Chapitre 67

Chapitre 67

Tandis que l’enquête piétine au Mexique, la nuit tombe en Grèce.
L’obscurité permet à l’ensemble de la population du Sanctuaire de voir la dernière flamme de l’horloge du Sanctuaire vaciller.
Toutes sur le parvis de leur temple, à l’orée des marches qui relient le palais du Pope à la statue d’Athéna, les prêtresses distinguent une silhouette tituber en direction du sommet.
Parce qu’elles ignorent qui est Seiya, la tension est à son comble.
_ « Ca y est, tout est perdu, pleurniche Xiao Ling.
_ Ne dis pas de bêtise, l’invective Erda !
_ Hormis deux cosmos qui s’entrechoquent encore dans le palais du Pope, je ne ressens plus de cosmos qui s’affrontent, dit Shoko tout en étant concentrée.
_ Tu te trompes, la corrige Mii, plus bas vers le passage secret, des combats ont encore lieu.
_ Oui, les cosmos sont plus faibles mais les échanges n’en demeurent pas moins violents, ajoute Xiao Ling.
_ Il s’agit des Saints d’argent de l’Aigle et d’Ophiuchus, reconnaît Erda ! Et parmi les cosmos qui s’opposent à elles, celui du général déchu Phaéton !
_ Le doute n’est plus permis, assure Shoko le poing dressé, les rumeurs de ces derniers mois sont donc vraies ! Les soi-disant renégats n’en seraient pas ! La fille qui les accompagne serait donc bien Athéna !
_ C’est impossible, angoisse Mii en se passant les mains devant sa bouche défigurée…
_ Pourtant, tu l’as certainement entendu plus d’une fois sur les marchés, lorsque nous descendions en ville toi aussi n’est-ce pas ? Ces histoires de complots de plus en plus nombreuses, les opposants de plus en plus rares qui disparaissaient, les prêtres éradiqués, et nous prêtresses pas loin de l’être. »
Toutes les quatre osent à peine se regarder dans les yeux.
Xiao Ling fait alors demi-tour pour rejoindre Katya.
Recroquevillée dans un coin à l’intérieur du temple, dans les bras de sa s½ur Maria, Katya a les yeux gonflés par les larmes qu’elle verse à l’abris des regards suspicieux de Shoko et Erda. La Saintia ne daigne même pas regarder sa camarade, lorsque celle-ci lui demande : « Qu’en penses-tu Katya ? Après tout, de nous toutes, tu es la seule Saintia et la seule à pouvoir rencontrer le Grand Pope. »
La gentillesse de la Chinoise ne trouve de réponse que dans la dureté des propos d’Erda qui est suivie de Shoko et Mii : « C’est parce qu’elle côtoie justement le Grand Pope que Katya n’en pense rien. N’est-ce pas Katya ? S’il y a bien quelqu’un ici qui doit savoir ce qui est arrivé à nos camarades ces dernières années et ce que trame le Grand Pope, c’est bien toi ! »
Erda ne reçoit pour seule réponse qu’un regard plein d’amertume.
_ « S’en est de trop ! Je ne peux me résoudre à rester cachée ici jusqu’à l’issue de cette bataille, se résout Shoko !
_ Oui, la suit Erda sans hésiter !
_ On y va Xiao Ling, commande Mii à sa semblable avant de tourner le dos à Katya. J’ai eu foi en une figure qui n’était pas ici, il est temps pour moi de faire pardonner mon ignorance. Il n’est pas trop tard pour toi de te faire pardonner tes péchés Katya. »
Les quatre aspirantes s’engagent en direction du passage secret, tandis qu’avant elles Saga rejoint Seiya plus haut.
Katya demeure désorientée dans les bras de Maria.

Tandis qu’il a rampé, usé toutes ses forces, Seiya parvient à brandir le Bouclier de la Justice.
A cet instant, la dernière flamme du cadran du zodiaque s’éteint.
La flèche logée dans la poitrine d’Athéna est anéantie.

Au pied des douze maisons du zodiaque, Saori se réveille entre les bras de Tatsumi et Jabu.
Depuis les Cinq Pics, en Chine, Dohko profite du succès des Saints de bronze pour raconter la réalité sur l’usurpation de l’identité du Pope aux Saints d’or survivants.

Dans le passage secret, des soldats dévalent les marches.
Après avoir sauvé Marin et Seiya, Shaina est rattrapée par Phaéton et les derniers hommes de confiance du Grand Pope.
Marin, affaiblie par les roses d’Aphrodite, et Shaina, encore convalescente du coup reçu par Aiolia, luttent à bout de force.
Sur les rotules après avoir éliminé trois nouveaux soldats, Shaina ne voit pas arriver dans son dos Phaéton. En traître, il la cogne de volée dans les reins.
_ « Lâche, s’indigne-t-elle !
_ Il n’est pas trop tard, le Pope lutte encore. Je reviendrai en grâce à ses yeux !
_ Tu n’en auras pas le temps. Tu vas succomber aux coups que Marin et moi t’avons porté.
_ Dans ce cas je vous emmènerai avec moi dans la tombe !
_ C’est ce que tu crois, scande la voix héroïque de Shoko ! »
Instantanément, Phaéton est repoussé par de multiples coups semblables à une pluie de météores.
Au même moment, Marin, désorientée, est secourue des trois gardes qui l’encerclent par l’arrivée d’Erda, Mii et Xiao Ling.
Shaina reprend ses esprits et traîne la jambe jusqu’à Phaéton.
Agenouillé, il n’a plus la force de se relever. Elle le saisit par la gorge et lui écrase le larynx. Elle lève son autre main au ciel avant de l’abattre dans un souffle d’éclairs : « Thunder Claw ! »
Achevé à bout portant, le corps de Phaéton retombe en arrière dans une gerbe de sang qui souille la Saint.
Néanmoins, celle-ci demeure solennelle : « Prêtresses d’Athéna… Merci de votre aide… J’imagine que vous avez compris la vérité. Je vais vous en dévoiler les grandes lignes. Il faut que vous descendiez dans tous les villages rapporter ce qu’il s’est passé ces treize dernières années… »

