Chapitre 46 - Voici ce qu’est devenue la citée Atlantis

Il y a plus de deux cent ans, un épouvantable cataclysme eut raison de Blue Graad, ne laissant que peu de survivant.
Au moment où la bataille faisait rage entre Alexer et son père, une vague de froid identique à celle d’autrefois approchait lentement du champ de bataille…


Chapitre 46 - Voici ce qu’est devenue la citée Atlantis

Extrême nord de la Sibérie, Blue Graad :

24 septembre 1986.
Le soleil se lève et illumine le paysage au point d’éblouir quiconque observe l’effet des rayons du soleil sur les parterres de gel et les édifices enneigés.
Le peuple est en ébullition, des batailles acharnées se produisent depuis hier dans l’enceinte même du palais royal.
Le prince Alexer gagne chaque minute davantage les locaux. Les positions de l’armée du roi Piotr abdiquent ou se font écraser.

Depuis l’extérieur du palais, dans les maisons aux murs blanchis par le givre, les villageois attendent impatiemment l’issue de cette guerre qui établira à coup sûr un nouvel ordre politique.
Trop préoccupés à s’échanger des hypothétiques aboutissements, les habitants ne remarquent pas l’approche furtive d’un quatuor qui se faufile à l’intérieur d’un ancien temple dévasté par la glace.

A l’intérieur de celui-ci, l’artiste aux cheveux blonds, Mime, observe l’architecture ancienne et conservée par le froid.
Il reconnaît par l’intermédiaire de statues et de dessins sur les murs des références à Athéna, Poséidon et Odin.
Le dialogue établit par Alberich et Natassia le sort de ses songes.
La bande se situe dans les salles de bénédiction que se réservaient autrefois les prêtres qui officiaient ici. Chaque bloc de pierre qui forme les murs, le sol et le plafond, est fissuré en raison de la rudesse du froid. Certains cadavres desséchés semblent emprisonnés dans la glace depuis des décennies :
Alberich - " Tu veux donc dire que ce temple est abandonné depuis plus de deux cents ans ? "
Natassia - " Oui, un cataclysme a décimé la quasi-totalité des habitants de Blue Graad et de ses environs. Les livres de la grande bibliothèque de Blue Graad évoque des faits similaires à ceux qui se produisent aujourd’hui. La température baisse et le vent est de plus en plus puissant. Cela annonce l’arrivée imminente d’une catastrophe climatique ravageuse. "
Alberich - " J’espère que nous aurons arrêté Alexer avant cela. "
Natassia - " Il est impératif que vous y parveniez. Le peuple de Blue Graad a besoin de se réunir dans le palais pour survivre en communauté, sans quoi c’est toute la lignée de nos origines qui sera tuée par le froid. "
Alberich - " Quand le climax de ce bouleversement sera atteint selon toi ? "
Natassia - " Avec un peu de chance, ce soir, ce qui nous laisse juste le temps de gagner mon frère. "
Syd se mêle enfin à la conversation pour se concentrer sur leur mission et ne pas céder à la panique. Il pointe du doigt une vieille trappe colmaté à la roche du sol par la glace :
Syd - " Tu es certaine que si nous parvenons à emprunter ce passage secret, nous parviendrons à rejoindre le c½ur du palais ? "
Natassia - " Nous arriverons juste entre la grande bibliothèque et la salle du trône. "
Mime ne perd pas de temps, il recroqueville ses bras pour y concentrer toutes ses forces, imité par ses compatriotes.

Soudain, au détour d’un monument, l’apparence splendide d’une femme se dévoile. La jolie brune observe discrètement les futurs Guerriers Divins entrouvrir un tunnel sombre.
« Ces asgardiens pourraient venir contrarier mes plans », pense la resplendissante Ksénia.
Elle laisse le quatuor s’engager dans la galerie souterraine. De quoi lui permettre de les ensevelir en attaquant par surprise.

Néanmoins, les minutes s’écoulent sans que sa tentative ne se concrétise. La russe reste fixe et immobile.
Elle distingue qu’elle n’est pas la seule à épier la progression de ces gêneurs. Maintenant qu’ils sont loin, elle n’hésite pas à prendre la parole :
Ksénia - " Un cosmos étrangement similaire à celui que l’on nomme Syd de Mizar erre dans les parages. La seule sensation qui me permet de faire la différence est la puissance revancharde qui se dégage de ta cosmo énergie… "
Elle localise enfin avec exactitude le destinataire de cette phrase. En levant les yeux en direction d’une statue maintenue dans le plafond, elle achève sa phrase :
Ksénia - " … toi qui te cache là-haut et qui s’apprêtait à m’attaquer au moment où je frapperai dans le dos de cette troupe. "

