Chapitre 76

Chapitre 76

Sous le club argentin où sont réunis Tromos et Vasiliás, dans les caves, les effusions de sang ne cessent de tapisser les murs.
A mesure que le Berserker de la Terreur progresse dans ces sous-sols de l’horreur, il brise l’existence des criminels qui exploitent femmes et enfants.
Sans craindre les armes, il s’enfonce dans les ténèbres où il libère régulièrement des cages de fers, des humains traités comme des marchandises. Il trouve aussi des opposants politiques hauts placés, enfermés par Segador.
L’enfant du pays répète sans cesse à cette cinquantaine de captifs : « Attendez-moi devant les marches. Je vais vous sortir de là. »
Du revers d’une main, il détruit des stocks d’armes, de contrefaçons et de drogues. De l’autre, il élimine sans ménagement ces mercenaires recherchés dans toute l’Argentine.

Arrivé au fond de la salle, dans une ultime pièce fermée par de longues bâches, il reconnaît à travers les toiles plastifiées une ombre encore plus grande que ses deux mètres quatre-vingt-trois.
La créature qu’elle représente libère une respiration glaciale, cruelle et animale.
Le sol est rouge et blanc, mélange de corps sans vie desquels s’écoule toute leur hémoglobine.
La bête est nue, agenouillée. Elle s’acharne sur un cadavre complètement désarticulé, à force d’abuser de lui.
Horrifié, Tromos ne laisse pas cet homme difforme poursuivre : « C’est toi le monstre dont me parlait celui qui m’a conduit ici je présume ?! »
L’erreur de la nature se dresse immédiatement devant lui, exposant une musculature ahurissante et un visage grossier. De longues dents pointues composent sa bouche qui demande : « T’es qui toi ?! C’est Segador qui t’envoie ?!
_ Je suis venu tuer Segador. Mais avant ça, je me suis occupé de tous tes petits copains. C’est ton tour à présent. »
Le monstre, dans le plus simple appareil, se jette sans tergiverser sur Tromos.
L’Argentin profite de sa vitesse pour le devancer et le plaquer au sol.
D’une seule main, il lui arrache une de ses canines qui est aussi longue qu’un doigt et s’en sert pour la lui planter dans un testicule.
Le monstre ne peut que hurler de souffrance.

Son cri retentit dans toute la cave et fait frissonner les protégés de Tromos, qui l’attendent à l’entrée, leur rappelant à quel point leurs peines en ces murs sont encore fraîches.

A l’autre bout, Tromos continue de torturer le bourreau de cette ville clandestine en perforant toute la surface de son corps avec ses poings.
Lui brisant les os.
Délogeant ses organes.
Il continue ainsi jusqu’à ce que la mort, lente et pénible, s’en suive.

Le colosse, d’ordinaire cordial et attentionné, revient éclaboussé des entrailles du mal vers les prisonniers.
Seuls les visages craintifs et perdus des enfants le ramènent à la raison : « Je vous reconduis à la surface et je vous promets que ces hommes ne vous feront plus de mal. »
Un politicien, apparemment influant vu l’estime que lui portent les autres rescapés, essaie de s’attirer les faveurs de l’Arèsien : « Vous êtes formidable. En annihilant ce criminel historique vous allez briser la corruption dans ce pays. Vous allez être le symbole de la l’émancipation de l’Argentine face au crime… »
L’intéressé l’interrompt en posant sa main sur son épaule : « Vous semblez être connu et respecté.
_ Je suis l’ancien ministre de la justice. Je me suis soulevé contre ma hiérarchie et mes semblables, lorsque j’ai découvert que de nombreux fonctionnaires étaient achetés par Segador. J’ai toute une liste de noms qui…
_ Bien, tourne court Tromos. Alors je vous confie tout le succès de ce sauvetage. En remontant cet escalier, vous arriverez derrière le bar de la discothèque. Sortez vite de cet établissement. Assurez-vous que tout le monde vous suit. Et appelez des secours une fois dehors, appelez des personnes de confiance, des médias indépendants. Dites-leur que Segador est mort. »
Sans même attendre la réponse de son interlocuteur, sans même se nourrir de gloire après tous les mercis qu’il reçoit en traversant la foule de prisonniers, Tromos sort le premier du sous-sol, en forçant la porte que son guide avait pris soin de verrouiller derrière eux plus tôt.
Déterminé, focalisé sur Segador, il réintègre la boite de nuit au milieu de clients déchaînés au beau milieu d’une luxure apparente.

Son air engagé et ses vêtements couverts de sang, attirent l’½il des vigiles du club, qui, tour à tour, devinent ce qui a pu se passer en bas. Encore plus, lorsque les prisonniers s’échappent.
Sans la moindre discrétion, Tromos fracasse chaque gardien qui espère venger ses collègues.
Immédiatement, la clientèle se passionne avant de comprendre très vite, après quelques coups de feu, que leurs vies sont en danger.
Autour de Tromos, un effet de panique s’en suit. Un raz-de-marée humain quitte désespérément l’enseigne dans les hurlements et la musique assourdissante qui continue d’être jouée.

En quelques minutes, l’immense piste de danse est désertée, seuls quelques innocents pris dans les balles perdues ou piétinés par la clientèle apeurée, accompagnent les corps des mercenaires de Segador.
Tromos, agacé par la musique et le clignotement des jeux de lumière qui animent la salle vide fixe avec détermination l’étage vers lequel Vasiliás et Peligra l’ont devancé.


Pendant ce temps, à Athènes, champagne aux lèvres, Kyoko écarquille les yeux pendant que le couple qui est à ses côtés commence à hausser le ton.
_ « Je t’avais dit qu’il me suffisait de réveiller l’Evil Seed plantée en chacun d’eux.
_ Si tu les actives déjà, c’est que nous arrivons à la fin de ton récit, pense Mars.
_ Détrompes-toi. Simplement je trouve que c’est trop calme ici. Avoir un petit peu d’action autour de nous ne fera pas de mal. Bien, où en étais-je ? Ah oui…