Pendant que Saori, suivie de Tatsumi, Jabu, Ban, Ichi, Nachi et Geki, entame la montée des marches, les aspirantes Saintias entament le processus inverse par le passage secret.
C’est alors qu’elles ressentent le cosmos d’Athéna au détour d’un temple qu’elles longent, que Shoko stoppe sa course.
_ « Athéna… Elle est dans la maison de la Balance avec ses Saints…
_ Certes, consent Erda, cependant Shaina nous a confié une mission. Nous aurons tout le loisir de prêter serment à Athéna à notre retour.
_ Oui, dis-toi que ce que nous faisons c’est avant tout pour Athéna, la convainc Mii déterminée à se racheter auprès de sa déesse après avoir été dupée. »

Très vite, la nouvelle se répand à travers tout le Sanctuaire.
Filia, comme de nombreuses autres personnes dans tous les villages du domaine, s’époumone en traversant Honkios : « Le Grand Pope Arlès n’a pas succédé à son frère il y a deux mois et demi ! Les deux, le Grand Pope Shion et Arlès Saint d’argent de l’Autel ont été assassinés il y a treize ans… »
Aussitôt, quelques têtes commencent à sortir des demeures et quelques informations sont échangées entre les villageois qui osent se montrer à découvert.
_ « C’est le Saint d’or des Gémeaux qui aurait commandité tout ça, déclare l’un !
_ Il aurait ensuite voulu assassiner Athéna, surenchérit l’autre ! 
_ C’est Aiolos du Sagittaire qui l’a sauvé in extremis au péril de sa vie, intervient un nouveau !
_ Athéna fut alors élevée comme une petite fille ordinaire au Japon, complète un dernier ! »
 
Sans cesse, partout où Filia et les autres villageois heureux vont crier la bonne nouvelle, ces échanges donnent lieu à des scènes d’hystérie, où chacun essaie de prouver à l’autre qu’il détient la vraie version de l’histoire.
Séparées aux quatre coins du domaine, les prêtresses apportent une touche d’authenticité.
Très vite, les rumeurs deviennent vérité.
Comme pour accompagner la véracité des propos scandés, les cloches des temples présents dans chaque village retentissent.
D’ordinaire, lors de tels évènements, se sont les prêtres et les prêtresses qui descendent transmettre la parole d’Athéna et du Grand Pope.
Hélas, les quatre dernières prêtresses ne peuvent compter sur leurs équivalents masculins. Leur caste a été progressivement décimée par un Saga toujours plus soucieux de préserver son anonymat.

Dans tout Honkios, quelques soldats réalisent les faits.
_ « Cela aurait commencé quand le Sanctuaire a retrouvé la trace de l’armure d’or d’Aiolos, comprend un garde !
_ Oui, celui que nous considérions comme un traître était en fait un héros, corrige un autre !
_ C’est à cet instant qu’une nouvelle bataille plus discrète a commencé au Japon, se rend compte un troisième ! »
Aussitôt, dans chaque faction quelques soldats marqués du tatouage que portent les fidèles de Gigas commencent à fuir les rangs.
Très vite rattrapés par leurs semblables, crédules jusqu’ici, ils n’opposent aucune résistance.
Tous comprennent : « Athéna s’éveilla au Japon et avec des Saints de bronze elle a réussi à faire éclater la vérité ! Tous ceux qui profitaient du comportement odieux du Pope pour justifier leur cruauté personnelle doivent être punis ! »

Dans les villages, hautement surveillés par la répression instaurée par Saga, ce sont les paysans qui en profitent pour se révolter et désarmer les quelques soldats qui désertent les rangs de peur d’être jugés.

Les derniers fidèles à l’injustice du Grand Pope sont rapidement maîtrisés, ficelés et amenés par le reste du peuple.
En quelques minutes, dans la nuit tombée, muni de torches, le peuple tout entier se réunit au pied des douze temples du zodiaque pendant que Saga rend son dernier souffle.
Hommes, femmes, enfants, serviteurs, paysans, artisans ou soldats, tous, à bout de force, désoeuvrés, par toutes les batailles menées par l’usurpateur ces dernières années, s’amassent grâce à Shoko, Erda, Mii et Xiao Ling dans Honkios et ont les yeux rivés vers la statue d’Athéna.
Les larmes aux yeux, la bouche en c½ur, le peuple attend qu’Athéna s’adresse à eux.

Au sommet, derrière la chambre d’Athéna, sur la cour de la déesse, marquée par les nombreux fracas des combats acharnés menés encore il y a encore quelques minutes, l’attention de Saori est portée vers le ciel. Sur l’étoile polaire plus précisément. Alors qu’elle tient passionnément Seiya contre elle, une étrange intuition la saisit.
Seulement, Aldebaran, de son timbre grave, se permet de toussoter pour ramener à elle leur Majesté.
Athéna revient alors pour détailler avec amour le visage de chacun. Meurtrie par la vision de Shiryu, Hyoga, Shun et Ikki, dans les bras respectifs de Mû, Milo, Aiolia et Shaka, elle réalise en voyant Marin et Shaina se soutenir mutuellement, les souffrances endurées également par le peuple.
Kiki en profite pour sautiller partout en informant la déesse : « Athéna ! Athéna ! Regardez ! En bas ! Tout le Sanctuaire est réuni ! »
Timide, honteuse également de n’avoir pu agir plus tôt, un léger « Oh ! » s’échappe de Saori.
Aussitôt, Athéna se ressaisit. Elle accroche fermement son sceptre et laisse Seiya aux bons soins du Saint d’or du Taureau.
Elle se positionne le plus près possible du vide pour exposer sa silhouette aux yeux de tous. Malgré la distance, ses sens accrus de déesse lui permettent de distinguer chaque visage à la fois rassuré mais aussi fatigué après tout ce que le peuple a supporté.
Instinctivement, après une profonde inspiration, elle entame son allocution : « Athéniens… »
Sa voix douce et chaleureuse porte loin. Elle résonne dans l’air et dans le c½ur du peuple qui s’agenouille immédiatement. Le brouhaha cesse. Même les enfants observent le silence.
Recroquevillée dans son temple, Katya n’arrive pas à ignorer l’aura chaleureuse qui la soutient dans son chagrin.
Si la distance empêche la population d’admirer parfaitement la beauté de leur souveraine, elle peut néanmoins voir briller le sceptre divin qui libère peu à peu un cosmos doré. La cosmo énergie bienfaitrice d’Athéna inonde progressivement les spectateurs.
_ « … De tout rang, de tout âge, de toute condition, à cause de moi vous avez souffert mille tourments et je vous suis éternellement reconnaissante de votre courage. J’ai conscience du sacrifice de chacun, de la douleur de la perte de vos proches et de ce que cela implique. Grâce à vous, Athéniens, la paix va enfin pouvoir régner sur le Sanctuaire et sur le monde entier. Sachez que dorénavant, je me battrai avec vous, comme tous ceux qui nous ont déjà quittés. De tout mon c½ur, merci. »
Le cosmos divin fait pleurer l’assistance.
D’allégresse les plus démunis.
De culpabilité les voyous au service du mal. Mis à genoux par leurs camarades et les villageois.
Les afflictions de chacun, physiques ou morales, s’estompent le temps de ce bain de lumière.
Bien vite, la lueur divine s’étend sur tout le domaine, faisant éclore quelques bourgeons malgré le solstice d’hiver.
Très vite, le monde entier est touché par cette éclosion.
Dans Honkios, les misérables abdiquent face à l’unité de tout un peuple.
Les villageois s’agenouillent de façon solennelle.
D’une même voix, ils prêtent serment : « Athéna. Nous nous rangeons à vos côtés pour protéger la paix et la justice sur Terre. »
En haut, les larmes d’Athéna accompagnent celles de ses fidèles.