Démasqué, l’espion se laisse tomber depuis le plafond et se réceptionne avec facilité sur ses deux jambes.
Sa tenue, bien plus négligée que celle des autres asgardiens, ainsi que sa coupe de cheveux plus sauvageonne sont les seuls aspects permettant de le différencier de Syd.
Ksénia ne perd pas de temps, son sens de la déduction est efficace :
Ksénia - " Tiens, voici le rebut de la famille de Mizar ! "
Le jumeau de Syd serre le poing :
Bud - " Comment ?! "
Ksénia - " Je suis au fait des coutumes d’Asgard. Les conditions de vie sont si rudes que même pour une famille riche, la naissance de jumeaux est vécue comme une catastrophe. Tu es donc celui qui a été abandonné. Néanmoins la nature a mal fait son travail, elle t’a permis de survivre dans ce monde hostile où tu es obligé de garder l’anonymat. Maintenant, j’aimerai savoir pourquoi tiens-tu à protéger ce frère qui t’a tout volé ? "
Bud - " Je ne cherche pas à le protéger. "
Ksénia - " Alors pourquoi le suis-tu ? "
Bud - " Pour empêcher quiconque de lui donner la mort. Ce plaisir me revient de droit. J’attends le jour du mariage de mon frère pour faire regretter à tous ceux qui m’ont abandonné d’avoir fait le mauvais choix. "
Ksénia - " Cette intention pourrait presque me plaire si elle n’était pas gênante pour mes projets. Ton frère et ses petits camarades comptent intervenir et nuire à mes plans. "
Bud - " Alors pourquoi ne pas être intervenu lorsqu’ils ont investi le tunnel ? "
Ksénia - " Ma présence ici ne doit être qu’anecdotique et secrète. Te sachant dans les parages, je ne voulais pas prendre le risque que tu interviennes et réduisent ma discrétion à néant. "
Bud - " Dans ce cas, j’ai comme l’impression que l’issue de notre rencontre doit être fatale pour l’un de nous. "
Le visage de Ksénia s’illumine de toute sa beauté, dissimulant grâce à cette attitude et sa tenue inappropriée au combat la véritable essence de son cosmos.
Ksénia - " Je ne vais pas m’ennuyer. Je ne compte pas perdre mon temps avec toi. "
Bud reste sur ses gardes, il n’est pas dupe :
Bud - " Cesse de jouer la jeune femme fragile. Ton petit jeu ne marchera pas avec moi. Survivre par ce froid pour une femme à l’allure aussi frêle que la tienne et vêtue d’une robe si légère… Il n’y a qu'un cosmos très puissant qui puisse le permettre ! "

Démasquée, la vénusté n’en garde pas moins la grâce qui l’habite. D’un mouvement circulaire, elle joint ses deux mains au-dessus de sa tête.
Bud est subjugué par la concentration de sa cosmo énergie. L’effluve de son cosmos dessine derrière elle un immense cheval immobile, semblable au Cheval de Troie.
Bud - " Si tu comptes m’impressionner tu te trompes. Je compte bien faire preuve des efforts que je fournis chaque jour pour devenir le plus fort : Shadow Viking Tiger Claw ! "
Hélas, l’asgardien est bien trop lent, le Cheval de Troie libère ses hommes :
Ksénia - " Troya Crisis. "
Les Griffes du Tigre Viking de l’Ombre se perdent face à la démultiplication des soldats grecs qui foncent sur lui tels des faisceaux lumineux frappant à la vitesse de la lumière.
Le jumeau de Syd est repoussé contre un mur couvert d’une épaisse couche de glace. Le choc est si puissant que la paroi de gel se craque et tombe en d’épais blocs de glace qui l’ensevelissent.
Le visage serein de la russe change malgré tout d’expression, un certain rictus de désappointement se lit lorsqu’elle observe sa poitrine. La base de son sein gauche est marquée par trois griffes qui laisseront à coup sûr trois fines cicatrices sur ce corps parfait.
Ksénia - " Étonnant petit asgardien. Je regrette de ne pas avoir plus pris mon temps avec toi. Mais tu m’en as déjà fais perdre de trop, les tiens doivent être au palais à l’heure qu’il est. J’espère qu’Isaak a mené à bien sa mission. "


En Grèce, au Sanctuaire, à proximité d’Honkios :