Flashback
Dans l’Utérus, retombés dans les catacombes saccagées, Jaguar se redressait fièrement en prenant appui sur le plastron fissuré et ensanglanté de Rigel qui toussait instinctivement malgré l’étourdissement.
Au-dessus d’eux, au second niveau, le brasier continuait de lécher les colonnes et statues. Il consumait les veines, ces racines de l’Utérus, qui enlaçaient le décor antique.
Néanmoins, cela ne rendait pas Jaguar admiratif.
_ « Que la déesse Eris se soit éprise de toi me débecte. Tandis que j’ai été le Saint le plus glorieux de mon époque, toi, un vermisseau, tu as amené sur toi l’intérêt d’une majesté !
_ Une majesté, s’étouffait de douleur Rigel ?!
_ Comment qualifier autrement Sa Majesté Eris ?! Quand Athéna a-t-elle récompensé ses héros en les ramenant à la vie ?!
_ Cela ne fait pas partie de ses attributions. Les seuls dieux capables de cela sont ceux qui profitent du vice dans le c½ur des humains. Ce n’est pas l’être que tu étais qui est revenu. C’est ton amertume.
_ Et toi ? Quel sentiment te ramènera ?
_ Pardon ?!
_ Sa Majesté Eris t’attend. Elle te cherche. Quelle plus belle armée pour elle que des êtres vaillants comme moi, et des proches de sa vie passée comme toi ?
_ Kyoko… Kyoko m’attend. Pas Eris ! »
Jaguar poursuivit sans remarquer que le feu de Rigel crépitait au-dessus de sa tête, sur le contour des alvéoles que leur chute avait laissé.
_ « C’est la même chose. Kyoko est née pour être Eris. Eris depuis sa Pomme d’Or guettait qui naîtrait sous l’étoile de la discorde. Kyoko. Eris. C’est la même chose. Deux entités indissociables qui n’en forment plus qu’une désormais.
_ Kyoko est une Saintia d’Athéna. Je suis un Saint d’Athéna. Nous ne la trahirons pas.
_ Vous avez déjà parjuré tous les deux. Bien que votre faute paraisse petite maintenant que la nature de Kyoko a été dévoilée, comment crois-tu qu’Athéna accueillerait ta bien-aimée si tu finissais par la convaincre ? Te lier contre Eris, c’est t’opposer à elle à mort. Contraindre Eris à se rendre, c’est la condamner à mort. Il n’y a pas d’autres issues pour toi si tu veux rester auprès d’elle. Et ça, éternellement.
_ Je suis un Saint d’Athéna ! Laisser Eris agir, qu’il s’agisse de Kyoko ou non, c’est laisser le monde courir à sa perte ! Jaguar Saint d’argent d’Orion, la légende veut que tu ais été le Saint le plus fort et le plus brave de tous les temps ! Je ne peux pas croire que tu ais accepté de servir Eris !
_ Tu es aveuglé par ton serment. Moi les Enfers m’ont ouvert les yeux. »
Soudain, le brasier du dessus descendit par les deux cavités formées par l’Ecrasement Météorique d’une Mégatonne.
Entrelaçant flammes bleues et blanches, deux lances flamboyantes vinrent prendre sans qu’il s’y attende Jaguar en étau.
_ « Tu y as perdu tout espoir ! Moi si je suis ici, c’est parce que j’espère sauver Kyoko ! Ressens la chaleur de mon amour pour elle ! Voici des flammes d’espoir qui brûlent bien plus que les flammes de malheur des Enfers ! Cosmic Inferno ! »
Le transperçant au c½ur de dos et au sternum de face, les lances de feu s’entortillèrent ensuite tout autour de Jaguar incapable de se débattre.
Véritable torche humaine, la combustion le rongea tout autant de l’intérieur que de l’extérieur.
Son visage devenu une torche crachait des flammes pour tous ses orifices.
Il trouva tout de même la force de conclure : « Je suis un être humain. Si j’ai eu la faiblesse d’être séduit par la promesse d’une nouvelle vie pour faire renaître ma gloire, tu seras soumis à la même faiblesse, face à la promesse d’une vie éternelle auprès de ta bien-aimée. »
Les extrémités de son corps commencèrent à voler en cendres.
Sous la chaleur et la force du cosmos du Saint, la Leaf du Ghost Saint volait en poussière, morceau par morceau.
Pendant que Rigel se redressait, en tenant son plastron ébréché, Jaguar disparaissait en fumée sous ses yeux : « C’est parce que nous sommes des humains pleins de faiblesses qu’Athéna nous protège. Athéna est miséricordieuse. Je ne peux me détourner de mes v½ux… »
Il regarda le plafond et le niveau supérieur, puis abandonna cette direction pour s’engager depuis le premier niveau vers le centre de la structure : « Le projet de Shaka était de remonter au sommet par le flanc. Moi je passerai par le centre. Ce sera le meilleur moyen de prendre ces maudites Dryades à revers. »

Plus loin devant, Maya chargeait sa cosmo énergie devant un Shaka serein. Il tenta de provoquer Shaka en médisant à propos de Naïra.
_ « Cette chétive Saint de bronze amusera les Dryades et nourrira l’Utérus.
_ Je ne leur en laisserai pas le temps. Je vais rapidement me débarrasser de toi, avant de la rejoindre.
_ Sérieusement ?! Quelle que soit l’époque, vous les Saints d’or restaient les mêmes ! Toujours à fanfaronner et à écraser les classes inférieures ! Profiter d’une nouvelle vie et avoir l’occasion d’écrabouiller la sale gueule d’un prétentieux Saint d’or fût une occasion rêvée !
_ Tout ça par rancune ? Tu as vendu ton âme au diable, pour connaître une gloire que tu n’as jamais été capable de caresser du temps de ta vie passée ?
_ Tu ne peux pas savoir ce que c’est d’être relégué au second rang toute sa vie pour finalement se retrouver condamné au Cocyte en compagnie de ces soi-disant supérieurs chevaliers ! Ils y passent l’éternité à pleurnicher sous la torture des gardiens des Enfers ! En conclusion, ils ne valent pas le statut si particulier qu’on leur prête ! Mais bientôt tu comprendras, car je vais t’y envoyer sur le champ !
_ Je vois. Tu penses avoir vécu les pires sévices et être revenu face à un insouciant qui les ignore ? Sache que je connais les turpitudes des Enfers et vais t’y renvoyer. Tu vas avoir droit à un enfer différent. Un de la cosmologie bouddhiste. Un des six mondes de la métempsychose où se réincarnent les êtres sensibles d'après leurs karmas liés à leurs actes des vies antérieures.
_ C’est censé m’effrayer, s’élança dans les airs le poing chargé de cosmos Maya ? Hunting Arrow Express !
_ Riku Do Rin Ne ! »
Le Saint de la Vierge se mit dans une position debout, avec un bras vers le sol et un autre levé. Il projeta une lumière qui annihila les flèches de Maya et qui frappa son esprit.
Celui-ci lévita alors pour traverser chaque enfer de la métempsychose, l’âme et le corps à chaque fois plus marqués lors d’un passage à un enfer différent.
_ « Voici les six mondes. Jigokukai, l’enfer, les pécheurs y sont torturés et punis pour l'éternité. Gakikai, le monde des fantômes affamés, ceux qui ont fait preuve d'une grande soif de richesses, d'envie ou d'avidité y connaissent une famine et une envie éternelles. Chikushokai, le monde des bêtes, c'est là que vont ceux qui ont vécu selon leurs instincts au cours de leur vie, ils renaissent en tant que bête dans ce monde remplis d'animaux sauvages. Shurakai, le monde des demi-dieux guerriers, ils s'y combattent sans relâche, et ce monde n'est que guerre et violence constantes. Il est la destination de ceux qui ont passé leur vie dans le combat et la violence. Jinkai, le monde des humains, tous les sentiments se mêlent en ce monde, aussi bien la joie que les pires tristesses. Tenkai, le monde céleste, ce monde est supposé être le plus accueillant, mais est en fait considéré comme le pire, car il impose à celui qui s'y retrouve une vigilance constante. En effet, la moindre faute l'enverra vers un des autres mondes. »
Suspendu dans les airs, l’âme directement frappée par l’arcane, Maya traversait chaque monde, laissant sur son corps les stigmates des troubles causés à son esprit.
Il se mit d’abord à baver.
Puis ses yeux se retournèrent.
Il convulsa.
Et, lorsque la visite prit fin, il retomba à terre, inerte.
Shaka conclut : « Tu sauras que je ne crains pas la torture éternelle des Enfers, car en devenant Saint, j’ai fait le serment de tout mettre en ½uvre pour renverser Hadès et libérer enfin toutes ces âmes torturées par ces ignominies. »
Il tourna ensuite les talons pour suivre le chemin emprunté par Naïra, laissant derrière lui le cadavre du Ghost Saint, déjà couvert de fleurs poussant par-dessus son corps.