Cette nuit du 20 décembre 1986, lors de la libération du Sanctuaire, le monde entier est inondé par le cosmos d’Athéna. Ce sentiment d’allégresse, inexpliqué pour la quasi-totalité des êtres humains dans le monde a pour les Athéniens et tous les alliés du Sanctuaire une signification particulière. Il laisse présager à tous les hommes et à toutes les femmes des jours de bonheurs. Il apaise les c½urs meurtris.
Et même si cela annonce pour ses ennemis des jours difficiles et de nouvelles Guerres Saintes à venir, Athéna apprécie tout particulièrement ce moment de communion auprès des siens.


Le lendemain matin, à l’arrière de la salle d’audience du Grande Pope aux murs et sols totalement ravagés par la bataille menée la veille, les appartements d’Athéna ont été investis subrepticement par la réelle propriétaire des lieux.
Epuisée, étendue sur un lit de pierre, Saori n’a pas attendu que les locaux soient nettoyés pour les reprendre.
Encore tachée de sang, à peine débarrassée du cadavre de Saga, la pièce centrale, où résidaient autrefois les anciennes réincarnations d’Athéna, offre la vue d’une splendide jeune femme aux cheveux mauves couchée sur le côté. La tête reposant dans le creux de son bras, les cheveux virevoltant au gré du vent.
Il souffle. Par les épaisses trouées faites dans les murs lors des combats acharnés de ses héros protecteurs. La brise s’engouffre sans cesse dans les couloirs aux colonnes fissurés et aux pavés décelés. Elle apporte la froidure hivernale qui chatouille les bras et les jambes nus de la resplendissante Déesse de la Sagesse.
Ses paupières closes remuent sous l’impulsion du malaise qui la gêne durant son court sommeil. Elle se revoit tenant Seiya dans ses bras.
La cruelle bataille est arrivée à son terme après plus de douze heures de luttes.
Pendant que les Saints d’or soignent Shiryu, Hyoga, Shun et Ikki ; Saori, elle serre de plus en plus fort Seiya au creux de sa poitrine. Elle l’embrasse sans cesse en l’appelant inexorablement par son prénom : « Seiya ! Seiya ! Seiya… »
Il l’entend, elle en est persuadée. Bien qu’il n’ait plus assez de forces pour lui répondre, ses paroles viennent jusqu’à lui, elle le sait. Tout comme ses larmes doivent réchauffer son corps aussi dur et froid que la pierre, elle le sent. Du plus profond de son c½ur, elle ne peut s’arrêter de crier son nom.
_ « A l’époque où je n’étais qu’une enfant capricieuse et égoïste, avant que je ne comprenne mon destin, tu étais le seul qui m’affrontait ouvertement. Pourtant, j’ai toujours ressenti que nous avions une destinée commune. Lorsque mon amie Ksénia n’était pas là, malgré les apparences d’une vie sans privation, j’étais seule. Je n’étais pas heureuse. Et lorsque je voyais mon reflet dans tes yeux, Seiya, je comprenais combien nous sommes semblables. J’ai toujours attendu au plus profond de moi que tu me dises quoi faire. Les profondeurs de mon âme espéraient que tu me guides. Et lorsque tu as revêtu l’armure de Pégase, le visage vigoureux, mon c½ur a compris que mes sentiments d’enfant n’étaient qu’un prélude à notre sort. A cet instant, j’ai changé et je me suis rapprochée. Le froid entre nous a quelque peu disparu. A chaque bataille, à chaque épreuve, à chaque obstacle franchi, la distance entre nous se réduisait de plus en plus. Et aujourd’hui, alors que tout peut enfin nous réunir, tu es à deux doigts de me quitter. Et moi, je suis maintenant Athéna. »
Ce ressentiment trop douloureux réveille non pas Athéna mais Saori, une jeune fille effrayée par l’ampleur de ses sentiments.
Elle se redresse et prend appui sur les pavés aux trous parfois comblés par le ciment apposé par les serviteurs ces derniers siècles.
Les rayons d’un timide soleil de décembre illuminent la pièce sur son flanc droit et éclairent les marches qui guident jusqu’à la cour.
D’un pas léger, voire hasardeux, Saori suit la lumière et retrouve ce sol où l’hémoglobine de la nuit dernière n’a pas encore séchée.
Elle progresse jusqu’au sommet.
Au pied de sa statue, elle revoit le sourire de Seiya. Bien qu’inconscient, il lui offrait hier le sourire victorieux et soulagé du chevalier qui avait accompli son devoir.
Bien entendu, il n’ébahissait pas Saori, mais Athéna comme le murmure cette dernière : « Seiya… Pégase, était satisfait de donner la victoire au symbole de paix que je représente. Cependant, moi, Saori, j’étais heureuse de répondre avec mon c½ur de femme à ce sourire. »
Ses propos la ramènent quelques fractions de secondes dans son rêve, jusqu’à ce que tout à coup une sensation de chaleur lui brûle le c½ur. Elle réalise alors : « A cet instant encore, comme durant mon sommeil, je cesse d’être Athéna et je redeviens une fille normale. »
Elle lève alors les yeux, comme pour demander une réponse à la statue d'Athéna qui s'élève devant elle.