Sur le versant d’une montagne, taillée à même la roche, la prison principale du Sanctuaire a des allures de tour.
Au milieu de celle-ci, résonne la percussion du masque de femme chevalier de Yulij contre les barreaux de sa cellule. Elle tapote sa tête contre le métal indestructible et signifie son impatience :
Yulij - " Quand serons-nous fixés sur notre sort ? "
Plus mature, Nicol, assis dans la geôle face à celle de sa s½ur d’adoption, montre toute l’étendue de sa réflexion :
Nicol - " Notre sort est déjà fixé. On nous réserve la mort. "
Yulij - " Pourquoi ne sommes-nous pas déjà mort ? "
Nicol - " Le Saint des Poissons n’a pas dû donner la raison de notre présence au Grand Pope. Ce dernier avait l’air furieux envers lui. Je pense qu’il n’a pas eu le temps de lui faire part que nous enquêtions sur l’usurpation de l’identité de notre maître Arlès. Il a certainement été congédié sans le moindre ménagement. "
Yulij - " Tu as sûrement raison. Le Pope nous considère donc comme de simples rôdeurs. Sans quoi nous aurions déjà été éliminé. "
Nicol - " D’ailleurs, plus ils attendent pour nous faire rendre gorge, plus ils nous laissent le temps pour préparer un plan d’évasion. "
Yulij - " Lequel ? Je croyais qu’il était impossible de s’enfuir d’ici. Tu l’as dis toi-même, il nous est impossible de détruire les barreaux ou les murs. "
Nicol - " Pourquoi ne penser qu’à détruire les éléments qui nous enferment ? "
Yulij - " Quelle autre solution ? "
Nicol - " Depuis deux semaines que nous sommes prisonniers ici, n’as-tu pas lu les étoiles aux travers de ta lucarne. "
Yulij - " Les étoiles ne me disent plus rien. "
Nicol - " Si maître Arlès était toujours de ce monde, il te répondrait que c’est parce que tu manques encore d’expérience. "
L’élève du défunt Saint de l’Autel marque un léger tant de pause avant d’étaler sa science :
Nicol - " J’ai pu voir dans le ciel les étoiles d’une constellation s’illuminer il y a cinq jours. Cela coïncide avec l’arrivée au Sanctuaire d’un cosmos nouveau en ces lieux. Les étoiles ne m’ont jamais trompé. Attendons que ce cosmos vienne à nous. "


Dehors, au pied de la tour, Mei observe le donjon taillé dans la roche de bas en haut.
Il est gardé à son entrée par une dizaine de soldats. Ceux-ci saluent le Saint en reconnaissant son statut grâce à la Pandora Box portée sur son dos.
Le chevalier leur rend leur salut en levant simplement le menton. Il a le visage fermé, presque emprunté devant la difficulté d’entrer en ce lieu incognito.
Il finit par faire demi-tour : « Je ferai mieux de remettre à plus tard mon entrée ici. Je ne dispose d’aucun accord officiel. De plus, je suis épuisé, je manque de sommeil. Je vais me rendre au sénat afin de m’y enregistrer. Je pourrai me procurer un logis contre les sacres que le Pope m’a donné. Un peu de repos me permettra d’y voir plus clair. »


Extrême nord de la Sibérie, Blue Graad :

A l’intérieur du palais royal, les soldats du Roi Piotr rendent les armes face au trône de leur monarque déchu.
Chacun jure fidélité à l’héritier de Piotr, assis avec fierté sur le siège impérial. La moquette qui couvre le sol est imbibée du sang qui s’écoule encore de la dépouille royale. Le corps fendu en deux de Piotr gît sans le moindre égard de la part de son fils, coupable de parricide.

Dans les couloirs du palais, quelques râles retentissent, des affrontements se poursuivent, les quelques derniers partisans de Piotr refusent de prêter allégeance au Prince Alexer.


Dans ce château aux cris d’épouvante et aux murs ensanglantés, au fond du couloir principal, semblable à un large boulevard, une statue à l’effigie d’Athéna est décelée de l’intérieur.
Syd, Mime, Alberich et Natassia débouchent depuis le passage secret dans l’artère du palais la plus touchée par les affrontements.
Des cadavres des deux camps sibériens gisent, quelques blessés rampent pour fuir avant que d’autres n’aient le temps de ramasser leur hache pour les achever.
Natassia indique à sa gauche la direction de la salle du trône :
Natassia - " Les appartements de mon père sont par ici. Pourvu qu’il ne soit pas trop tard. "
Syd suit au pas de course la jolie blonde.
Mime se tient en position de combat, à peine leur présence a été remarquée que déjà des adeptes d’Alexer se jettent sur eux :
Mime - " Rejoignez Alexer au plus vite, je m’occupe de leur jouer leur requiem. "
Avec une totale maîtrise de son art, Mime crée bientôt devant lui une véritable toile d’araignée grâce aux fils de sa harpe :
Mime - " Voici de quoi vous retenir et permettre à Syd et Natassia de ne pas être importunés ! "

Alberich, lui, s’engage dans la direction opposée, celle de la grande bibliothèque, après avoir remarqué l’étrange comportement d’un soldat.
Celui-ci, les cheveux verts, haut d’un mètre soixante-quatorze, présente une certaine nonchalance à l’idée d’éliminer les sibériens qui occupent son passage. Contrairement aux autres qui, quel que soit leur camp, restent hostiles à achever cette guerre fratricide, il semble manifester un désintérêt total à empêcher Syd et Natassia d’atteindre Alexer.

Longeant les murs, masquant du mieux qu’il peut sa cosmo énergie, Alberich suit celui que les sibériens nomment le Kraken et qui a été un atout majeur lors de la progression d’Alexer dans le palais.
Isaak effectue de grands pas allongés qui marque sa hâte. Il se retourne sans cesse, espérant ne pas être suivi.
Une fois au bout du couloir, il ouvre les massives portes en bois et s’engage dans les longues allées de la salle. La bibliothèque est semblable à une seconde ville tant sa superficie est importante, les étagères remplies de manuscrits dessinent des routes dans lesquelles le Marinas n’ose pas s’engager de peur de s’y perdre.