Devant, écartant sur son passage les lianes tombant du plafond et obstruant le passage de plus en plus resserré, Naïra voyait enfin au bout la lumière du second niveau illuminer des marches qui y conduisaient.
Cependant, un intrus interpella sa courte satisfaction.
Celui-ci empruntait le chemin qu’elle souhaitait prendre en ignorant sa présence.
Sa tenue, contemporaine, contrastait avec l’ambiance lugubre des Dryades et l’univers chevaleresque des Saints.
_ « … Mais surtout, que peut bien faire un humain en ce lieu, s’interrogea-t-elle ? Hé ! Toi, l’interpella-t-elle, arrête-toi ! »
L’inconnu, dérangé, s’exécuta et exposa sa mine surprise.
Ses cheveux, bleu pâle, mi-longs, cachaient son ½il droit par une longue mèche.
Son long manteau marron couvrait un maillot kaki.
Ce qui marqua davantage Naïra que sa tenue, c’était son identité. Elle reconnut sans mal un vieux camarade :
_ « C’est toi, Toki ?! Tu as achevé ton entraînement de Saint ?!
_ Oh… C’est toi Naïra ? Ça fait si longtemps !
_ Je suis si heureuse que parmi les sept enfants envoyés au Sanctuaire, tu sois toi aussi Saint. J’ai vraiment eu peur pour toi, lorsque j’ai appris que tu avais été confié au général Gigas ! Je n’avais plus eu de tes nouvelles après que nous avons été éparpillés. Celui qui t’accompagnait poursuit actuellement son apprentissage auprès d’un Saint qui garde un village de l’Est du Sanctuaire. Nous fûmes les trois premiers arrivés en Grèce. Quatre autres suivirent. Un a vite abandonné et suis la voix des sages pour devenir prêtre d’Athéna. Le second n’a pas réussi à dépasser le stade de simple soldat, il a intégré la garde. Les deux autres sont nés sous la constellation de Pégase. Un fut tué en affrontant un concurrent, l’autre y travaille toujours, tu le connais bien, tu te bagarrais souvent avec lui quand nous étions tous ensemble à la Fondation Graad, Seiya. Tu as été envoyé par le Sanctuaire pour nous prêter main forte ? Où est ton armure ? Et pourquoi es-tu habillé ainsi ?
_ Je suis surpris que tu saches tout ça ! Déjà à la Fondation Graad tu étais toujours là bien bavarde et à te mêler de tout ! Dommage que tu n’ais pas été là pour me sauver la vie !
_ Qu… Qu’est-ce qui te prend de parler comme ça ? Te… Te sauver la vie ? Je te le redemande, commença-t-elle à prendre ses distances, où est ta Cloth ?
_ Ma Cloth, arracha-t-il ses vêtements pour exposer une protection noire et amarante ?! Tu veux plutôt parler de ma Leaf ?!
_ Un Fantôme ?!
_ Tout à fait ! Je suis un Fantôme et je comptais profiter de la nouvelle vie que m’a donnée Eris pour me rendre au Japon et me venger de cette Fondation Graad ! Je comptais m’occuper de toi qui jouais à être notre grande s½ur en dernier, mais puisque tu insistes, tu seras la première à goûter à ma vengeance ! »
Malgré la distance, Toki lança un coup de poing.
Incapable de toucher sa cible de là où il se trouvait, son mouvement fût prolongé par l’allongement de son membre sous la forme de longues ronces qui sortirent du bout de ses doigts.
Semblable à une colombe, agile et gracieuse, Naïra utilisa les parois du couloir pour l’éviter puis remonter les lianes jusqu’à la source.
Prenant une impulsion depuis le plafond, elle retomba sur le dos de Toki pied en avant.
Sous son masque noir et blanc, Naïra pleurait le comportement de son ami qui était face contre terre.
_ « Pourquoi ?! Pourquoi revenir ainsi à la vie et menacer nos camarades ?!
_ Tu l’as dit toi-même, tu te doutais du sort qui me serait réservé par le Général Gigas si je n’étais pas à la hauteur ! Pourtant, jamais tu n’as cherché à me retrouver, à me protéger. Pas plus que la Fondation Graad qui attend qu’avec un petit peu de chance je revienne victorieux au Japon !
_ J’ai été affectée au strict camp des femmes chevaliers. Surveillée et conditionnée qu’à deux choses, ma constellation protectrice et l’allégeance à Athéna. C’est seulement lorsque j’ai pu devenir Saint que j’ai enquêté sur chacun de vous ! J’aurai tant aimé te retrouver, te protéger ! Quant à la Fondation Graad, c’est du passé. Rien ne m’y attache. En devenant Saint j’ai trouvé un sens à ma vie ! Si certains d’entre nous deviennent Saints, j’en imagine à peine une dizaine qui pourrait avoir un intérêt à revenir au Japon ! Ne t’a-t-on pas inculqué la mission d’un Saint ? Le devoir d’un Athénien ?
_ J’ai très vite été catalogué par Gigas comme sans potentiel, balancé en pâture à ses hommes, ses mauvaises fréquentations et quelques marchands véreux. J’ai lavé les sols, récuré les latrines, crevé de faim puis suis passé de lit en lit entre les mains de vieux vicieux libidineux qui se réunissaient autour de moi. Lorsque j’en eu assez, le corps brisé, l’amour propre réduit à néant, que je devins un objet sans la moindre résistance qui ne leur offrait plus la moindre distraction, je fus conduit dans les bas-fonds d’Honkios, transpercé à trente-sept reprises par l’épée d’un soldat, puis balancé dans la fosse commune où on jette les incapables sur ordres de Gigas ! Ce même Gigas qui t’envoie en mission aujourd’hui ! »
Se relevant lentement, entouré d’un cosmos pourpre, Toki continuait de garder l’attention de Naïra pour libérer discrètement le long du sol ses liens épineux.
_ « Mon corps gisant au fond de cette crevasse, désarticulé, desséché, mon âme déjà jugée par Minos, je m’attendais à poursuivre un tourment éternel. Lorsque depuis les entrailles du Sanctuaire, une racine sortit de la roche et ressourça mon corps. L’Utérus extirpa mon âme des Enfers et le cosmos d’Eris m’apprit son retour imminent. Elle m’offrait le pouvoir que je n’avais pas su gagner et la chance de pouvoir me venger de ma précédente vie. »
Une fois la vérité dévoilée, les liens parvinrent aux chevilles de Naïra, prise par surprise, condamnant ses acrobaties.
Toki l’assaillit au corps à corps cette fois-ci. Mais Naïra capable encore de mouvoir le haut de son corps para son direct du gauche avec son bras droit et lui planta sa main gauche en plein larynx, traversant ainsi sa gorge à la verticale.
Brûlant son cosmos blanc, elle illumina les ténèbres et fixa Toki agonisant : « Voici un petit peu de lumière pour t’accompagner une bonne fois pour toute dans l’autre monde. Le Juge ne te pardonnera pas d’avoir fui sa sentence. Ton prochain châtiment sera pire que le précédent. Je ne te pleurerai pas, tu as choisi la facilité plutôt qu’accepter tes faiblesses. Nous avons tous soufferts et subis des brimades parfois même pires que les tiennes. Tout cela dans le but de tester notre foi. Afin que nous fassions de nos âmes et nos corps des armes capables d’offrir aux générations futures un monde meilleur que le nôtre. »
Soudain, venus des marches qu’elle envisageait de monter, des applaudissements extirpèrent Naïra de son sermon.
_ « Quelle profession de foi, rigola Dysnomie avec sarcasme ! Athéna doit être fière de toi ! »
Naïra fixa la Dryade sans réussir à esquisser le moindre geste.
Cette femme, aux cheveux qui tombaient par-dessus sa cape noire surmontée d’épaulettes amarante, dégageait un cosmos au-delà de ceux qu’elle avait rencontré jusqu’à présent.
Angoissante, oppressante, il en ressortait une odeur de mort.
_ « Je vois que les Fantômes sont bien inutiles ici. Il va falloir que moi, Dysnomie de l’Anarchie, veille à freiner les ardeurs des Saints.
_ Essaie donc, osa-t-elle défier la Dryade ! »
Il n’en fallut pas plus à Dysnomie pour mettre ses menaces à exécutions.
Lévitant au-dessus du sol grâce à son aura sombre, elle lécha les marches de haut en bas et glissa le long du couloir jusqu’à elle sans qu’elle ne puisse réagir.
Elle la gifla d’un simple revers de main. S’en fut assez pour l’envoyer contre le mur de lierres.
Le geste l’extirpant de sa torpeur, Naïra riposta mais Dysnomie attrapa son poing et profita de l’élan pour l’envoyer contre la cloison en face.
Gardant son poing dans le creux du sien, elle la sortit de la pierre en la tirant vers elle où, comme émanant de sa poitrine, une étoile brillant de pourpre l’attendait.
Suspendue entre Dysnomie et Naïra, la matérialisation du cosmos de Dysnomie réagit lorsque la Saint de bronze entra à son contact : « Reverse of Universe ! »
L’explosion fit voler les ornements noirs, représentant des ailes déployées, gravées sur le plastron crème de Naïra.
Le souffle l’envoya contre les marches. La projection de cosmos profita de l’inclinaison des marches pour la faire rebondir jusqu’à l’étage supérieur.
Flottant à quelques centimètres du sol, Dysnomie la suivit lentement, tel un chat jouant avec sa proie.

