin, ça me fait toujours rigoler, cette après-midi passée à se perdre dans les quartiers d'EastEnders !

Putain, ça change du métro lyonnais (qui est un peu mieux que le parisien mais pas tant que ça).
Je vais finir par avoir envie de m'exiler au Canada si ça continue. Mais je ne pourrais pas me passer de salade de museau et d'epoisse, alors je suis bloqué ici  :^^;:

Pour revenir sur les différents réseaux, j'ai été épaté par l'efficacité grenobloise et le savoir vivre lillois. Mais encore une fois, je suis habitué à Lyon alors forcément, c'est mieux de partout ou presque.