Un raclement de gorge la ramène brusquement à ses obligations.
Elle se retourne et distingue parfaitement dans les marches qui mènent sur le plateau où elle se trouve, ce chevalier à l’armure d’or au cou protégé de cornes : « Mû !
_ Si je puis me permettre, s’agenouille le bien nommé, Majesté, je pense que Seiya souriait autant à Saori que Pégase à Athéna. »
Prise d’une profonde allégresse grâce à ces paroles, la déesse cligne des yeux et arbore un sourire plein de grâce.
_ « Mû… Comme tu es attentionné. De plus, tu es déjà présent, si tôt.
_ En effet Athéna. Nous avons tous peu dormi. Et une longue journée nous attend.
_ Oui. Mais avant cela, je tenais à vous remercier d’avoir veillés aux soins de Seiya et des autres, vous et vos compagnons Saints d’or. »
A mesure qu’Athéna se rapproche, Mû se prosterne. Il ôte son casque qu’il colle fermement contre sa poitrine : « C’est tout à fait normal Déesse Athéna.
_ Avant que la foule ne se réveille, j’aimerai que tu me conduises à la Source d’Athéna. »


Plus bas, dans le village de Noioso, on s’active en espérant la venue d’Athéna.
Ce village du sud du Sanctuaire est abandonné par la jeunesse prometteuse du domaine sacré.
D’ordinaire calme, il voit aujourd’hui ses vieillards et ses quelques miséreux, généralement des serviteurs affranchis, sortir parés de leurs plus belles tenues.
Tous balaient devant chez eux, balancent de grands seaux d’eau sur les statues pour les rendre plus vivantes et déposent leurs maigres victuailles devant le temple.
Les gardes en faction font briller leurs casques et tirent sur leurs vêtements froissés, pour les tendre. Comme partout, on attend la visite d’Athéna.
Comme partout ou presque, car dans une des demeures aux murs en torchis et au toit fait de planches et de paille, malgré les gazouillis de joie de son fils, Myrrha pleure devant la rose rouge laissée la veille par Aphrodite à leur enfant Adonis.
Le visage couché sur la table, étouffé par ses bras qui l’entourent, cette rousse au teint pâle et aux grands yeux bleus revit quelques instants l’annonce de la mort de son ancien amant.

Hier soir, après que tout le Sanctuaire se soit déplacé jusqu’à Honkios, des nouvelles venues d’Athéna étaient délivrés par tous les messagers dans le domaine.
On y annonçait le statut quo pour cette nuit, la visite d’Athéna le lendemain et les noms des Saints et des soldats tombés au combat.
Le soulagement ressenti lorsqu’elle apprit la bonne santé de Milo, son compagnon actuel, retomba dès lors qu’Aphrodite fut mentionné parmi les défunts.
Bien qu’elle pensât avoir fait le deuil de ses sentiments envers le Saint d’or des Poissons, la nouvelle de son décès la bouleverse malgré tout. 

La porte de sa modeste demeure s’ouvre en ce début de matinée pour accueillir un beau Grec d’un mètre quatre-vingt-cinq qui égaille depuis quelques mois sa vie.
Sa Cloth du Scorpion enroulée par une magnifique cape, l’homme râblé aux cheveux bleus tend un panier en osier dans lequel reposent quelques pâtisseries fraîches : « Ce ne fut pas compliqué ce matin de trouver de quoi manger. Tous les commerçants ont ouvert leurs étalages et distribuent des vivres à qui en veut pour célébrer le retour d’Athéna, prononce difficilement Milo la mine triste.
_ Et toi ? Que fais-tu ici ? Ne devrais-tu pas être auprès d’Athéna, se force à sourire Myrrha qui essuie d’un revers de main ses larmes ?
_ Mû se charge de l’accompagner. En attendant de nouvelles directives, nous devons tourner dans le Sanctuaire pour accompagner les villageois nécessiteux. J’ai immédiatement pensé à toi. »
La frêle demoiselle se jette alors contre l’armure glacée de son amant qui l’étreint avec attention.
_ « Quand la bataille fut achevée et que les pertes furent annoncées, j’ai pensé aussitôt à toi. Lorsque j’ai perdu Inakis, tu as été là pour me réconforter. Je m’en veux de n’avoir pu venir que maintenant auprès de vous pour vous accompagner, tente de soutenir Milo malgré toute l’animosité qu’il avait à l’égard d’Aphrodite.
_ C’est d’autant plus généreux de ta part que je devine dans ta voix toute la peine ressentie par la perte du Saint d’or du Verseau. »
Milo répond par un timide sourire et approche son visage de celui de son amante, mais celle-ci préfère baisser le sien.
_ « Ai-je dit quelque chose d’inappropriée ?
_ Non, dit-elle en pointant du doigt la rose laissée par le défunt Suédois. C’est juste… Il a laissé cette rose à Adonis. Avant de partir hier matin. Et malgré qu’il ne soit plus là, la fleur continue d’irradier d’une aura dorée, apaisante. Il avait un mauvais pressentiment.
_ Nous avons pu découvrir hier qu’Aphrodite n’était assurément pas quelqu’un qui était du côté de la justice. Il avait sa propre conception de cette notion.
_ C’est tout ce que tu trouves à répondre à cela, s’offusque-t-elle ?
_ Non. Pas du tout. C’est juste que…
_ Il était comme il était, mais je l’ai aimé parce que je savais qu’au fond de lui il y avait du bon. Il souffrait de cette image qu’il donnait. Mais il en était fier également. Il n’a jamais voulu s’en défaire et est mort avec. Je suis persuadée que si un jour il revenait à la vie il profiterait de cette seconde chance pour faire le bien, déclare-t-elle en se défaisant de l'accolade du Scorpion.
_ Si tel est le cas, alors j’espère que tu dis vrai. Ecoute… J’ai peut-être parlé maladroitement de lui et le moment était peut-être mal venu pour le faire…
_ Peut-être oui, lui signifie-t-elle en ouvrant grand la sortie ! »
Les yeux grands ouverts, pris au dépourvu, Milo prend la sortie et entend la porte claquer derrière lui. Il soupire en quittant Noioso : « Ah… Camus… Mon ami… Mon frère… Je suis convaincu que tu aurais eu encore moins de tact que moi… Et pourtant, toi, on t’aurait passé cet écart… »
Il lève les yeux au ciel et murmure avec une pointe de nostalgie : « Pff… Tu me manques déjà tellement. »