A l’étage supérieur, Naïra retombée tête la première sur le sol était inconsciente.
Le regard caché par sa frange, Dysnomie manifestait sa satisfaction au sourire machiavélique qui se dessinait sur son visage.
Doigts écartés dans sa direction pour l’achever, elle fut tout à coup stoppée par la déformation de l’espace.
Le décor antique couvert de verdure se revêtit de moulures. Du sol au plafond, aux teintes boisées, les parois devenaient décorées de symboles bouddhistes, enfermant Dysnomie dans un cube cosmique au sein duquel se matérialisa dans une lumière d’or Shaka.
_ « Oh… Je vois ! Quelle entrée grandiloquente pour sauver ce petit oiseau tout fragile ! Je ne suis pas étonnée qu’elle n’ait d’yeux que pour Athéna et ses chevaliers. Moi-même j’en frémis de plaisir de te voir apparaître ainsi pour la sauver, se pinça les lèvres de provocation Dysnomie.
_ Je ressens un cosmos bien supérieur à tes frères et s½urs Dryades. Combattre contre toi pourrait nourrir davantage l’Utérus, donc je nous ai simplement isolés dans une dimension représentant l'harmonie de l'univers et la vérité ultime de celui-ci, le Tenbu Horin. »

Sur le flanc Ouest, Aeson suivait les lianes qui veinaient l’escalier en colimaçon.
_ « Je n’en vois pas le bout, s’impatientait-il, à croire qu’il va me faire grimper jusqu’au sommet ! Ça serait une chance ! »
Ses pensées lui donnèrent raison lorsqu’il déboucha enfin sur une terrasse aux dalles carrés.
La terrasse soutenait des marches devant lesquelles, de chaque côté, deux obélisques s’élevaient haut.
Déjà haut en altitude, le sommet était illuminé d’un soleil doux, masqué par les nuages.
Lorsque Aeson leva les yeux en direction du haut des marches, surmontant l’astre solaire, l’obscurité gagnait progressivement, jusqu’à ce qu’il puisse admirer, une fois son cou déployé au maximum en arrière, les étoiles.
_ « Alors je suis bien arrivé au palais d’Eris. »
Il fixa à droite, puis à gauche, examinant l’esplanade circulaire où il se trouvait.
Il n’y avait ici que le temple aux colonnes doriques enlacées par les racines de l’Utérus.
L’arbre du conflit jaillissait dans le dos de la fortification, resplendissant de son sommet touffu et verdoyant. Semblables à des lucioles, les Evil Seeds scintillaient tout autour puis retombaient comme des cendres en direction de la Terre.
Il entama prudemment de monter une à une les marches, avant de stopper net une fois sur le parvis.
_ « Derrière ces portes se trouve Eris. L’occasion pour moi de retrouver la reconnaissance du Grand Pope que j’ai perdu autrefois. Suis-je le premier arrivé ?
_ Cela va de soi, lui répondit une voix étouffée qui lui glaça le sang ! Les autres rencontrent quelques obstacles de leur côté ! »
Dans son dos, cachée derrière un obélisque, apparue une silhouette féminine.
Sans même se retourner, il la reconnut.
Ses jambes cédèrent sous le poids de la stupéfaction et il inclina sa tête devenue trop lourde vers le sol.
_ « C’est pour cela que j’ai pu arriver si vite jusqu’ici sans encombre ? »
Devant lui, les grandes portes du temple s’ouvrirent vigoureusement dans un fracas qui l’obligea à lever instinctivement les yeux vers sa seconde interlocutrice.
Remontant du bas de ses pieds nus, au haut où elle le toisait de ses profonds yeux marron voilés par les mèches violettes de ses cheveux qui virevoltaient, en passant par sa taille fine habillée d’une robe pourpre, Aeson fut interdit à la vue d’Eris.
Tandis qu’elle le pointait déjà de son sceptre à quatre branches, il était pris d’un rictus hébété alors qu’il découvrait pour la première fois la Déesse de la Discorde.
_ « En effet, lui dit Kyoko d’une voix fine en prenant le soin de bien allonger chacune de ses syllabes, je m’en serai voulu qu’une Dryade te donne la mort sans même que je te revoie après toutes ces années… »