La voix familière de Ksénia remédie à cela. Le Général de l’Océan Arctique suit la douce intonation de sa complice :
Ksénia -  " Cette bibliothèque contient un nombre immense d'ouvrages réunissant les connaissances du monde depuis les temps anciens et est de fait la plus grande source de savoir sur Terre. Cependant, la chose la plus intéressante qu'elle recèle se situe dans les étages inférieurs. Tu trouveras au fond de l’immense salle un mur marqué de l'emblème de Poséidon.
Autrefois accompagné d'un sceau d'Athéna, il s’agit en fait d’un passage vers la cité engloutie d'Atlantis. "
Isaak débouche là où Ksénia l’attend, devant le fameux emblème :
Ksénia - " Des asgardiens sont venus refroidir les ardeurs d’Alexer. Il ne faudra pas longtemps avant qu’il comprenne que le Kraken n’interviendra pas pour l’aider et que ce fameux allié s’est en réalité joué de lui. "
Isaak - " N’oublie pas qu’avant l’attaque de la citée, Alexer a confié à trois de ses hommes les trois dernières armures des Blue Warriors. Il y a donc de quoi faire. "
Isaak observe l’emblème de Poséidon gondolé par une couche de glace qui s’étend sur le mur :
Isaak - " Lors de la dernière Guerre Sainte entre Athéna et Hadès, la puissance de Poséidon a commencé à ravager Atlantis par les flots, menaçant la Terre par la même occasion. Le Saint d’or du Verseau se sacrifia en s’enfermant en compagnie du réceptacle de Poséidon dans un cercueil de glace. Je n’aurai jamais imaginé que leurs pouvoirs conjugués auraient permis à ce froid de remonter jusqu’ici et de perdurer à la surface ! "


Alberich s’engage dans l’immense salle au plafond voûté et couvert d’autant de livre qu’il peut en contenir.
L’asgardien qui voue un véritable culte à la lecture et aux connaissances est si émerveillé qu’il prête à peine attention à la conversation qu’il surprend entre cette femme inconnue et le Kraken.


Ksénia - " Tu as été pris en filature, un asgardien approche. J’imagine qu’il ignore tout de notre plan et je vais m’assurer qu’il en reste ainsi. Presse-toi de trouver ce que tu es venu chercher. "
Isaak ne se fait pas prier davantage, il tend le bras en direction du mur au faux fond. Son bras est absorbé par une lueur aveuglante qui aspire le reste de son corps.


Alberich - " On dit que la bibliothèque d’Asgard est la plus grande source de savoir sur le monde et les dieux qui le gouvernent. J’ai comme l’impression que Blue Graad la surclasse largement. "
Soudain, la lumière qui résulte du voyage d’Isaak interpelle le futur Guerrier Divin, stoppé dans sa course par la voix charmante de Ksénia :
Ksénia - " Ce que tu dis à propos de cet endroit est exact. Seulement, avec l’extinction de la quasi-totalité des habitants de Blue Graad il y a des siècles, cette vérité s’est vue contrainte au silence… "
Au milieu des rayons, Alberich toise avec un certain mépris la jeune femme qui poursuit son allocution :
Ksénia - " … et ce silence va durer davantage car un cataclysme similaire à celui d’antan se prépare déjà dehors. "
Il la sous-estime en raison de son apparence :
Alberich - " Et tu n’as pas peur d’attraper froid dans cette tenue ? "
Elle se contente de lui sourire pour appuyer son aspect innocent.
Alberich - " Dis-moi, je ne sais pas qui est ton petit copain qui traînait mystérieusement dans les environs et je serai bien curieux de le savoir. Tu ne veux pas m’en dire plus sur cet étrange endroit ? "
Elle frotte le bout de son nez et ferme les yeux en déclarant d’une façon coquette :
Ksénia - " Je crois qu’on va bien s’amuser. "


Sous l’océan, dans une citée condamnée par une paroi de glace :

Recroquevillé sur lui-même, encore sous le coup de la lumière perçante qui lui a fait traverser un étrange champ cosmique, Isaak réhabitue ses yeux à une luminosité naturelle.
A mesure qu’il revient à lui, il étudie avec minutie ce lieu semblable au sanctuaire sous-marin où il a vécu ces dernières années.
Des maisons vides et des temples faits de pierres blanches, des roches à impressions spongieuses et des coraux scintillants composent les environs.
La différence la plus flagrante vient du globe de glace qui couvre le plafond et tombe tel un dôme qui encercle la ville jusqu’au sol. La sphère est si épaisse qu’il lui est impossible de voir au-delà, bien qu’il devine que derrière se tient le reste du territoire de Poséidon, aujourd’hui administré par Kanon du Dragon des Mers.