Au centre du domaine, la ville d’Honkios n’a jamais été autant animée.
Les habitants les plus riches se promènent sur leurs plus belles montures et sont affublés de leurs plus beaux bijoux pour rendre hommage à la beauté d’Athéna.
Les plus démunis, eux, soignent la tenue de leurs enfants afin qu’ils soient présentables lorsque passera près d’eux leur déesse.
Les serviteurs ont rentré les poules et autres bêtes qui se baladent habituellement dans les allées et nettoient les chaussées.
Les musiciens des tavernes sont sur le perron des bâtiments pour contribuer à l’euphorie collective.
Les étalages des marchands sont remplis de nourriture et de fabrications artisanales qui sont distribuées gratuitement en ce jour si spécial.

Dans l’une des auberges, vautré sur le comptoir, le mètre quatre-vingt-cinq d’un chauve complètement débraillé ne passe pas inaperçu.
Autour de lui, des chopes entières de bières sont couchées et des soldats avec.
L’un d’eux, père adoptif de Kyoko et Shoko, encore en état de balbutier, l’index en l’air, assure à l’étranger : « Non… Franchement… Hic ! On ne savait pas nous… Hic ! Que c’était la vraie Athéna ! Maintenant avec les copains, on ne t’en veut pas de t’être… Hi ! … Battu contre nous hein ! Hic ! Même… Même que franchement… Hein… Franchement… Même qu’on t’aime bien ! Hic ! Hein les copains ! Franchement ! Qu’on l’aime bien ? ... »
L’ivre guerrier à la moustache drue en se retournant, les yeux dans le vague, ne remarque pas que les membres de son équipe sont tous affalés dans leurs vomis.
Cela n’empêche pas son interlocuteur, l’imposant Tatsumi, sabre de kendo posé contre son tabouret, de lever un nouveau verre : « Mais moi aussi je vous aime ! Mon maître… Le grand Mitsumasa Kido… Serait très fier de voir le retour de sa petite fille en son Sanctuaire aujourd’hui ! Et de voir que d’aussi valeureux combattants que vous sont prêts à la servir ! Je vais même te dire quelque chose… T’es un petit peu comme mon frère maintenant ! Je vais donc t’appeler comme moi : Tatsumi ! Alors, Tatsumi, pour Mitsumasa Kido, trinquons ! »
Le père des aspirantes Saintia, debout, trinque volontiers : « Ouais… Hic ! C’est ça… Appelle-moi comme toi Titsamu ! A Sitmusama Kodi ! Hic ! »
Soudain, une voix fluette, depuis l’entrée, à hauteur des portes battantes, appelle les siens à la rescousse. Le malicieux Kiki s’exclame : « C’est bon ! Je l’ai retrouvé ! Jabu ! Tatsumi est là ! »
Les deux acolytes du comptoir se redressent alors pour articuler difficilement : « Oui je suis là ! »
_ « Félicitations Kiki, le congratule le Saint de la Licorne d’un ton assuré. Je savais qu’on pouvait compter sur toi. »
Jabu, casque sous le bras, tapote sur la touffe de cheveux du gamin : « Tu peux retourner auprès de ton maître à présent. On s’occupe de Tatsumi. »
Derrière lui, les colossaux Geki et Ban emboîtent le pas à Ichi et Nachi.
Le Saint de l’Ours s’adosse à côté du majordome passablement éméché, tandis que Ban profite de son statut de sergent pour sermonner le dernier rescapé des festivités : « Alors soldat ! Dans quelle tenue vous trouvez-vous ? C’est le triomphe d’Athéna aujourd’hui. Dans peu de temps elle sera parmi nous. Alors je t’encourage à ramasser tes équipiers et à vous jeter dans la fontaine la plus proche afin d’être frais pour l’accueillir ! »
Le malheureux, la tête bourdonnante, s’exécute devant des Ichi et Nachi hilares.
Pendant ce temps, Geki secoue Tatsumi : « Dis-moi Tatsumi. Ces gars là, ce n’était pas les mecs qui voulaient te trucider en même temps que Mademoiselle Kido cette nuit ?
_ Si. Mais ils étaient dans le faux comme beaucoup. Dès qu’ils l’ont compris, ils ont juré fidélité et obéissance à Mademoiselle Kido, en disant cela il se redresse et plaque son poing contre son c½ur, comme moi, ils donneront leur vie pour Athéna. Il y en a même un qui a accepté de porter mon nom en hommage au grand guerrier que je suis, conclut-il devant son partenaire au garde à vous après cette annonce !
_ C’est bien beau tout ça, lui dit Jabu en le tapotant dans le dos, mais tu n’as pas oublié que Mademoiselle Kido allait bientôt se présenter à tout le Sanctuaire. Il serait de bon ton que tu sois des nôtres.
_ Mince, s’écarquillent aussitôt les petits yeux noirs du majordome ! Mon estomac gargouille, j’ai mal au crâne et je n’ai rien à me mettre !
_ Tiens grand dadais, lui dit Nachi en lui tendant son smoking ! Tu l’avais laissé dans le jet avec lequel vous êtes venus.
_ Oh ! Il se précipite vers son compatriote pour le récupérer ! Mer… Oh… »
Le geste est certainement trop brutal, il vomit en pleine course, déversant l’alcool non digéré aux pieds d’Ichi, trop hébété à ricaner depuis le début pour esquiver. Cette fois-ci, se sont ses amis qui s’esclaffent alors que lui a les jambières de sa Cloth imprégnées d’acide gastrique.