Depuis une autre triangulation des positions attaquées par les Saints, suivi de trois Saints d’argent, Aiolia progressait sans faillir face à des hordes de Dryades.
Laissant peu de travail à ses alliés, le Lion avait déjà gravit trois étages de la structure sans rencontrer de réelles résistances. Et ce, jusqu’à la salle centrale de l’Utérus.
Accompagné de Mayura, Georg et Juan, ils cessèrent leur progression devant d’immenses chevrons de bois. Ils permettaient de soutenir, tel un cadre, des blocs de pierres. Tout cela servait de bardage à une colossale porte.
_ « Ça ne fait aucun doute. Cette énergie négative, malfaisante. C’est de derrière cette porte que se trouve le c½ur de l’Utérus. Les informations du Grand Pope étaient justes. Si je détruis cet endroit, la croissance de l’arbre stoppera aussitôt et le temple d’Eris sera réduit à néant.
_ Espérons que les deux autres équipes ont réussi à atteindre Eris de leurs côtés, souhaita Juan.
_ Qu’importe, vos renforts ne seront pas de trop, ajouta Aiolia. »
Une nouvelle cohorte de Dryades qui fit office de dernier rempart au c½ur de l’Utérus se manifesta : « Quelle témérité ! »
Le Lion chargeait déjà son poing de cosmo énergie.
_ « Hors de mon chemin ! Je n’ai pas de temps à perdre avec les laquais d’Eris !
_ Silence, lui répondit soldat !
_ Ton sang et ta chair iront nourrir l’Utérus, suivirent les quatre autres !
_ Lightning Plasma, se débarrassa d’eux Aiolia ! »
Tandis que les embûches semblaient passées, une nouvelle voix venue de leur flanc les surprit : « Vous voilà enfin ! »
Une Dryade portant une Leaf amarante et noire par-dessus son corps nu aux formes généreuses les rejoignit.
Agrémentée d’un grain de beauté sous son ½il gauche, la pulpeuse Até, toisait les défenseurs d’Athéna du haut de l’esplanade qui menait aux étages supérieurs. Son ½il droit étant caché par une mèche de ses très longs cheveux indigo, seul son ½il gauche témoignait de la haine éprouvée.
_ « Je les savais lâches, mais de là à imaginer les Saints tenter de détruire l’Utérus de l’intérieur plutôt que de nous faire front ! Je viens donc en personne, Até des Ruines, punir cette avanie ! »
Pendant que les Saints d’argent lui faisaient face, Aiolia continuait de tourner le dos à la chef des Dryades.
_ « Il y a quelqu’un de l’autre côté de la porte. J’ai l’impression de l’avoir déjà ressenti avant, était-il perturbé. »
Sans mot dire, le Saint d’or libéra son cosmos dans son poing de lumière et fracassa la porte.
L’éboulement des pierres leva un nuage de fumée qui les cacha temporairement d’Até.
_ « Ecoutez, reprit Aiolia. Rien ne doit nous faire dévier de notre mission. Je me charge du gardien du c½ur de l’Utérus. Vous, rejoignez au sommet nos amis. Vous devez éliminer Eris. »
Sans broncher, ils obtempérèrent et se jetèrent sur Até.
_ « Georg, Juan, foncez ! Je m’occupe d’elle, prit les devants Mayura. »
Até put compter sur ses oreilles elfiques pour entendre venir l’ennemi malgré la poussière.
Croyant pouvoir prendre à revers Georg et Juan qui passèrent au-dessus d’elle, Até ne put tourner les talons que déjà Mayura l’immobilisait : « Hisen Hajakuchobuku ! »
Soumise à une forte pression, Até n’arriva pas à retenir les deux Saints partis en directions des étages supérieurs.
Totalement oppressé, son corps se tordit. Ses jambes s’emmêlèrent, ses bras comprimèrent sa taille en en faisant le tour, sa tête tourna sur ses épaules.
_ « L’Exorcisme Destructeur supprime le poison qui se niche dans le c½ur des gens. Dans ton cas, s’agissant de ton essence même, c’est tout ton être qui est destiné à disparaître. La question c’est de savoir quoi de ton cou, tes genoux ou ta poitrine, va rompre en premier ? »
Pendant que son visage était défiguré par la douleur, Até n’en perdait pas moins de sa superbe.
La noirceur de son cosmos continuait d’emplir les lieux alors qu’un à un ses os craquaient.
Lorsqu’elle le réalisa, il fut trop tard pour Mayura. Des lianes lui serraient déjà les chevilles.
Bien qu’elle fût en droit de hurler le poids de son calvaire, Até cria plutôt son attaque : « Million Hatred ! »
Par millions, des lianes sous forme de lances jaillirent d’Até pour menacer Mayura prisonnière.
Obligée de relâcher la pression de son Hisen Hajakuchobuku, elle s’enferma elle-même dans son bloc monticule de pierre qu’elle leva du sol pavé : « Bangosenseki ! »
La Roche d’Isolation la protégea contre les pilums d’Até.
Ceux-ci se fracassèrent contre le bouclier de pierre.
Até n’en demeura pas moins résolue : « Tu perds ton temps ! Plus tu résistes et plus mes vignes puisent dans mon cosmos pour se renforcer. »
Ces tentacules encerclèrent le rocher au sein duquel Mayura se concentrait en position du lotus.
Até reprenait difficilement sa garde suite au contrecoup du Hisen Hajakuchobuku : « Million Hatred ! »
Cette fois ci, les lianes étaient semblables à des rondins de bois. Ils pilonnèrent comme des béliers la défense du Saint d’argent qui s’effondrait.
Exposée à la menace, Mayura riposta aux poutres par un vent violent qui les renvoya à son propriétaire : « Higi Kenyoku Tenbusho ! »
Martelée par sa propre matérialisation de cosmos, détruisant à chaque impact sa Leaf, Até fut repoussée contre le haut de la voûte, sous laquelle passèrent Georg et Juan plus tôt.
Avant qu’elle ne retombe au sol, Mayura la plaqua à nouveau contre la paroi par la gorge de sa main gauche.
Elle porta le coup de grâce de sa Technique Secrète de la Danse Céleste des Ailes Iridescentes en dirigeant sa main droite doigts tendus vers son c½ur.
C’est là que le vent balaya la mèche de cheveux d’Até permettant de cacher son ½il gauche.
Soudain, sortit de son globe oculaire une pointe de lierre qui contrecarra le coup de grâce.
Par réflexe, Mayura inclina la tête évitant à son crâne d’être transpercé. Le pique frappa l’extérieur de son arcade droite. Il détruisit son masque à cet endroit et arracha le bandeau qui lui entourait la tête.
Dans son élan, Mayura poursuivit son geste et parvint à transpercer la Leaf et les côtes d’Até à défaut d’avoir pu atteindre le c½ur.
Etourdie par le choc, elle retomba lamentablement face contre terre comme Até épuisée et blessée.


Au même moment, sur Terre, au Sanctuaire, les tours de garde se succédaient avec beaucoup de tension après l’infiltration des Dryades la veille.
Tandis qu’au sommet des douze maisons Saga était entré en méditation pour suivre les soubresauts de l’attaque de l’Utérus, dans les ruelles pavés d’Honkios, comme dans les vastes plaines qui entourent les villages, des troupes de soldats défilaient sans discontinuer.
Si bien, que lorsqu’elle arriva devant les remparts Nord, une jeune femme fut accueillie par un attroupement de soldats qui la mirent en joue de leurs lances et épées.
La pauvre était épuisée. Ses vêtements rouges, inscrits dans la pure tenue traditionnelle chinoise, étaient en lambeaux. Suffisamment pour faire apparaître ses cuisses écorchées et sa poitrine affriolante.
Tombée à genoux d’épuisement, l’Asiatique sema le trouble chez les Athéniens qui passaient par-dessus les murs, partagés entre le plaisir de cette vue sensuelle et le doute qu’une telle démonstration de ses formes ne soient la ruse éculée des Dryades.
Pourtant, la voix douce et tremblante de l’intruse semait le doute. Le front couvert d’une frange, le reste de ses cheveux longs et poisseux était entremêlé. Elle ne faisait preuve d’aucune malice, lorsqu’elle demandait à répétition si elle était bien arrivée au Sanctuaire.
Le caporal de la cohorte leva alors la tête vers le lieutenant du Nord du domaine, resté en haut de la grande porte à fixer l’inconnue.
De stature imposante, il gardait une mine sévère dans sa Cloth d’argent. Si bien que le caporal n’osa prendre la parole.
Il attendit que son supérieur direct, le sergent Voskos Saint de bronze du Bouvier ne les rejoigne.
Imposant et brutal, il ne ménagea pas la jeune femme en la levant d’un coup sec en la tirant par le bras pour l’exposer à la vue du lieutenant.
_ « Seigneur Algol, je crois que nous n’avons rien à craindre d’elle.
_ Voskos, souffla le Saint de Persée… Tu sais que n'importe quel accès au domaine sacré comprend son lot de difficultés, des plus variées et imprévues. Larges pierriers, pentes sablonneuses, parois rocheuses parfaitement verticales ou en dévers, crevasses, embranchements trompeurs... Tous ces obstacles sont incontournables. Et infranchissables pour quiconque ne maîtrise pas la cosmo énergie. Je ne pense pas que cette jeune femme soit inoffensive. Qui es-tu, la pointa-t-il du doigt ?
_ X… Xiao Ling, balbutia-t-elle son nom…
_ Xiao Ling… Que fait une étrangère sur ces terres ?
_ Rebecca… C’est elle qui m’a dit de venir ici…
_ Hum, resta songeur un instant Persée… D’où viens-tu ?
_ De Chine… J’appartenais à une troupe de cirque itinérante. Il y a quelques années, une révolte populaire a frappé dans une région où nous étions de passage et la répression a condamné les populations sans distinction. Ma troupe a été massacrée. J’ai miraculeusement survécu. C’est une inconnue porteuse d’une armure et d’un masque qui m’a porté secours. Elle m’a soigné et nourri. Elle me parlait régulièrement du Sanctuaire d’où elle venait et finit par me dire avant de disparaître en pleine nuit, que si un jour je parvenais à trouver ce lieu, alors je deviendrai suffisamment forte pour empêcher que d’autres innocents soient inutilement massacrés.
_ Le miracle est l’apanage des gens qui maîtrisent le cosmos. Ton entraînement au cirque devait être intense. Pour le surmonter, tu as instinctivement élevé ta cosmo énergie. Ce qui a guidé Rebecca à toi. L’instructrice en chef des femmes Saints a la fâcheuse manie de parcourir le monde à la recherche de toujours plus de femmes pour gonfler les rangs de son camp, sourit-il de sarcasme. En ces temps de conflit, tu ne seras pas de trop dans nos rangs. Ouvrez les portes, ordonna-t-il ! »
Voskos, suivi de sa troupe, soutint Xiao Ling jusqu’à l’intérieur.
A l’intérieur des remparts, un soldat plongea une louche dans un tonneau pour en extraire de l’eau sur laquelle elle se jeta.
Sans ménagement, elle l’avala d’une traite, avant de partir la tête la première dans le tonneau, afin de rassasier sa soif. Si bien, qu’elle relevait suffisamment haut la pointe des pieds pour exposer involontairement le dessous de sa tunique aux soldats partagés entre amusement et regards lubriques.
Un raclement de gorge d’Algol remit tout le monde en rang, le regard droit. Il permit également à Xiao Ling de réaliser la position gênante dans laquelle elle s’était mise.
Gardant du mieux qu’il put son sérieux, Algol commanda à Voskos de conduire la nouvelle venue à Rebecca au camp des femmes au centre du domaine.