Au centre de la ville sous-marine, agrémenté d’une statue à l’effigie du dieu, le temple de Poséidon surplombe tous les autres bâtiments.
A mesure qu’Isaak y avance, il y observe les effets du réveil de Poséidon en ces lieux il y a plus de deux cents ans. En plus du ciel d’eau devenu un plafond de glace, la température qui règne ici est polaire.
La bruine persistante qui accompagne un climat chaud et humide dans le sanctuaire sous-marin ne tombe plus à Atlantis, les marres d’eau salée formées grâce au relief capricieux du sol rocailleux sont désormais gelées, figées par le froid.

Plus il approche du temple au hall dévasté par le combat opposant Rhadamanthe à l’ancien Saint d’or du Scorpion et plus des vagues d’eau glacées empêchent une progression rapide.
Forcé de surfer sur la mer de glace, le finlandais est subjugué par un spectacle inattendu.
Au beau milieu de la chambre de Poséidon, enfermé dans le cercueil de glace, un homme et une femme se tiennent l’un face à l’autre. Les mains de l’homme caressant le visage de la jeune femme qui le domine dans les airs, comme un homme implorant le calme d’une déesse.
Sans le savoir, Isaak observe les corps de Dégel du Verseau et de Seraphina, l’ancêtre des rois de Blue Graad. Leurs mouvements et leurs enveloppes charnelles sont restés intacts, statufiés pour l’éternité.

Bien qu’il soit en admiration face à cette situation, Isaak n’en oublie pas pour autant sa mission initiale.
Il poursuit son investigation dans diverses pièces jouxtant la chambre impériale et y trouve enfin, entreposé sur un pilonne au milieu d’une pièce, l’anneau des Nibelungen.
Sur la colonne dorique est gravée cette phrase en grec ancien qui confirme l’identité de l’objet : « Que le porteur de cet artefact maléfique en or confère à la personne qui le possède le pouvoir de gouverner le monde mais s'empare aussi de son esprit au nom de l’empereur des Océans. »
Isaak - " Il n’y a plus de temps à perdre. A la surface le grand cataclysme ne va pas tarder, je dois me presser de quitter Blue Graad si je ne veux pas rester prisonnier ici. "
D’un rapide mouvement de bras, il s’empare de l’anneau maudit et repart patiner sur les lames de gel pour regagner la surface depuis l’endroit où il a atterri à Atlantis.


Extrême nord de la Sibérie, Blue Graad :

Dans les couloirs du palais, les cris des sibériens se lançant à corps perdus contre Mime sont de plus en plus lointains pour Natassia et Syd.
Le duo approche la chambre royale :
Natassia - " Derrière cette porte se trouvent mon frère et mon père. "
Syd - " Je pense que je ferai mieux de rentrer avec vous Princesse. "
Une voix grave accompagnée de rires sarcastiques retentissent derrière la porte et deviennent de plus en plus perceptibles à mesure que celle-ci s’ouvre : « Encore faudrait-il qu’on t’y autorise vermine… Ah… Ah… Ah… »

La chambre royale libère trois chevaliers revêtus d’une même Cloth.
Natassia - " Les Blue Warriors ! "
Syd - " Comment ? Je croyais que ton frère était le seul Blue Warrior existant ?! "
Natassia - " Non, il existe quatre armures destinées aux Blue Warriors. Trois sont semblables les unes aux autres et sont revêtues par les défenseurs du plus puissant chevalier du royaume, seul digne de porter la plus belle et la plus puissante armure. Il y a six ans, lorsque Alexer fut condamné à l’exil, il s’empara de l’armure ultime du royaume. Celle-ci l’a reconnue pour sa bravoure et son entraînement acharné. Cependant, les trois autres armures sont restées les propriétés du Roi Piotr. Récusant toute forme de violence, mon père préférait consacrer ces armures à la défense du royaume et à celle d’Athéna. Mon frère a dû les offrir à ses plus fidèles combattants. Cela voudrait donc dire que mon père est… "
Le plus sarcastique des Blue Warriors ne rassure pas Natassia :
Blue Warrior n°1 - " Vous feriez mieux de rentrer à l’intérieur Princesse. Votre frère vous y attend. "
Natassia se retourne en direction du futur Guerrier Divin comme pour recevoir son approbation :
Syd - " Ça ira Princesse, je vous rejoindrai. "

D’un pas tremblant, partagé entre l’horreur du combat qui va se dérouler et la hantise de retrouver son père blessé voire mort, Natassia progresse en passant à côté des trois robustes chevaliers qui referment la porte derrière eux.
D’une musculature impressionnante, les trois combattants aux chevelures opulentes et partagés entre le châtain et le blond d’un homme à l’autre, affichent tour à tour un sourire narquois.