Plus loin, dans l’étable d’un marchand, une jolie demoiselle aux yeux verts, aux lèvres pulpeuses et aux nattes prune, ajuste sa tunique volontairement dégrafée à hauteur de sa généreuse poitrine.
Pour beaucoup de femmes au c½ur libre du domaine, l’arrivée de nouveaux chevaliers accompagnants Athéna est l’occasion rêvée de se mettre en valeur.
Néanmoins, pour cette vénusté, cela signifie le retour de son amour d’enfance. Ignorant tout de l’état physique dans lequel se trouve Seiya, Filia, actrice principale de la résistance menée par les habitants du Sanctuaire lors de l’oppression de Saga, aimerait séduire à nouveau celui dont elle s’est éprise au fil de leurs rendez-vous amoureux d’antan.


A l’autre bout du monde, au Japon, l’ambiance est moins festive dans l’hôpital de la Fondation Graad.
Sagement couchée dans sa chambre, vêtue de sa blouse de patiente, le Saint de bronze du Caméléon lit une revue. Cette blonde au visage angélique tourne les pages à une vitesse folle, n’arrivant pas à se concentrer sur l’une d’elles.
_ « Shun, murmure-t-elle encore en regardant par la fenêtre de la chambre par laquelle Marin était passée quelques jours plus tôt… »

Soudain, devinant à la hâte des pas venant du couloir que son attente allait être récompensée, elle réajuste son masque sur son visage.
Aussitôt, on frappe à la porte. Sans qu’une seconde tentative ne soit lancée, June s’empresse de crier : « Entrez ! »
Son masque cache son visage figé, dans l’attente d’une nouvelle de l’homme qu’elle aime.
Sa gorge est nouée.
Son c½ur ne bat plus.
D’abord Daichi, le plus petit, Ushio, marqué d’une balafre à la joue, puis Sho, tenant un magnifique bouquet de roses jaunes, s’engouffrent dans la salle.
_ « Bonjour June, commence le Saint d’Acier à l’élément Céleste qui se veut bien trop formel.
_ C’est bon ! Ils ont gagné ! Athéna a remporté la victoire, le devance alors Daichi !
_ Nous avons reçu un fax au quartier général, envoyé depuis des messagers du Sanctuaire à Athènes pour nous en informer, confirme Ushio.
_ Et Shun, bondit June de son lit alors qu’elle tremble encore de fatigue ?!
_ Il est convalescent. Le pronostic vital est engagé, mais il s’en sortira, pense Sho.
_ Il est soigné au Sanctuaire c’est ça, demande-t-elle en se dirigeant fébrilement vers sa penderie ?
_ Je pense qu’il serait préférable que tu restes parmi nous, le temps que tu sois remise de tes émotion, lui dit Ushio.
_ C’est ce que Shun voulait en te laissant auprès de nous, confirme Sho en déposant le bouquet sur le chevet. Lorsque tu seras remise, nous pourrons profiter des moyens de la Fondation Graad pour te faire rejoindre le Sanctuaire. Mais en attendant, me doutant que tu ne tiendrais pas en place ici, je te propose de venir avec nous au quartier général. Tu pourras t’y reposer tout en ayant en temps réel les informations qui nous parviennent de Grèce. »
Contrainte de se rasseoir sur son lit, elle hoche la tête pour approuver cette décision.