Sur l’Utérus, devant la porte qui renfermait l’arbre nourricier, Aiolia attendait que la poussière soit retombée.
Il pénétra lentement dans la salle, un hall au haut plafond maintenu par un mur circulaire, duquel débouchaient de multiples allées soutenues par des voûtes. Ces allées permettaient aux Dryades d’accéder à l’arbre, quel que soit l’endroit du palais d’où elles venaient.
La salle était recouverte de racines.
Sous les pieds d’Aiolia, un tapis rouge menait tout droit à l’alvéole par lequel passait l’arbre.
Devant ce gouffre traversé par le tronc, appuyé contre un siège de pierre, un homme portant sous une épaisse cape une Cloth semblable à la sienne appâta aussitôt le Grec.
Malgré la distance, il reconnut la forme particulière, féline et digne, de son armure.
Elle brillait également. Pas d’or. Mais d’un noir de jais. Ses ornements, rouge écarlate, faisaient ressortir de loin les détails de cette Leaf.
Plagié, Aiolia avança résolu vers la Dryade qui lui faisait obstacle.
Fougueux, il savait que l’Utérus à détruire était juste sous ses yeux et qu’il pouvait rapidement remplir sa mission.
Néanmoins, il interrompit sa marche déterminée lorsque le seul ½il, bleu perçant, du lion noir le dévisagea.
_ « Cette façon de me regarder me parait si familière, remarqua-t-il en observant plus haut ses cheveux vert marin entremêlés dans son heaume. Est-ce… Une illusion ? Ou bien… Est-ce toi, s’adressa-t-il à la silhouette qui ne bougeait pas d’un pouce. »
Le lion noir ouvrit alors son ½il droit marqué d’une cicatrice pour exposer une orbite aussi écarlate que les enjolivures de sa Leaf, montrant ainsi des yeux vairons.
_ « Non… Non ça ne peut pas être toi. Tu avais perdu cet ½il. »
De sa main gauche, l’étrange antagoniste arracha sa cape et exposa à la vue d’Aiolia un bras droit aux nerfs et aux veines gonflés de racines tout comme le côté droit de son visage, tout autour de son ½il cicatrisé.
_ « Galan ?!
_ Galarian Steiner de mon vrai nom, lui répondit-il.
_ Qu’est-ce que ça veut dire ? Quel mauvais tour me joue Eris ?
_ De quoi parles-tu Aiolia ? C’est moi.
_ Galan a choisi de rejoindre nos contemporains ! Il fait le tour du monde et il serait bien incapable de se ranger aux côtés d’Eris ! »
A cet instant, les racines de son corps se mirent à gonfler faisant vriller dans ses pupilles un scintillement de douleur, qu’il relâcha sous la forme d’un coup à longue portée qu’Aiolia esquiva de justesse, lui égratignant au passage le visage.
_ « Galan ! A quoi joues-tu ?! C’est de la folie furieuse ?! As-tu la moindre idée du nombre de gens qui sont menacés par cet arbre ! »
Pour seule réponse, Galan rugit comme le roi des animaux et chargea à la vitesse de la lumière Aiolia.
Par réflexe, Aiolia mit ses mains en oppositions et, pogne contre pogne, ils exercèrent chacun sur l’autre la pression de leurs cosmos.
Aiolia mesura le niveau de son adversaire : « Galan était un prétendant à la Cloth du Lion avant qu’il ne soit condamné pour le vol du sang d’Athéna. Il a toujours été doué. Pourtant, il n’a jamais eu un tel niveau. Serait-ce Eris qui lui aurait donné tant de forces ?! Non ! C’est absurde ! Jamais Galan ne nous trahirait ! »
Le visage défiguré par la haine, Galan profita qu’Aiolia soit perturbé pour croiser ses bras et déstabiliser la tension maintenue entre eux.
Rapprochant ainsi son crâne du sien, il lui flanqua un violent coup de tête en plein visage qui lui cassa le nez.
Repoussé en arrière par l’élan, il fut attrapé par le bras normalement amputé de Galan et celui-ci se changea en tentacule qui le prit à la gorge.
Il allongea alors son membre pour diriger Aiolia au centre de la pièce et le tenir en suspension au milieu du vide, entre l’arbre et la plateforme où ils s’affrontaient.
_ « Déjà terminé, pesta Galan ?
_ Galan… Je refuse de croire que c’est toi, répondit Aiolia d’une voix étouffée… »
Le nez gonflé par le sang, à l’agonie, manquant de souffle, Aiolia avait la tête inclinée vers le ciel en direction de la cime de l’Utérus.
C’est alors qu’une voix venue du feuillage lui confirma : « Pourtant, je te prie de croire que c’est bien lui. »
Se laissant tomber du ciel, une Dryade, couverte d’une Leaf au casque, aux avant-bras et aux tibias crantés, se réceptionna en fixant ses lames contre le tronc afin de rester suspendue juste au-dessus du visage d’Aiolia.
Ses mèches coupées droite tombaient sur sa poitrine, tandis qu’une jupette serrait sa taille mince. Ses traits très fins dévisageaient le Lion qu’elle lacéra avec son autre bras sur la joue droite.
_ « Quel meilleur gardien de l’Utérus qu’un homme qui fut ramené à la vie grâce à lui ?
_ Ramené à la vie, s’étonna Aiolia en dévisageant un Galan insensible ? »
La Dryade d’un geste de l’index ramassa le sang qui fuyait la coupure qu’elle avait faite au prisonnier.
_ « Quoi ? Tu n’étais pas au courant ?
_ Je n’ai jamais quitté le Sanctuaire, commença d’un ton monocorde Galan. Avant que je sois affranchi, je suis tombé gravement malade. Cela commença durant la Guerre Sainte contre les Titans. Les prêtres du Sanctuaire avaient diagnostiqué que mes poumons étaient touchés. Et que le mal s’étendait très vite au reste de mon corps, poursuivit-il d’une voix tremblante. Lithos voulut me conduire à la Source d’Athéna. Mais celle-ci est réservée aux Saints. Je ne voulais pas forcer le passage et jeter une fois de plus le déshonneur sur votre nom, commença-t-il à balbutier. Alors d’un commun accord avec Lithos, nous avons feint ma bonne santé puis avons profité de la liberté que vous nous accordâtes pour simuler mon départ, sourit-il amicalement. Je mourus quelques semaines plus tard, dans un temple des villages du Sud où les prêtres m’apportaient les soins palliatifs. Je fis promettre à Lithos de ne pas vous l’annoncer de peur que vous vous reprochiez de m’avoir gardé trop longtemps à votre service, conclut-il une larme à l’½il. »
Aiolia remarqua que l’humanisation progressive de son compatriote contrastait avec la froideur du début du duel.
Ses soupçons se confirmèrent lorsque l’arbre se mit à gonfler sous l’absorption des forces perdues par les autres Saints dans le palais.
Aussitôt, les veines de Galan gonflèrent davantage et il reprit son étreinte meurtrière en empoignant plus fort Aiolia.
La Dryade tortionnaire continua d’éclairer la lanterne d’Aiolia.
_ « Prisonnier des entrailles du Sanctuaire, l’Utérus, grâce au cosmos de Mère, sondait en secret les défunts du domaine pour connaître ceux dignes de revenir en Fantômes. Rares sont ceux qui se sont opposés à l’offre d’une seconde vie contre l’allégeance à Mère. La plupart du temps, les civils ou les Saints revanchards, acceptent. Galarian Steiner était bourré de ranc½ur. Prétendant raté à la Cloth du Lion, condamné et mutilé par le Sanctuaire, domestique malmené pour être au service d’un mal-aimé, une vie courte arrachée par la maladie sans qu’on ne lui donne le droit de pouvoir accéder au lieu saint qui le soignerait… Il avait tout pour faire un magnifique Fantôme. Pourtant, il s’opposa farouchement à nous. Des mois de propositions, de visites aux Enfers où il fut jugé aux supplices… Rien. Alors Mère, une fois de retour, puisa dans le pouvoir de l’Utérus pour le soumettre. Galarian est habité par l’Utérus. L’Utérus le consume. C’est sa revanche pour ne pas avoir cédé à sa séduction. L’Utérus le manipule mais le maintient aussi en vie. Détruire l’Utérus c’est condamner à nouveau ton ami à un autre jugement par Minos ! Et les Juges des Enfers ne sont pas cléments envers ceux qui se sont soustrais à leur condamnation. »
Abasourdi, Aiolia, bleui d’asphyxie, voyait du coin de l’½il Galan ne pouvant être maître de ses choix. Pourtant, il gardait le sourire.
_ « Tu souris Saint d’or, s’étonna la Dryade ? Est-ce le fait que tu meurs des mains de ton ami qui te satisfait ? Dans ce cas je ne t’en laisserai pas le plaisir, dressa-t-elle sa lame, c’est moi Hysminai du Duel qui t’achèverai ! »
Afin de riposter, le Lion cramponna les tentacules de ses deux mains pour faire balancier avec le poids de son corps suspendu.
Il anticipa l’attaque d’Hysminai en levant sa jambe droite haut contre son visage : « Lightning Plasma. »
Il lui envoya avec la jambe une multitude de rayons de lumière qui s’entrecroisèrent à bout portant.
Cela, tout en balançant de sa jambe gauche, en retombant, une boule chargée de cosmos et d’éclairs contre Galan : « Lightning Bolt ! »
Rejetée vers le sommet de l’Utérus, Hysminai vit Galan rappeler à lui ses tentacules, après avoir été repoussé.
Aiolia, lui, put se réceptionner sur le bord du puit et se hisser à nouveau devant Galan.
_ « Balancer mes techniques par les jambes étaient plutôt audacieux. Je n’ai pas réussi à porter toute ma puissance pour me débarrasser d’eux, enfin, surtout d’elle, déplorait Aiolia en la voyant revenir à la charge. »
D’une pirouette, elle rejoignit Galan.
_ « Tu aurais dû te laisser mourir tranquillement. Tu te serais épargné bien des peines. Tu ne peux pas me vaincre et tu ne désires pas tuer Galan. Tu vas faire le jeu de l’Utérus et le nourrir de ta vie ! »
A ses côtés, l’½il rouge vif, Galan se mettait déjà en garde.
Flashback