Néanmoins, le premier déchante bien vite, son visage se crispe soudainement jusqu’à devenir une grimace. Le haut de ses cuisses est profondément entaillé l’obligeant à s’allonger en arrière pour ne pas élargir ses plaies en se tenant debout.
Syd - " Viking Tiger Claw. "
Les ongles de Syd restent allongés après qu’il ait annoncé le nom de l’arcane qu’il a asséné au plus bavard des Blue Warriors.
Les deux autres se pressent de soutenir le premier :
Blue Warrior n°2 - " Quelle vitesse, il est presque aussi rapide que notre maître Alexer ! "
Blue Warrior n°3 - " Il est surtout très rusé, il a attaqué à l’endroit où nous sommes dépourvus de protection… "
En effet, les cuisses, comme la tête, ne bénéficient pas de cuirasses contrairement au reste des jambes. Le buste est entièrement recouvert des épaules, desquelles s’échappent des pointes acérées, à la ceinture. C’est même pointes sont présentes sur les avant-bras qui protègent du coude jusqu’au bout des doigts.
Blue Warrior n°3 - " … Mais cette zone n’est pas vitale pour nous. Les zones les plus fragiles bénéficient de l’armure des Blue Warriors alors que lui est à découvert. "
Syd - " Pressons, je n’ai pas le temps d’écouter vos constats ridicules, je dois rencontrer Alexer au plus vite. "
Les deux Blue Warriors valides répondent aux exigences de l’asgardien et se ruent sur lui, engageant un corps à corps dans lequel Syd est vite dépassé.
Après plusieurs coups encaissés, il parvient à en balayer un d’un rapide mouvement de jambe  et à décocher un violent coup de poing dans le nez de l’autre.
Seulement, le premier des sibériens prend sur lui la douleur infligée à ses cuisses. Il se redresse et se jette tête la première contre l’abdomen de Syd.
Souffle coupé, yeux exorbités, Syd a du mal à se tenir debout. Il n’en faut pas moins au trois Blue Warriors pour déchaîner leur fureur contre lui…


En Grèce, au Sanctuaire, dans le village de Fóvos :

Un homme d’une soixantaine d’année guide Mei dans ce dangereux village de l’est.
Dabih - "  … Puis j’ai officié pendant des années au service du Seigneur Shura Saint d’or du Capricorne. Il m’a remercié lors de son départ pour Yíaros il y a un an et demi. Sa défaite contre l’Alcide du Lion de Némée l’avait énormément affecté et il préférait rester seul pour se recentrer sur sa mission envers Athéna. Je suis donc resté des mois et des mois au sénat en attente de trouver un nouveau maître. Il faut dire que mes services ne sont pas donnés. Mais ça se comprend, j’ai servi des années durant un des hommes les plus respectables du domaine sacré. Je n’aurai pas pensé trouver un maître aussi jeune. L’achat de votre maison et de mes services a eu raison de tous vos sacres… "
Mei l’interrompt d’un ton cynique :
Mei - " Tu t’occupes également de la comptabilité ?! "
Le vieux serviteur comprend que sa remarque était déplacée. Alors il observe le silence.
Le japonais, bien que ferme, garde une nature généreuse :
Mei - " Je ne voulais pas te froisser. Ne t’en fais pas, je réaliserai quelques missions pour rapporter d’autres sacres et te payer comme il se doit. En attendant, je ne t’ai pas pris pour être à mes soins mais uniquement parce que tu connais le Sanctuaire comme ta poche… "
Mei cesse sa phrase en arrivant devant une bâtisse en ruine. Il la montre du doigt :
Mei - " … Parle moi donc de ce taudis que j’ai acheté. "
Dabih sort un papyrus sur lequel les sénateurs ont apposé leur sceau :
Dabih - " Cette maison a appartenu autrefois à un dénommé Nicol. Il est indiqué qu’il était apprenti chevalier et que la maison a été saisie ces derniers jours suite à l’arrestation du propriétaire. Il est stipulé sur cet acte officiel que vous rachetez les murs ainsi que les biens s’y trouvant enfermés. Pourquoi la vouliez-vous à tout prix ? "
Mei - " Parce que l’histoire des personnes qui y vivaient m’intéressent. "

Soudain, des aboiements les dérangent. Un chien famélique court après un énorme rat qui se faufile le long des ruines de maisons abandonnées.
L’animal finit par rattraper le rongeur qu’il transperce de ses longs crocs affamés.
Aussitôt, sortant de nul part, un homme aux vêtements sales et au visage maquillé de cicatrices se jette sur la bête vorace et la massacre à coups de bâton jusqu’à ce qu’elle rende l’âme.