En Grèce, au Sanctuaire, à la périphérie d’Honkios, les mains magnifiquement manucurées de Saori soulèvent légèrement sa robe blanche pour éviter de la salir.
Dans la forêt luxuriante où se situe entre autres le camp des femmes chevaliers, la jeune femme fixe ces environs qui sont imprégnés dans sa mémoire de déesse.
Mû remonte à la surface les souvenirs de sa souveraine qui marche à ses côtés avec une démarche noble.
_ « … et donc, dans cet ancien petit temple, dont peu de monde connaît l’existence, se trouve la Source d’Athéna.
_ C’est donc là que vous avez amené Seiya, Shiryu, Hyoga, Shun et Ikki.
_ En effet. Ce lieu de soin miraculeux était indispensable pour maintenir vivant nos amis, qui agonisaient de leurs blessures. »
A mesure qu’ils s’enfoncent dans la forêt, la vue est de plus en plus dissimulée par d’épaisses branches touffues qui tombent du haut des arbres jusqu’au sol.
De plus en plus sombre, le bois contribue à renforcer le mystère.
_ « La tenue austère de cette flore n’est sans doute pas étrangère au fait que la Source d’Athéna soit si méconnue du peuple. »
Inconsciemment, sentant la présence de ses amis, la divinité presse le pas, faisant voltiger sa robe autour d’elle.
_ « Exactement. De plus, une cosmo énergie oppressante, la vôtre, fait ressentir aux plus faibles un profond malaise qui accroît l’envie de rebrousser chemin. Patience Athéna, lui barre la route Mû tandis qu’elle accélère !
_ En tant qu’Athéna, il est tout naturel que je m’inquiète pour mes Saints. De plus, c’est par ma faute qu’ils…
_ Absolument pas. Ils sont chevaliers. C’est normal qu’ils se blessent ou qu’ils meurent en votre nom, Athéna. Et pour cela, vous devez être fière d’eux. »
Erudit, le Saint d’or ressent parfaitement que la femme qui lui fait face n’est pas Athéna mais Saori Kido. Seulement, au vu de l’importance de son rôle, tout en la préservant, il refuse de s’apitoyer.
Seulement, la réaction de Saori le désarçonne : « Prenez-moi dans vos bras. S’il vous plait, Mû. »
D’abord, Mû ne réagit pas. Il reste droit, la bouche entrouverte. Ne sachant que faire.
Le regard persistant de sa déesse le déstabilise.
Hésitant encore l’espace d’une seconde, le Bélier écarte finalement les bras, embarrassé, pour l’accueillir contre sa Cloth.
Malgré cette barrière d’or, solide et froide, il sent cogner fort le c½ur troublé de la douce créature. L’aura qui se dégage d’elle l’accapare totalement.
Instinctivement, il se sent totalement soumis et comblé de l’être.
_ « Si je venais à perdre Seiya… »
Cette remarque prouve au Muvien que la jeune femme, aussi puissante puisse-t-elle être, sait également se montrer encore plus fragile que la légère tenue de soie qu’elle porte et dont il préfère ne pas imaginer les courbes généreuses dont elle s’imprègne.
Comme pour s’extirper de ses mauvais songes provoqués par cette étreinte fortuite, il se racle la gorge avant de la rappeler à son devoir : « Il est inconcevable qu’Athéna ne porte son amour qu’à un seul Saint. L'amour d'Athéna doit être équivalent pour chaque chevalier. »
Cette phrase interpelle la raison d’Athéna qui soustrait Saori à ses obligations de déesse : « Euh… En effet Mû. Je m’égare. Reprenons notre chemin si tu le veux bien. »
Les fragments du passé revenant toujours un peu plus à Saori, Mû la laisse reprendre les devants. Il s’efface, songeur : « On dit que le plus dur est de gagner la guerre. Je dis que le plus dur est de maintenir la paix. Athéna a triomphé. La plus grosse difficulté aujourd’hui pour elle est de tout reconstruire. Il faut rebâtir une armée, faire valoir son statut, se faire reconnaître auprès des siens et préparer l’avenir. Néanmoins, pour cette Athéna là, l’épreuve la plus éprouvante, va sûrement être de combattre… Saori Kido. »
Soudain, une barrière de liserons bourgeonnants bloque le chemin et le ramène à lui.
Il emboîte le pas à Saori pour écarter la végétation de son bras et dévoiler une voûte de fleurs. Celle-ci trace un chemin parfumé et coloré.
_ « Autrefois, la Source d’Athéna n’était qu’un temple comme tant d’autres, où les chevaliers et les soldats blessés attendaient que la mort vienne les chercher. Il s’agissait de l’anti-chambre de la mort pour ceux qui avaient risqués leurs vies pour la justice. Face à ce macabre rituel, depuis les hauteurs de la statue d’Athéna, on dit qu’une larme tomba. A cet instant, doté d’un cosmos charitable et puissant, la larme enveloppa le temple et ses alentours.
Elle guérit les hommes et alimenta sans cesse l’eau qui s’écoulait dans les fontaines… Personnellement, il me parait plus juste de croire qu’une de vos précédentes réincarnations s’est rendue ici où étaient réunis des Saints agonisants et que de chagrin ses larmes se mêlèrent au court d’eau qui nourrit ce lieu… »
Saori débouche sur un jardin aux pétales tourbillonnant légèrement au gré du vent. Plusieurs statues, à l’effigie de soldats et de chevaliers d’Athéna, trônent sur l’herbe épaisse et douce.
Concernée, Saori progresse jusqu’à un autel. Celui-ci représente un chevalier au sol qui redresse le buste, réagissant à la main tendue d’Athéna, venue le relever après la bataille.
_ « Il existe plusieurs lieux sacrés qui permettent aux Saints de se ressourcer, continue Mû. Comme l’île Kanon par exemple. Cependant, aucun n’est plus bénéfique que la Source d’Athéna. »
La petite fille de Mitsumasa Kido lève ses yeux au ciel et distingue à travers les branches des arbres, surmontant l’épreuve des âges, dressé autour de colonnes ébréchées, ce temple si fondamental.
Légèrement surélevé, bercé par l’écoulement de cette eau nourricière et légendaire, l’abri de pierre blanche voit les différents fleuves et ruisseaux du Sanctuaire se regrouper à proximité de lui. Dans son sillage, dans l’horizon, la statue d’Athéna, à l’expression noble et harmonieuse, est parfaitement visible.
Les quelques mètres qui séparent Saori de l’entrée, lui semblent être les plus longs de sa vie.
Il lui tarde de retrouver ses compagnons si chers.
En surgissant au beau milieu de l’immense salle, elle ne remarque pas les pourtours minutieusement travaillés, jouissant de magnifiques statues gravées dans la pierre. Pas plus que le marbre au sol projetant un reflet glaçant. L’immense fontaine, sculptée dans le même marbre blanc que les colonnes qui tiennent la voûte peinte en marine, sans cesse alimentée par les eaux claires de l’extérieur, passe également inaperçue.
Le regard de la déesse pulpeuse demeure sur ces lits de pierre drapé de linges blancs où sont étendus ses cinq fidèles sujets.
Leurs corps sont pansés. Leur peau n’est presque plus visible sous les bandages qui couvrent leurs multiples contusions et maintiennent leurs membres fracturés. Si bien qu’il est presque impossible de voir leurs visages.
Cependant, il en faut plus à Saori pour ne pas reconnaître ses valeureux héros.
La présence à leur chevet d’Aiolia, Shaka et Milo, tout juste arrivé, la rassure. Les visages sereins des hommes forts du domaine calme ses angoisses.
A proximité, Shoko, Maria, Erda, Mii et Xiao Ling, aux toges immaculées, réajustent régulièrement les draps qui réchauffent les miraculés. Certaines d’entre elles, notamment Shoko envers Milo, proposent quelques rafraîchissements aux Saints d’or, devenus de véritables gardiens du temple.
Plus en retrait, Katya, elle, apporte des serviettes fraîches afin de nettoyer les plaies lors des changements de bandes. Sans même s’y attarder, Saori ressent un profond malaise dans le c½ur de cette prêtresse qui ne daigne pas poser les yeux sur elle.
Mais ce qui retient le plus l’attention de la divinité guerrière, plus encore que celle de Shaka veillant sur Ikki, Aiolia sur Shiryu, Aldebaran sur Shun, ou Milo sur Hyoga, est celle de Shaina qui tient la main de Seiya.
Encore pansée après la bataille, sans son armure, agenouillée près de son corps presque éteint, la Saint d’argent cramponne fermement le Japonais. Sa tête masquée, baissée, semble prier Athéna pour que Pégase aille mieux. Ses supplications sont si passionnées, qu’elle est la seule à ignorer la présence de l’éminence du Sanctuaire.
Pendant que tous s’agenouillent pour rendre à Athéna les hommages qui lui sont dus, Saori constate : « Que ce soit au Japon avec Miho, ou en Grèce avec Shaina, il n’y a pas de place pour Saori dans le c½ur de Seiya. La fatalité de mon statut certainement. Oui, désormais je suis… »
Faisant apparaître son sceptre dans sa main droite, Saori le plante fermement dans le sol et poursuit à voix haute en s’adressant à tous : « Je suis la réincarnation d’Athéna en ces temps modernes. Si nous avons combattu les maléfices du Grand Pope, d’autres batailles nous attendent. Seiya de Pégase, Shiryu du Dragon, Hyoga du Cygne, Shun d’Andromède et Ikki du Phénix ont prouvé leur bravoure. Je vous suis à tous reconnaissante de veiller sur eux maintenant que vous avez reconnu leur valeur. »
Encore plus que les autres, comme s’il est le premier à la reconnaître et à la vénérer comme Athéna, Mû s’incline davantage, satisfait de la position adoptée par Saori.
D’un léger mouvement de jambe, comme si elle se retenait de se précipiter vers son dévoué Seiya, Saori s’interdit toute conduite sentimentale.
En commençant par Ikki, elle se contente de tenir à chacun pendant quelques instants la main. Sans toutefois ne pas éprouver une sensation plus fusionnelle au contact de Seiya.
Enfin, elle rebrousse chemin en congratulant l’application des prêtresses quant aux soins prodigués. Derrière elle, Mû, mais aussi ses quatre compagnons, le Taureau, le Lion, la Vierge et le Scorpion, suivent ses pas. Puis, d’un pas lent, obligé, Shaina ferme la marche.
Ils laissent tous les Saints de bronze aux prêtresses, Shoko saluant sans la moindre discrétion Milo.
Le Grec est aussi gêné que les camarades de Shoko, tandis qu’Aldebaran, Aiolia et Athéna sourient, amusés de cette attention alors que Mû, Shaka et Shaina demeurent plus solennels malgré que vienne le temps de la décontraction.
Seule Katya, en retrait, ne semble décidemment pas prendre part à la scène.