Reprenant son souffle après un cul sec, Mars tend son verre au serveur qui passe devant.
_ « Je pense qu’un ne suffira pas. Tu as encore beaucoup à me raconter… »


Au même moment, à Asgard, au temple Walhalla, à peine illuminé par une chandelle dont la flamme vacille au bord de sa baignoire, Siegfried laisse dégouliner depuis l’éponge qu’il presse sur son front l’eau chaude de son bain.
Le marbre qui fait le sol et les murs de la noble salle de bain est embué par la vapeur d’eau dont la température est à l’opposé de celle qui demeure à l’extérieur.
Sa main dégage ses cheveux rose pâle pendant qu’il souffle d’amertume : « Hilda… »
Il laisse son corps sombrer en remontant ses genoux afin que l’eau bouillante englobe ses larges pectoraux puis submerge son visage.
Une fois rincé, il saisit un peignoir au tissu épais dans lequel il s’enroule en grommelant : « Cette année l’hiver n’a jamais autant duré. Le printemps approche sans même que le temps ne se montre plus clément. Si cela continue, les maigres récoltes ne seront plus suffisantes pour nourrir tout le royaume. Ce rude climat a commencé en septembre dernier lors de l’attaque d’Alexer. Cela coïncidait avec l’annonce d’un danger. Mais depuis, les caprices du temps n’ont cessé. Un autre danger nous menacerait-il ? Alexer n’était-il pas la réelle menace ? »