Mei se retourne vers son serviteur, les yeux grands écarquillés, abasourdi par un tel spectacle.
Le domestique lui apporte une réponse :
Dabih - " Nous sommes dans le village de Fóvos. Ici seuls des bandits en liberté vivent. Ce village est sous la juridiction du trio argenté. Seulement, ces chevaliers d’argent n’ont d’yeux que pour la loi du plus fort et ont délaissé cette zone du Sanctuaire. "
Le japonais indique à Dabih sa nouvelle demeure d’un mouvement de tête :
Mei - " Bien. Entrons chez nous à présent. "
Le marocain devance son maître afin de lui tenir la porte.
Mei - " Mon dieu, comme cette demeure est misérable et poussiéreuse. Profitons que le jour passe au travers les nombreux trous au plafond pour trouver quelques bougies en prévision de la nuit… "
Le chevalier de la Chevelure de Bérénice continue sa quête pendant que son valet s’affaire à trouver des chandeliers en dépoussiérant involontairement le sol de sa longue toge ocre.
Tandis que Dabih regroupe quelques objets pour faire du rangement, Mei l’en dissuade :
Mei - " Ne touche à rien mon cher Dabih. Vois-tu, touts ces documents éparpillés partout autour de la pièce principale seront rangés une fois seulement que je les aurais tous étudiés. Passons à l’étage, voir si l’odeur et le rangement y sont des notions davantage acquises. "


Extrême nord de la Sibérie, Blue Graad :

A l’intérieur de la chambre royale, Natassia approche timidement du trône où siège son frère.
Rares sont les torches encore allumées sur les murs, la lumière est volontairement faible. Cela empêche Natassia de voir avec exactitude sur quel cadavre elle marche. La moquette est jonchée de corps sans vie, victimes de cette guerre fratricide.
L’appui de ses pas sur la moquette fait remonter les flots d’hémoglobine imbibée.

Au bout de la pièce, sur l’estrade où siège le trône, seul endroit parfaitement éclairé, l’attend avec un visage d’enfant gâté, excité, presque défiguré par cette folie que lui a offert le pouvoir, son frère aîné.
Alexer - " Approche donc ma s½ur bien aimée. Viens baiser la main de ton roi. "
Natassia - " Comment peux-tu jouer de ton pouvoir mon bien cher frère alors que dehors la population est fouetté par le cataclysme de plus en plus proche ? "
Alexer - " N’ait crainte pour notre peuple, bientôt je le conduirais sur les terres ensoleillées qui lui reviennent de droit. "
Natassia - " Ce n’est que folie mon frère. Notre père n’a jamais approuvé un tel comportement. "
Alexer jubile :
Alexer - " Heureusement, il ne sera plus en mesure de donner son avis. "
Au moment où il annonce cela, le pied délicat de Natassia heurte la main d’un cadavre coupé en deux, allongé dans le mépris le plus total au milieux des autres.
Natassia se passe immédiatement la main devant le visage et fond en larme en reconnaissant sur cette main une bague frappée de l’emblème d’Athéna et appartenant à son père…


Devant la salle, Syd repousse tour à tour les Blue Warriors, hélas, il ne parvient pas à concentrer suffisamment de cosmos pour asséner à chacun un coup mortel. Aussitôt l’un blessé, un autre revient à la charge.
Les Blue Warriors l’ont bien compris :
Blue Warrior n°1 - " Que se passe-t-il asgardien ? Tes forces commencent à s’épuiser alors que les nôtres faiblissent moins vite en raison de notre supériorité numérique. Tôt ou tard il faudra que tu acceptes ta défaite ! "
Accompagné d’un son de harpe harmonieux, Mime déclare d’une voix affirmée :
Mime - " Ou pas ! Je pense qu’il est temps de rééquilibrer les débats. "
Les sarcastiques chevaliers détaillent avec mépris l’avancée du musicien au physique avenant :
Blue Warrior n°2 - " Et c’est un virtuose qui espère ça ?! Retourne jouer de ton instrument auprès de ton orchestre de faible asgardien et arrête de nous faire rire. "
Mime ne daigne même pas poser ses yeux sur les trois rivaux de Syd. Sans même les localiser, il parvient à les immobiliser en déployant les fils de son instrument pour les enserrer.
Mime - " Syd, Natassia est à l’intérieur avec Alexer n’est-ce pas ? "
Syd se contente de hocher la tête.
Mime - " J’ai un mauvais pressentiment. Pars la chercher et élimine Alexer. Moi je m’occupe de ses trois chiens de garde. "

Peu épargné par les égratignures, Syd accepte volontiers l’aide de Mime et défonce d’un rageur coup d’épaule la grande porte, abandonnant les trois Blue Warriors qui hurlent à la mort tant l’étreinte devient puissante.


A grandes enjambés, par-dessus les cadavres, Syd avale les mètres qui le séparent du trône.
Un sifflement agaçant et un air glacial dominent l’atmosphère de la salle. La lueur du jour, libérée par une lourde porte de pierre blindée, éclaire le fond de la pièce et permet à Syd de mieux distinguer le cadavre gisant de Piotr que ne l’a fait Natassia auparavant.
Syd - " Folie ! Tu as donc mis tes menaces à exécution. Tu as tué le Roi de Blue Graad. "
Alexer garde la tête baissée. D’un ton morne il répond :
Alexer - " Non, le seul et unique Roi de Blue Graad, ici, c’est moi. "
Forcé de constater qu’il n’est entouré que de cadavres, Syd s’étonne :
Syd - " Je croyais que la Princesse Natassia t’avait rejoins ? "
Alexer expose enfin sa mine pleine d’affliction et pointe du doigt la porte derrière lui :
Alexer - " Votre bourrage de crâne est réussi asgardien. Natassia a choisi de fuir la citée. "
Syd - " Par ce temps ?! Mais tu as perdu la raison ?! "
Alexer - " Elle connaît mieux les environs que quiconque. Je ne m’inquiète pas pour elle. Elle reviendra auprès de moi lorsque je lui aurai prouvé votre bêtise à travers votre défaite. "
Syd - " Pauvre fou. Dehors se prépare le même cataclysme qui a ravagé ta civilisation il y a plus de deux siècles. Même elle n’y survivra pas ! "
Alexer bondit de son trône et écarte les bras pour se dégager de sa lourde cape :
Alexer - " Trêve de bavardage, tu me fais perdre mon temps insecte nuisible, l’Orbe Bleue va avoir raison de toi : Blue Impulse ! "