A l’autre bout du monde, où le soleil lorsqu’il apparaît n’est pas assez chaud pour permettre aux Asgardiens de se réchauffer, les crépitements du bois dans la grande cheminée ambiancent la chambre d’Hilda au Walhalla.
La maîtresse des lieux, représentante d’Odin sur Terre, caresse ses fins cheveux de la main gauche, tandis qu’elle soulève un verre de vin de la main droite.
Couchée sur la peau d’un ours polaire, observant le feu, elle reste absorbée par l’immense foyer, tandis que sa jeune s½ur est à l’opposée de l’appartement.
Depuis le Sanctuaire jusqu’aux confins de la planète, l’éveil cosmique d’Athéna lors de la nuit dernière n’est pas passé inaperçu.
_ « Et qu’est-ce que cela va changer pour nous, se hasarde à demander Freiya en entortillant ses boucles blondes dans ses doigts ? Nos conditions de vie seront-elles meilleures ? 
_ Chère petite s½ur, quel que soit le sort du monde, notre mission est de survivre en ces lieux et de prier Odin afin qu’il sauvegarde cette planète. Si le retour d’Athéna est une garantie de paix pour les hommes, les appels à Odin sont, eux, des gages de préservation de la vie humaine sur Terre. Si demain nous venions à abandonner ce pourquoi nous sommes nés, alors le monde se retrouvera sous les eaux. Et quoi qu’il arrive je condamnerai davantage notre peuple en lui promettant des contrées ensoleillées.
_ Mais c’est horrible !
_ C’est notre destin. Le mien, mais aussi le tien. S’il venait à m’arriver quoi que ce soit, tant qu’il n’y aura pas d’héritier au trône de Polaris, tu devras assurer mon rôle.
_ Que… Pourquoi dis-tu cela grande s½ur ? Tu me fais peur.
_ Simplement parce que le retour d’Athéna sur Terre annonce également le retour de ses véritables ennemis. Le Sanctuaire a beaucoup souffert de sa guerre interne. Si bien qu’un jour ou l’autre, il nous faudra prêter main forte à Athéna pour maintenir l’équilibre de la paix. Je pressens un grand danger qui nous menace. Tout risque de se jouer en notre époque.
_ En as-tu parlé à Siegfried ?
_ Tu le connais, si je venais à lui en parler, il s’inquiéterait encore plus que toi. Je compte donc sur toi pour t’assurer qu’Asgard reste dans le droit chemin dicté par Odin, quoi qu’il puisse m’arriver un jour. Pour cela tu pourras compter sur Lyfia. »
Leur femme de chambre et amie, restée en retrait, hoche la tête en guise d’approbation.


Dans d’autres contrées toutes aussi froides du nord de l’Europe, le souffle du vent siffle dans la citée en reconstruction de Blue Graad.
Là-bas, à l’extrême nord de la Sibérie, malgré les énormes pierres qui forment les parois du palais, le froid n’a de cesse d’affaiblir le peuple que le nouveau roi, Alexer, a recueilli dans son château.
Pendant que Natassia et les soldats veillent au rationnement des villageois, le Blue Warrior, seul être capable de supporter cette baisse extrême des températures, reste au sommet de la plus haute tour du palais.
Couvert de sa Cloth, les yeux fermés, il sourit : « Même si les températures restent dures à supporter depuis notre Guerre Sainte contre Asgard, le retour d’Athéna dans son Sanctuaire devrait nous être bénéfique. Sa conscience divine va rapidement s’éveiller et les prières de notre peuple seront vite entendues. Son cosmos amoindrira les caprices de la météo. Cela favorisera la reconstruction de la citée après le cyclone qui nous a frappé lorsque les Asgardiens étaient là. »
D’un bond gracieux, il se laisse glisser par la pente d’un toit enneigée et se réceptionne bien plus bas sur le parvis du palais.
Ses yeux fixent l’horizon : « Ksénia… Qui étais-tu réellement ? Malgré tout le mal que tu as pu me faire en me poussant à fomenter un coup d’état contre mon père, le Roi Piotr, mon c½ur souffre encore. Te voir me manque, même si je te devine ennemie d’Athéna. J’aimerai t’embrasser une dernière fois avant de te donner la mort. Car désormais, je vouerai ma vie à Athéna afin d’assurer la paix et d’expier mes crimes envers mon père et notre peuple. »

Author Topic: Chapitre 67  (Read 939 times)

0 Members and 1 Guest are viewing this topic.