Une voix au timbre agréable et pourtant malaisante aux oreilles de Siegfried lui répond : « Est-ce pour cela que tu te méfies de moi ? »
Le beau Nordique reconnaît l’invitée d’Hilda.
Thétis, dans la pénombre du logement de haut standing arbore une tenue inattendue. Toujours enroulée, nue, dans les draps qu’elle a arrachés à son lit, Thétis fixe avec défiance le mâle silencieux.
Malgré lui, à force de l’épier par méfiance, il ne peut s’empêcher de remarquer le galbe provoquant de sa poitrine sur laquelle les draps forment un décolleté aguichant.
_ « Quelle drôle de tenue pour se promener dans les couloirs d’un si noble royaume. Les gardes t’ont laissé passer ainsi ?
_ Quels gardes ? Hilda a levé ma surveillance. Ma voix d’ange lui a certainement permis de sonder la bonté de mon âme. »
Siegfried lui tourne le dos et regarde par la fenêtre de sa chambre les flocons de neige virevolter au gré du vent malgré la nuit tombée.
_ « Pff… Tu n’as pas une voix d’ange. Mais une voix de sirène. Selon la mythologie, les sirènes envoûtaient leurs proies grâce à leurs chants avant de les dévorer. Du sang duquel d’entre nous souhaites-tu t’abreuver ?! »
Pour seule réponse, il ressent presser contre son dos cette poitrine sur laquelle son attention s’est attardée plus tôt.
Mis en joue par ce charme mutin, il reste sans un mot, le souffle coupé.
Ayant abandonnée tout artifice, Thétis enserre le tronc bardé de muscles pour saisir chaque encolure de la sortie de bain de l’obstiné rempart d’Hilda.
Dévêtu, ne se sentant ni la force ni l’envie de résister, après avoir senti glisser sur lui le tissu moelleux qui couvrait sa carrure athlétique, il apprécie les mains frêles qui descendent le long de son dos et qui agrippent son ferme postérieur, avant de faire le tour de ses hanches pour venir chercher son intimité.
C’est à cet instant, que bien malgré lui, le héros d’Asgard fait volte-face en retenant les fins poignets acquisiteurs : « A quoi joues-tu ? »
Toujours aussi défiante envers lui, elle rétorque en plissant les yeux : « Peut-être ici ne manques-tu pas de partenaires vu le respect dont tu jouis. Moi, sur la route, la solitude me pèse. Et j’ai justement voulu tirer profit de cette tension qui règne entre nous deux pour apaiser le feu qui me consume. »
Avec un effort honorable, Siegfried s’empêche de contempler son corps, il reste rivé dans son regard en déclarant froidement : « Désolé. Mais je ne suis pas à ta disposition. »
Grimaçant de rancune, Thétis le gifle violemment sans qu’il ne bouge réellement la tête sous le choc. Elle pointe le sexe de celui qu’elle convoite : « Comment peux-tu me regarder dans les yeux en disant cela, alors que ton corps me réclame lui aussi ? »
Elle s’élance pour le frapper de nouveau, mais Siegfried est plus prompt. Il lui saisit le poignet et serre intensément sa mâchoire pour contenir cette fougue qu’elle accroît en lui frénétiquement.
_ « Toi aussi je le vois, tu as un feu en toi qui explose. Un volcan rugissant dont la lave brûle les entrailles. »
Malgré la prise qu’il exerce sur son poignet, Thétis se jette sur lui pour l’entourer de ses jambes à la taille. Sans lui laisser la chance de pouvoir souffler la moindre exclamation, elle lui prend la bouche à l’intérieur de laquelle elle glisse sa langue contre la sienne qu’elle caresse éperdument.
Son corps toujours bouillant après la température dans laquelle il a trempé, très vite, devient moite au contact de la peau de la jeune femme sur la sienne. Cette moiteur sert parfaitement à Siegfried pour glisser contre son torse gonflé les menus cinquante-deux kilos de Thétis.
Pris d’une torpeur qu’il ne veut refreiner, Siegfried se défait fermement de l’étreinte de Thétis et l’allonge sur le lit.
Jusqu’au moment où, reprenant un courageux sang-froid, Siegfried abandonne son lit pour s’avancer vers son peignoir : « Non, je ne peux faire cela, je pense à… J’aime… Non. »

D’une mine mêlant surprise et frustration, Thétis se fait tout à coup féline et devine : « Tu espères rester fidèle à Hilda ? »
Le silence de Siegfried vaut aveu. Pourtant Thétis, en se cambrant tel un animal qui se languit, assure : « Hilda a pensé à toi elle aussi tout à l’heure. Un bref instant. »
Le regard inquisiteur de Siegfried en dit long. Confondant doute et colère, le descendant de Dubhe est perdu.
_ « Tu ne me crois pas ? Allons, tu as bien vu toi aussi lorsque je chantais pour elle. Je ne lui étais pas indifférente. Alors, avant de venir te voir, je me suis permise de passer auprès des appartements d’Hilda. Elle était assise, seule, dans un fauteuil à observer comme tu le faisais le triste temps qui vous condamne ici. Je lui ai dit que je voulais profiter de sa majestueuse présence puisque jamais auparavant un seigneur ne s’était montré si adorable avec moi. Chose qu’elle accepta volontiers. Après m’être excusée pour ma tenue grossière, mes vêtements n’ayant toujours pas séchés au coin de la cheminée de ma chambrée, je lui ai avoué vouloir partir dès demain pour ne pas l’importuner davantage ni même m’attirer les foudres de ses plus fidèles sujets. Dont toi. A l’entente de ton nom, elle est restée très évasive et j’ai immédiatement compris. Elle m’avoua que sa position et son rôle vous avaient condamné jusqu’à présent à un amour platonique et qu’elle ne sait pas si cela devait évoluer puisque chaque tentative d’aveu s’est soldée jusqu’à présent par un évènement gênant. Une arrivée fortuite, une fuite de ta part… Elle s’est ensuite sentie gênée de se dévoiler si facilement à moi. Peut-être le fait que je ne serai plus là demain l’aida à délier son c½ur. Lorsque je lui proposai de chanter de nouveau pour l’apaiser, je sentis à la place de l’air qu’expire ma voix le souffle brûlant de ses lèvres. A peine avais-je fermé les yeux pour prendre ma concentration qu’elle venait soulager son mal-être mais aussi ses envies. Ses doigts entrelacèrent les miens… »
Le regard de Siegfried a perdu de sa rancune, il est dorénavant partagé entre jalousie et obsession. Pendant qu’elle continue de narrer son échange concupiscent avec Hilda, Thétis caresse chaque zone de son corps que sa partenaire a parcouru : « … et la pression de son visage contre le mien, de sa langue autour de la mienne, me firent choir sur la peau d’ours polaire qui couvre le sol. A sa merci, elle profita de n’avoir qu’à simplement retirer mes draps pour mieux défaire sa longue robe azure. Soulignés par la lueur rougeoyante du feu, nos corps s’admiraient l’un l’autre, s’enviant immédiatement. Quelques soupirs ponctuaient l’étreinte charnelle durant laquelle nos courbes s’épousaient à merveille. Bientôt je baisais sa ferme poitrine pendant qu’elle parcourait l’intérieur de mes cuisses pour mieux s’y glisser. Refusant de crier seule mon plaisir, elle se m’y à feuler lorsque j’insinuai moi aussi mon index et mon majeur dans sa chair. Nous allions et venions au plus profond de nos ventres, synchroniquement, frottant nos corps, la moindre extrémité de nos poitrines, l’une contre l’autre. Si profondément, si intensément, que nous allions chacune nous empaler sur l’autre lorsque nous nous retirions. Nous tressaillions en même temps par de courts mais répétés soubresauts. Je me relevai aussitôt. La sensation de froid due à l’éloignement de son corps fit disparaître en quelques minutes la sueur que nous partagions. Je voulais garder sur moi et te faire partager l’odeur sucrée de sa peau. »
Cette réflexion est de trop pour Siegfried. Alors qu’elle tourne lascivement à quatre pattes sur le lit depuis le début de son histoire, il vient lui cramponnait hargneusement les fesses pour mieux se glisser et savourer à son tour sa chaleur. Après quelques mouvements de bassin engagés, Siegfried vient chercher de ses mains la poitrine de la Suédoise, pour lui lever le buste et venir humer l’odeur de son cou. Continuant à chercher au plus loin d’elle ce feu qu’elle trépignait de partager avec lui, il plaque son corps contre lui en la serrant fort et en murmurant, après plusieurs minutes extrêmes, au moment où il abandonne lui aussi cette fièvre, le nom de sa bien-aimée de toujours : « Hilda… »

Author Topic: Chapitre 76  (Read 460 times)

0 Members and 1 Guest are viewing this topic.