En Grèce, au Sanctuaire, dans le village de Fóvos :

Sur le toit de la maisonnette, illuminé par la lueur d’un feu dans la nuit tombée, l’esclave à la mine fatiguée s’applique à faire cuire sur une broche de fortune un lapin.
Il s’adresse à son nouveau propriétaire qui le rejoint :
Dabih - " Très belle prise maître. J’imagine qu’il vous a fallu parcourir quelques kilomètres à travers le domaine pour trouver un si beau gibier. "
Mei - " Je t’ai déjà dis de m’appeler Mei et non maître. Et cesse donc de me vouvoyer. "
Dabih - " C’est impossible maître. J’ai été trop longtemps aux services de Saints d’or tous plus solennels les uns que les autres pour réussir à revenir sur mon éducation. "
Mei - " Depuis combien de temps es-tu esclave ? "
Dabih - " Depuis aussi longtemps que remontent mes plus lointains souvenirs. "

Le japonais redescend alors que Dabih commence à lui tendre la broche :
Dabih - " Mais… Votre repas est prêt maître ! "
Mei - " Ce n’est pas le mien, c’est le tien. Je suis trop impatient de découvrir qui vivait ici pour prendre le temps de manger. Néanmoins je me refuse de te priver d’un bon repas. "

Les yeux du marocain scintillent d’émotion. « Comment un être aussi jeune peut-il respecter autant l’être humain quel que soit sa condition ? »,  s’interroge-t-il.
Revigoré par tant de bonté, il se redresse bien vite sans même se soucier de l’arthrose de ses genoux et rejoint son maître broche à la main :
Dabih - " Dans ce cas je vais vous aider, ainsi nous pourrons partager ce repas tout en restant productifs. "



S’il faisait froid à la surface de Blue Graad, le c½ur de Dabih, lui, se réchauffait de la présence de Mei à ses côtés.
Et si moi-même j’aurai préféré qu’il fasse moins chaud au moment où j’approchais la méditerranée pour me ressourcer sur l’île Kanon, l’idéal aurait été qu’il fasse au moins aussi beau en Sibérie où le cataclysme destructeur ravageait peu à peu les steppes en approchant la cité en guerre…
Last Edit: 12 August 2013 à 17h46 by Kodeni

Author Topic: Chapitre 46 - Voici ce quest devenue la citée Atlantis  (Read 24984 times)

0 Members and 1 Guest are viewing this topic.

mumu

  • Guest
  •  
 bonsoir, j'ai lu avec grand intéret ta fic et franchement j'adore !!!!!!!!!!! :bravo: :wub: :wub: :wub: Tant par le déroulement de l'histoire, que par la concistance des personnages( l'évolution au cours de l'intrigue surtout apodis..), tes descriptions sont précises , claires sans etre trop lourdes. La chronologie de ton histoire s'insère parfaitement à l'oeuvre de Masami kurumada. Vraiment continues si bien ce que tu as commencé pour que nous puissions encore, nous lecteurs, poursuivre nos reveries au  fil des aventures d'apodis, chevalier de l'oiseau de paradis :cool: :cool: :cool:

Offline Nao/Gilles

  • Admin
Faut faire gaffe à l'orthographe dans le titre de tes chapitres, quand même, Kodeni... :^^;:

Offline Kodeni

  • Modérateur
bonsoir, j'ai lu avec grand intéret ta fic et franchement j'adore !!!!!!!!!!! :bravo: :wub: :wub: :wub: Tant par le déroulement de l'histoire, que par la concistance des personnages( l'évolution au cours de l'intrigue surtout apodis..), tes descriptions sont précises , claires sans etre trop lourdes. La chronologie de ton histoire s'insère parfaitement à l'oeuvre de Masami kurumada. Vraiment continues si bien ce que tu as commencé pour que nous puissions encore, nous lecteurs, poursuivre nos reveries au  fil des aventures d'apodis, chevalier de l'oiseau de paradis :cool: :cool: :cool:
Merci beaucoup.
Je suis extremement occupé en ce moment donc la publication du chapitre 47 a du retard.
Toutefois, je rattraperai ce retard au plus vite en publiant plusieurs chapitres sur un mois dès que le calme sera revenu.